/>

Le PS “pire ennemi de François Hollande” selon Zemmour (vidéo)

Rédigé par lesoufflet le 16 décembre 2011.

Micmac au Parti socialiste... Entre les affaires qui éclatent quotidiennement, les règlements de comptes parmi les dirigeants et la tambouille indigeste des "magouilles" (dixit Mélenchon) pour les législatives, le PS est devenu un handicape pour François Hollande. Sans langue de bois, Éric Zemmour décrypte la situation.

hollande_aubry_psMicmac au Parti socialiste… Entre les affaires qui éclatent quotidiennement, les règlements de comptes parmi les dirigeants et la tambouille indigeste des “magouilles” (dixit Mélenchon) pour les législatives, le PS est devenu un handicape pour François Hollande. Sans langue de bois, Éric Zemmour décrypte la situation.

“Le pire ennemi de François Hollande s’appelle le Parti socialiste.” C’est ainsi que le journaliste Éric Zemmour a entamé sa chronique consacrée aux troubles qui touchent actuellement le parti socialiste. Aux problèmes judiciaires se mêle donc la guerre des égos, avec en tête une Martine Aubry prête à tout pour laver l’affront des primaires et se refaire une santé politique. Selon différents observateurs, la première secrétaire du PS ferait tout pour miner la campagne de François Hollande.

Par ailleurs, les nominations pour les législatives de 2012 concentrent toutes les attentions et toutes les mesquineries socialistes. Mettre la charrue avant les bœufs, une nouvelle erreur du Parti socialiste ? C’est ce que semble penser Zemmour qui déclare : “Quelle curieuse idée, tout de même, de préparer les législatives alors mêmes que la présidentielle n’a pas donné son verdict. Comme si les socialistes n’avaient toujours pas compris l’esprit de la Cinquième république.”

Ces nouveaux enfantillages socialistes ruinent l’image d’un parti dont les primaires avaient quelque peu redoré le blason, comme l’explique le polémiste : “Entre malversations, négociations, insultes et menaces. Du sud au nord, de Marseille au Pas-de-Calais, de Guerini à Kucheida, ce ne sont que soupçons de corruption, détournements de fonds publics et féodaux locaux menant grand train.”

Comme son ex femme en 2007, François Hollande va donc devoir faire sa campagne contre le Parti socialiste qui le décrédibilise un peu plus chaque jour au lieu de lui être utile. “Comme il semble loin le temps ou un parti politique était un outil indispensable à un présidentiel sérieux. Pour Hollande il s’est transformé en boulet”, conclu ainsi Éric Zemmour.

 

Eric Zemmour : "Ces affaires qui rattrapent… par rtl-fr
 

 

Laisser un commentaire