Monstre judiciaire : blanchi, il va retourner en prison

L’absurdité et la monstruosité kafkaïenne de l’appareil judiciaire français ne connait pas de limites. Faussement accusé de viol par son petit-fils, Christian Iacono (ancien maire de Vence) et blanchi par la justice… risque de devoir retourner en prison pour des raisons administratives avant la révision de son procès.

La justice française est un petit monde clos et sectaire ou les juges jouent impunément aux roitelets d’Ancien Régime sans avoir de comptes à rendre… D’où des scénarios “abracadabrantesques” comme celui de Christian Iacono qu’un juge obtus pourrait envoyer en prison malgré le fait que son innocence ait été prouvée.

Pourquoi ? Parce que le parquet général d’Aix-en-Provence (où le dossier est traité), a l’obligation de faire exécuter la peine prononcée par les assises des Bouches du Rhône… Sauf que le dossier d’accusation s’est depuis effondré et que la prétendue victime a blanchi son grand-père, ouvrant la voie à une inéluctable révision du procès.

La justice française reconnait très difficilement ses erreurs et les juges préfèrent se couvrir entre eux que d’admettre qu’ils envoient des innocents en prison. Ces dernières années, seuls Patrick Dils et les acquittés d’Outreau ont été indemnisés pour des erreurs judiciaires… des gouttes d’eau dans les méandres de notre justice archaïque.

On vous recommande

A propos de l'auteur notre équipe

2 réactions à “Monstre judiciaire : blanchi, il va retourner en prison”

  1. serait ce le fameux "découpage" de la carte judiciaire tant prôné par Nicolas Sarkozy et mis en musique par Rachida Dati qui commencerait à montrer ses limites?

  2. ce juge ne doit pas avoir assez de travail je pense que chacun des autres juges pourraient lui donner quelques un des leurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.