Autolib’ : le dernier joujou de Delanoë vire au fiasco

Entre désintérêt des Parisiens, critiques des professionnels, pannes en tous genres et actes de vandalisme, l’expérience Autolib’ est en train de tourner au fiasco. Un échec cinglant pour Bertrand Delanoë qui souhaitait faire de ce coup marketing la dernière oeuvre de ses mandats comme maire de Paris.

Le joli succès du Vélib’ avait donné des idées au maire de Paris, spécialisé depuis 2001 dans les opérations médiatiques (Paris plage, nuits blanches, vélib’) au détriment du travail de fond pour éviter la dérive vers le ghetto de riches et de bobos qu’est devenue la capitale.

Mais une même recette ne donne pas toujours les mêmes résultats, et Bertrand Delanoë peut se mordre les doigts aujourd’hui d’avoir lancé Autolib’ : le succès annoncé s’est transformé en chemin de croix pour un maire en fin de course qui pourrait voir son bilan se ternir avec ces voiturettes qui ne trouvent pas preneurs et aggravent l’engorgement des rues de Paris.

Autant le Vélib’ avait engendré un engouement immédiat de la part des Parisiens en offrant une solution de rechange agréable aux transports en commun, autant l’Autolib’ n’a aucune utilité ajoutée et ne se distingue que par les problèmes engendrés par les utilisateurs prisonniers de la circulation et condamnés à se garer à des bornes spécifiques… en espérant qu’il reste de la place (ce qui n’est pas gagné vu que le taux d’utilisation est très faible).

Tout ça sans parler des impondérables sous-estimées par la mairie de Paris. Un simple tour d’inspection suffit à identifier les vélos défaillants, mais comment juger qu’une voiture est en mauvais état ? Résultat : des pannes à répétition et des usagers piégés dans des poubelles roulantes.

En ajoutant à cela le vandalisme qui semble être un sport national dans les rues de Paris, et vous vous retrouvez avec une flotte d’Autolib’ en très mauvais état quelques semaines après leurs mises en circulation. Mais rassurons-nous, ce sont les contribuables parisiens qui paieront la note !

On vous recommande

A propos de l'auteur didoulefou (24actu)

12 réactions à “Autolib’ : le dernier joujou de Delanoë vire au fiasco”

  1. ppfff… le projet démarre à peine et tout de suite: "échec cinglant".

    Vous le faites exprès?

    Il y a eu les même critiques au moment du Vélib' et, quelques années après, vous parlez de "joli succès".

    Comme par hasard, l'échec est au seul l'actif de Beber et non pas à Bolloré, concepteur et vendeur du véhicule et de sa fameuse batterie au lithium… mais c'est vrai, chez vous, on ne tape pas à droite ou sur les grands patrons.

  2. Bienvenue au club !

    Très bon article et très synthétique sur un sujet que le site delanopolis.fr a immédiatement mis en lumière.

    Cette opération est une parfaite illustration des mandatures Delanoë : la primauté de la com' sur le fond et, derrière, l'addition laissée aux Parisiens.

    Quant à Vélib', c'est un gouffre financier : il faut savoir qu'un vélibiste est 10 fois plus subventionné qu'un pauvre gars qui prend le métro. Mais le métro, c'est moins fun et bobo …

  3. c'est ça le vélo pour les bobos et le métro pour les gentils travailleurs qui vont à l'usine…. encore un qui ne comprend rien à rien

  4. je découvre par hasard et avec amusement votre site et votre incroyable mauvaise foi !

    Vous avez été formé au journalisme en Corée du Nord ou à la Pravda d'avant la Perestroïka ?

    Merci pour cette bonne poilade et adieu …

  5. C' est tout simplement de la gloire à sarko!

    Arrêtons les énièmes coups dans le dos et intéressez vous à des sujets plus préoccupants comme le chômage.

  6. le fiasco c'était prévu

    mais Delanoe va retourner en Tunisie ;

    beau cadeau de départ cette idée!! va falloir payer

    Bravo !Bel article réaliste qui contourne la censure médiatique de notre élite politique (droite ou gauche d'ailleurs).

  7. Le "joli succès du Vélib’ " mérite d'être regardé de près avant de s'en réjouir. En 2 ans, l'équivalent de la totalité du parc de vélos a été soit volé (environ 1/3), soit dégradé (2/3).

    Le vélib' n'est pas un moyen de transport. Ce n'est qu'un loisir subventionné, un engin de balade quand on a du temps devant soi, quand il fait beau, suffisament chaud mais pas trop, quand il ne pleut pas non plus, quand le terrain est à peu près plat…

    Bref, on dépense des sommes importantes qui auraient pu servir à créer des emplois en gadgets de loisirs.

    Dans un pays où 8 millions de Français vivent dans la pauvreté, qui peut trouver ça normal ??

  8. C'est pourtant une belle idée,

    et je serai désolée si le projet se développe mal.

    laissez un peu de temps au temps.

  9. Ce site est une blague??!!
    Article qui ne cite aucune source, l’auteur n’a même pas l’air d’avoir testé ce système!
    Bon enfin en regardant vite fait les autres articles, on voit vite que c’est un site qui prône la tolérance, l’ouverture d’esprit, le rejet de la démagogie et des théories conspirationistes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.