/>

“Traumatisme Sarkozy” : le cynique et versatile M. Moscovici

Rédigé par lateigne (24actu) le 04 janvier 2012.

Quand on a les amis qu’a François Hollande, on n’a pas besoin d’ennemis ! Son directeur de campagne Pierre Moscovici, qui se complaît aujourd’hui dans des diatribes anti-Sarkozy dramatisées à l’extrême (le “traumatisme Sarkozy”), était au printemps le plus fidèle lieutenant de Dominique Strauss-Kahn, en guerre ouverte et archi-violente avec le député de Corrèze.

Le parti socialiste s’est fait une spécialité des harangues moralisatrices que ceux qui les prononcent ne mettent jamais en oeuvre à titre personnel. Sans parler des scandales multiples et variés qui des Bouches du Rhône au Pas de Calais démontrent le fonctionnement clanique et mafieux du PS, l’exemple de Pierre Moscovici est édifiant.

L’ancienne barbouze strauss-kahnienne, qui depuis plusieurs mois préparait en sous-main “l’atterrissage en douceur” (devenu crash grâce au courage d’une “soubrette” de New York) de DSK dans la course à la primaire, multipliant les coups-bas pour déstabiliser la campagne de François Hollande, est devenue par la grâce d’un retournement de veste le chantre de la “morale politique”.

Finis les coups sur “Flamby” ou “l’homme du consensus mou”, comme les cerbères de Dominique Strauss-Kahn se plaisaient à décrire Hollande… c’est maintenant contre la “violence” et le “traumatisme” de la présidence de Nicolas Sarkozy que Pierre Moscovici fait feu de tout bois en se drapant dans la morale.

Des attaques totalement déplacées compte tenu du pedigree de l’animal politique… mais qu’aucun journaliste ne semble vouloir  relever tant l’anti-sarkozysme est à la mode dans les salles de rédaction et que l’on assiste à une course à l’invective (plébiscitée par les journalistes) à l’égard du président de la République.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. BoboSocKiller dit :

    Il n'y a pas que Mosco comme roi du retournement de veste au PS. Ainsi, lors de la dernière université d'été de ce "parti", avaient été attribués par des journalistes les "PS d'or" visant à couronner les socialistes les plus versatiles, les plus langues de bois, les plus prétentieux et égocentriques, bref, les plus mauvais, tricheurs, menteurs et manipulateurs. En ce qui concerne l'art du retournement de veste, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas Moscovici qui a reçu la palme mais des confrères. Je cite le Nouvel Observateur :

    " "Le socialiste ayant le plus retourné sa veste". Vincent Peillon, décidément un grand navigateur. "Il ajoute une nouvelle étape à son parcours sans faute, d'Arnaud Montebourg à Ségolène Royal, puis de DSK à François Hollande", explique un votant. Juste derrière, on trouve Jean-Marie Le Guen. Son ralliement récent à Hollande, après avoir soutenu DSK et donné sa signature à Royal, n'est pas passé inaperçu."

    Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/le-ps-a-la-rochell

    Il est vrai que c'était avant les amicales embrassades des primaires socialistes et le ralliement très opportun et parfaitement désintéressé de Moscovici au cheval le mieux placé après la déchéance de DSK, j'ai nommé François Grhollande.

    Beau ramassis de pourritures que tous ces gens abjects totalement dénués de convictions, sans scrupules, qui sont contre la peine de mort aujourd'hui mais pourront être pour demain si le vent tournait et si ça leur rapportait des voix. Infectes politiques socialistes, sans ethique ni conscience, ce socialisme à la Française, une maladie infectieuse dégénerescente dont il faudra bien que le pays se débarasse une fois pour toute pour espérer pouvoir se redresser.

    Beaucoup plus de morale et de sens civique à droite, quoiqu'en disent les petits adorateurs de Flamby, du petit-pot à tabac, de Marie-Ségolène ou du Satyre de la place des Vosges. Ces derniers temps, c'est une certitude, c'est à droite que subsistent encore un peu de morale et de dignité.

  2. denis dit :

    François Grhollande… oh-oh-oh, joli…

Laisser un commentaire