/>

Fukushima : des physiciens minimisent les irradiations

Rédigé par lateigne (24actu) le 09 janvier 2012.

L’accident nucléaire de Fukushima n’aurait pas été la catastrophe apocalyptique décrite dans les médias. Selon trois physiciens de l’Académie des Sciences, les niveaux de radiations auxquelles les populations locales et les techniciens de Tepco ont été exposés ne présenteraient pas de risques pour la santé humaine.

Est-il possible que le monde ait été secoué par un accident nucléaire (conséquence d’un tsunami qui a fait 30.000 morts) qui n’a pas fait de victimes et dont les conséquences pour la santé sur le long-terme devraient être “très limitées” ? C’est ce qu’affirment dans une tribune à Libération trois physiciens et membre de l’Académie des Sciences, Sébastien Balibar, Yves Bréchet et Edouard Brézin.

Ces scientifiques, qui se prononcent en faveur d’un maintien de l’énergie nucléaire (notamment afin de lutter contre le réchauffement climatique) précisent deux données intéressantes que l’activisme (et le catastrophisme) écologistes ignore volontairement : l’accident nucléaire n’a pas fait de morts ; et les irradiations des populations locales et des techniciens (souvent comparées à celles des “liquidateurs” de Tchernobyl) ont en réalité toujours été sous contrôle.

“On n’a déploré, fort heureusement, aucun décès par irradiation. Les données disponibles sur les doses reçues par les intervenants et les populations avoisinantes permettent d’espérer que, même dans le long terme, le nombre de cancers induits par l’exposition aux radiations devrait rester très limité”, expliquent les physiciens.

Selon eux, la principale conséquence de l’accident de Fukushima reste “l’évacuation des habitants d’une région qui pourrait rester inhabitable pendant quelques décennies”… une région formant un arc de cercle de 10 kilomètres autour de la centrale ! Ce qui en limite tout de même l’impact.

Quoi qu’il en soit, la tribune de ces trois scientifiques, que Greenpeace et Cécile Duflot auront du mal à “maquer” avec le “lobby nucléaire” illustre l’immense oeuvre de désinformation et l’effet médiatique grossissant du traitement de l’accident de Fukushima.

Déjà 10 remarques sur cet article

  1. denis dit :

    Une pensée à Roger Belbéoch, physicien et dangereux anti-nucléaire, décédé le 27 décembre dernier qui écrivait ceci dans "Tchernoblues – De la servitude volontaire à la nécessité de la servitude" (L'Esprit frappeur éditeur) et qui décrit assez bien les inepties écrites ici:

    "LE mensonge politique n'a rien de nouveau, mais la perspective de catastrophes nucléaires lui a donné une autre dimension. Ce ne sont plus les politiciens qui sont les grands menteurs, d'ailleurs leurs mensonges n'avaient guère d'importance, on en avait l'habitude. Avec le nucléaire, les "citoyens" sont devenus beaucoup plus exigeants et ce sont désormais des experts en tous genres qui ont pris le relais et les assomment de mensonges : médecins, scientifiques, associations, syndicats, etc. Les mensonges des supporters du nucléaire ont dû s'affiner pour devenir plus crédibles au fur et à mesure des demandes de plus en plus poussées des citoyens. La gestion d'une catastrophe nucléaire exige le maintien de l'ordre, (c'est formellement indiqué en introduction des plans de gestion nucléaire). Cette exigence n'est pas seulement celle de tout politicien quelles que soient par ailleurs ses promesses électorales, elle est une nécessité afin de minimiser les effets biologiques de la catastrophe. En cas de désastre nucléaire, le "citoyen" est incapable de gérer son quotidien, il doit s'en remettre aux "experts". Même si ceux-ci n'ont pas d'éléments pour la "meilleure" gestion, c'est mieux que les possibles réactions violentes des "citoyens" car leur violence pourrait leur coûter cher, non pas en terme de répression policière mais en termes sanitaires. Actuellement, le mensonge nucléaire a quelque chose de paradoxal. Sa crédibilité a été hissée à un très haut niveau et pourtant, si les "citoyens" sont de plus en plus exigeants, ce n'est pas pour connaître la vérité mais afin que ces mensonges crédibles leur évitent des problèmes de conscience insolubles. Ceux-ci pourraient évidemment produire des "turbulences sociales" pré-accidentelles difficiles à gérer tant par les gestionnaires sociaux que par les citoyens. II y a donc une conjonction assez curieuse entre la nécessité pour les gestionnaires de mentir et la nécessité pour les "citoyens" que ces mensonges soient crédibles. De nombreux experts ont compris ce problème et interviennent auprès des diplodocus nucléaires pour confier les mensonges à des gens "compétents", mais cela n'est pas facile. Jusqu'à présent, les mensonges et la dictature des experts étaient acceptés "volontairement" par la mise en balance inconsciente des avantages (pas pour tout le monde) et des inconvénients. Maintenant, cette servitude vis-à-vis des experts est devenue une nécessité pour la meilleure survie des "catastrophés" quels qu'ils soient. On est passé de la servitude volontaire à une nécessité de la servitude. "

  2. Fred T dit :

    Même si je trouve monstrueux d'affirmer ce genre de choses, le problème n'est absolument pas dans le fait que Fukushima soit "aussi grave", "plus grave" ou "moins grav"e que Tchernobyl (à mois qu'ils nient aussi la gravité de Tchernobyl ?). Le problème c'est qu'une centrale nucléaire est dangereuse, comme l'est une voiture lorsqu'on prend le volant. On tue rarement des gens avec sa voiture, mais quand ça vous arrive, votre vie est foutue. Avec le nucléaire, un autre Tchernobyl peut se reproduire, même si on va dans le sens de ces messieurs et que l'on accepte de dire que "Fukushima, c'est pas grave" et que les verts sont tous des salopards.

    Après on peut aussi se dire que "seulement une zone de 10 km condamnée pour la nuit des temps, c'est pas grave" et se dire qu'il pourrait très bien y avoir d'autres zones de 10 km "pas graves" un peu partout dans les pays nucléarisés.

    Quel mépris pour l'humain.

  3. fuk dit :

    3 B ke de la youtre.

  4. Dju dit :

    Envoyer ces 3 empafés sur le site de Fukushima pendant quelques temps….c'est la tout ce qu ils méritent!

    rappelons égallement que tchernobyl a fait officiellement une cinquantaine de décés…innadmissible qu'une telle désinformation se propage a nouveau en 2012…

    Aux chiottes(ou en zone d'éxclusion il serait bien aussi) les lobbyistes du nucléaires qui éssaient de vous faire gobber nimporte quel couleuvre…de leur capital finnancier a votre capital santé….il n y a qu un pas!

    Libre a chacuns d accepter de mourir en silence pour que 2 – 3 mecs se remplissent les poches!

    Libre a chacuns de s indigner , de geuler et refuser…C'est le début de la résistance et de l'opposition.

  5. Konstantin dit :

    Heu… Pourquoi on ne peut pas les "maquer avec le lobby nucléaire"? Edouard Brezin par exemple a été Président du Conseil Scientifique d'EDF et a travaillé pendant 20 ans au CEA (l'actionnaire majoritaire d'AREVA). Donc il a certes une opinion (parfaitement respectable), mais il est aussi TRES TRES TRES près du lobby nucléaire!

  6. Klio dit :

    Dans n'importe quelle publication scientifique moderne, on affiche ses affiliations en rapport avec sa communication.

    Edouard Brézin: 1963-86 Membre du service de physique théorique au Commissariat à l’énergie atomique

    (CEA) à Saclay / 1995-2001 Président du Conseil scientifique d'EDF (CV à l'Académie des Sciences http://www.academie-sciences.fr/academie/membre/BrezinE_...

    Yves Bréchet: Conseiller scientifique du CEA (DEN et DAM), Consultant scientifique d'EDF (site de son labo http://www.grenoble-inp.fr/le-groupe/yves-brechet-est-el...

    Sébastien Balibar: membre sortant de "Sauvons le Climat" association soutenue par l'Association des Retraités du C.E.A. (ARCEA) & l'Association des Ecologistes Pour le Nucléaire (AEPN)

  7. Philippe dit :

    La pseudo-science arrogante au service de la désinformation!… De deux choses l'une: soit ils sont convaincus de ce qu'ils disent, et c'est grave… Soit ce sont des manipulateurs patentés au service de leur dieu atome, et c'est grave… soit ils sont incompétents, et c'est toujours grave… Bref, ces mecs sont graves! Je propose donc de leur coller dans le fondement un suppositoire à base de MOX et on reparle des radiations inoffensives lorsqu'ils seront proche de la liquéfaction. Et encore… Ils seraient capable de dire que le MOX n'y est pour rien et que c'est une mauvaise gastro! En tous les cas, on ne peut pas parler du "rayonnement" de leur intelligence…

  8. Max47 dit :

    Les commentaires en réaction à cet article sont réconfortants. Il devient quand même de plus en plus difficile de faire gober ce genre de propagande pronucléaire grossière même en mettant en avant la signature de "scientifiques" éminents…

    On n'attend plus toutefois que les contributions spontanées et désintéressées des services de veille et de communication d'EDF et d'Areva, toujours à l'affût, qui ne manqueront pas de stigmatiser les "Khmers verts" et de saluer l'objectivité des "savants" qui tentent de faire entendre la voix de la raison et de dissiper les brumes de l'obscurantisme dans lequel le "lobby écolo" voudrait maintenir les populations, etc etc etc.

    On a l'habitude !

  9. Langlet dit :

    Les dangers du nucléaires sont totalement disproportionnés par rapport au bénéfice dans le monde. Un exemple : en 1859, une série de très fortes éruptions solaires a généré une tempête magnétique hors norme sur Terre. A l'époque, les lignes de télégraphies ont littéralement fonctionné toute seules, et des postes de télégraphie ont explosé à cause de la surcharge électrique. Une telle tempête causerait probablement un blackout global et durable à notre époque, avec la destruction de très nombreux transformateurs et de graves dommages dans les systèmes électroniques. Les générateurs de secours qui alimentent les 450 réacteurs nucléaires dans le monde ne dureraient que 7 jours, et le réapprovisionnement en carburant serait probablement impossible vue le chaos social qui régnerait dans le monde. Un tel blackout conduirait donc fatalement à l'explosion de la plupart des 450 réacteurs nucléaires en fonctionnement dans le monde ! ET les hommes seraient bien démunis dans une société en déroute pour contenir les explosions. Comment osons-nous prendre un tel risque, en sachant qu'un tel cataclysme contaminerait mortellement la majeure partie de la surface terrestre, et condamnerait la vie à brève échéance ? La tempête de 1859 n'est pas une simple probabilité, elle a déjà eu lieu !! Et la NASA prévoit la possibilité d'une activité solaire aussi intense que 1859 pour début 2013…

    Pourquoi un tel risque n'arrive t-il jamais à atteindre les médias ?

    Qui brisera enfin la loi du silence ?

  10. fukushima dit :

    C'est de la desinformation!

    Fukushima a fait plusieurs morts, dont un presentateur de tele celebre, et plusieurs des kamikaze qui ont ete envoyes sur place pour reparer.

    Leurs vies ne comptent pas pour ces xxxxde pute, mais Dieu leur fera payer cher.

Laisser un commentaire