/>

Mélenchon, Joly, Le Pen : Zemmour analyse les sondages (vidéo)

Rédigé par lesoufflet le 09 janvier 2012.

Dans sa chronique, Z comme Zemmour, Éric Zemmour est revenu ce matin sur les derniers sondages pour la présidentielle de 2012. Le polémiste a expliqué la chute de la "gauche plurielle" par son éloignement idéologique des classes populaires.

zemmour_ericDans sa chronique, Z comme Zemmour, Éric Zemmour est revenu ce matin sur les derniers sondages pour la présidentielle de 2012. Le polémiste a expliqué la chute de la “gauche plurielle” par son éloignement idéologique des classes populaires.

Premier constat du journaliste en remarquant les faibles intentions de vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon et d’Éva Joly : “la gauche de la gauche ne fait pas recette.” Ainsi, depuis la mort douce du PC (achevé par le président du Front de Gauche), l’extrême gauche n’est plus influente dans notre pays (à l’exception, peut-être, des Verts, qui auraient pu faire un score significatif si leur sectarisme n’avait pas favorisé une norvégienne rigide et anxiogène à un Nicolas Hulot dont le seul crime est d’avoir travaillé pour TF1…).

“Mais où sont passés les électeurs de gauche ?”, se demande Éric Zemmour qui constate que “le peuple de gauche ne lève pas un cil. Ouvriers, employés en masse, ils restent fidèles à Marine Le Pen.”

L’explication de ce phénomène par le journaliste est convaincante. En abandonnant les problématiques économiques et sociales (défendre la valeur travail et les travailleurs fut, à une autre époque, une valeur de gauche…) au profit d’une progressisme sociétale prométhéen qui indiffère (les travailleurs se soucient avant tout du pouvoir d’achat et de la sécurité dont la gauche ne veut pas parler) voire énerve passablement les classes laborieuses, les élites de gauche ont laissé sur le banc de touche le peuple qu’elles représentent donc désormais sans son aval…

Si, selon le chroniqueur, “les bobos urbains et diplômés ont déjà fait leur choix en faveur du candidat du PS, […] les classes populaires refusent désormais farouchement de suivre la gauche dans son incessante course en avant progressiste que ce soit sur le plan des mœurs ou en matière d’immigration ou de multiculturalisme. Terra Nova conseillait crûment à la gauche d’abandonner ses électeurs populaires pour un électorat plus urbain, plus diplômé, plus féminisé, plus métissé. En lançant sa campagne il y a une semaine dans Libération, François Hollande prouve sans le dire qu’il les a entendus.”

Ainsi, les positions de la gauche liées à l’immigration sont à l’opposé de celles des classes populaires, ce qui explique les scores de Marine Le Pen.

Pour Zemmour, si les Verts défendent bec et ongles le droit de vote des étrangers, “la culture républicaine de Mélenchon devrait l’éloigner de ces tentations mais il s’y refuse par refus moral de mettre le doigt dans les querelles sécuritaires ou ethniques et surtout par peur des associations et lobbies de la diversité ou du genre qui font régner la terreur à gauche.”

Ils ne pourront pas dire qu’on ne les a pas prévenus…


Eric Zemmour : "Mélenchon, Joly : la gauche de… par rtl-fr

Laisser un commentaire