Pour Mélenchon, Hollande fait la même campagne que Jospin

Rédigé par lesoufflet le 13 janvier 2012.

Le 6 janvier, Jean-Luc Mélenchon s'est exprimé avec vigueur contre le candidat socialiste François Hollande. Il a comparé la campagne socialiste à celle de Jospin en 2002, fustigeant l'arrogance d'Hollande qui "pense que le candidat de droite est battu d'avance."

Le 6 janvier, Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé avec vigueur contre le candidat socialiste François Hollande. Il a comparé la campagne socialiste à celle de Jospin en 2002, fustigeant l’arrogance d’Hollande qui “pense que le candidat de droite est battu d’avance.”

Voici donc les attaques lancées à cette occasion par Jean-Luc Mélenchon et ses proches envers  François Hollande  :

« Contrairement à Hollande, Jean-Luc veut être le candidat des ouvriers. »

« L’objectif, c’est de disputer le terrain à l’abstention. Aucun projet ne tient debout s’il passe à côté de 50% de la population. Je veux convaincre

« La gauche ne peut pas se laisser enfermer dans cette logique qui soumet les salariés aux exigences des marchés financiers ».

« Décidément à Tulle comme pour tous les Français, la priorité n’est pas qu’un autre président corrézien succède à Jacques Chirac, mais qu’à l’injustice sociale succède une politique de progrès social. C’est l’objectif du Front de Gauche »,

« La campagne de Hollande ? C’est celle de Lionel (Jospin) en 2002 : il pense que le candidat de droite est battu d’avance. Les gens n’ont pas envie de ça ».

En résumé, Jean-Luc Mélenchon et son équipe reprochent à François Hollande de reproduire les mêmes erreurs qui avaient valu à  Lionel Jospin l’humiliation de sa vie : mépris du peuple et mépris de son adversaire.

S’il est impossible de donner tort à Mélenchon sur ce point, il convient de lui préciser que ces péchés d’orgueil ne sont pas tant liés aux personnalités de messieurs Hollande et Jospin qu’à l’élitisme du Parti Socialiste français qui se pense si supérieur qu’il méprise allègrement le petit peuple (ces beaufs qui écoutent Johnny et Sardou devant TF1) et considère la droite comme l’axe du mal (facho, réac, raciste, homophobe, misogyne…).

Le PS a abandonné le peuple depuis belle lurette mais la gauche commence seulement à en prendre conscience, à l’image du think tank socialiste, Terra Nova qui recommande ouvertement au parti de ne plus songer aux classes populaires et de se concentrer sur les élites urbaines. Jean-Luc Mélenchon est tout à fait dans son rôle en dénonçant cette mentalité répugnante.

Laisser un commentaire