/>

Reflux de la délinquance : le bilan sous-estimé de Sarkozy

Rédigé par notre équipe le 17 janvier 2012.

Depuis que Nicolas Sarkozy a été nommé au ministère de l’Intérieur, et a fortiori depuis son élection comme président de la République, les chiffres de la délinquance ne cessent de baisser en France. Si l’opposition crie depuis neuf ans aux “manipulations de chiffres”, c’est surtout la droite qui peine à prendre conscience d’un pan très favorable du bilan de Nicolas Sarkozy.

En plein milieu d’une crise de la dette historique et cataclysmique, la sécurité n’est plus une priorité de premier rang comme elle pouvait l’être en 2007. Pourtant sur cette thématique, le bilan du président n’est pas négligeable. Certes, la France de la sécurité reste coupée entre une justice laxiste et procédurière et des policiers à qui l’on n’accorde pas tous les outils pour effectuer aux mieux leur mission. Certes la micro-délinquance de loisir de sauvageons persiste…

Mais les faits sont là et personne ne peut nier que la reprise en main du domaine sécuritaire par les pouvoirs publics n’a pas porté ses fruits. Après cinq ans “d’angélisme” de gauche, la manière forte utilisée par Nicolas Sarkozy a certes choqué les bobos et les éditorialistes de Libération, mais elle a produit des effets.

Et le principal peut se lire dans ce chiffre sans appel : neuvième année consécutive de baisse de la délinquance en France. Les éléphants socialistes pourront s’insurger tant qu’ils veulent contre les chiffres du ministère de l’Intérieur, ce ne sera que paille au feu face à une situation dont chaque Français a perçu l’évolution.

En 2011, 12.000 faits de délinquance ont été enregistrés par rapport à l’année précédente, soit une baisse de 0,34% des actes délictueux comme sur le territoire national.

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. denis dit :

    "Mais les faits sont là et personne ne peut nier que la reprise en main du domaine sécuritaire par les pouvoirs publics n’a pas porté ses fruits."

    joli lapsus…

    Évidemment, 24heuresactu ne crie pas au loup comme ces jean-foutre du Monde qui expliquent, eux, pourquoi et comment on manipule les chiffres, argumentations à l'appui. Ici, il suffit juste de dire que ce ne sont que de bêtes mensonges de journaleux pour bobo-crétins sans rien démontrer d'autre et on tente de faire passer la pilule. Ca c'est de l'information d'opinion…

  2. denis dit :

    oubliez le lapsus, je fais un méa culpa…

    ce qui ne change pas ce que je pense du reste de "l'article"…

  3. albert34 te dit dit :

    va sur le site du monde de marianne etc….tu te grisera avec l'anti sarkozysme primaire.laisse nous enpaix sur ce site meme si il est emprunt d'amateurisme

  4. Phil dit :

    Bien que partageant très habituellement votre point de vue, je reste sceptique quant à la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy . Elle est faite de beaucoup d'annonces "fracassantes" (comme de passer les banlieues au Karcher) mais, dans les faits il est plus facile de s'en prendre toujours plus aux automobilistes (en multipliant les radars automatiques) et aux "petits pirate" du net (avec l'Hadopi) qu'aux vrais délinquants.

  5. Betrand dit :

    Globalement, la délinquance baissait avant Sarkozy, pendant Sarkozy et continuera après. Ce qui augmente en revanche, et encore plus vite sous Sarkozy, c'est la petite déliquance qui pourrit la vie : petits délits, cambriolages, vols avec violence. Je n'invente rien ces statistiques sont publiées avec celle qui fait état de la baisse globale.

    Donc, Sarko n'a rien enrayé, ni dans un sens, ni dans l'autre… Ce n'est pas dire évidemment, qu'il n'a rien fait dans le sens de la baisse globale ni, moins encore, qu'il serait responsable de la hausse des "petits" délits.

    Simplement l'efficacité de sa politique n'est pas avérée. Quant à opposer la "jusitice laxiste et procédurière" aux "policiers auxquels on accorde pas assez de moyens" : voilà deux clichés en une seule ligne qui sont le plus sûr moyen de contourner la réflexion

Laisser un commentaire