/>

Le programme de Hollande n’a “aucun sens” (Benoît Hamon)

Rédigé par lateigne (24actu) le 18 janvier 2012.

Pas encore au pouvoir qu’ils se déchirent déjà… Les luttes de chapelle au parti socialiste se concentrent ces derniers jours autour du programme (très flou) de François Hollande pour l’Education Nationale. Comme à son habitude, le candidat socialiste est revenu sur sa promesse des primaires de recruter 60.000 fonctionnaires… au grand dam de l’aile gauche du PS, Benoît Hamon en tête.

C’est devenu un classique de cette campagne présidentielle… François Hollande, ou l’un de ses porte-paroles, lance une proposition-choc pour raffermir son électorat… avant que le député de Corrèze, à l’instar de son mentor Jacques Chirac, ne la vide de sa substance et en fasse une simple proposition de consensus (mou ?).

Le cas des embauches dans l’Education Nationale est exactement de cet ordre. En pleine campagne des primaires, et pour dépasser sur sa gauche sa rivale Martine Aubry, François Hollande avait promis l’embauche de 60.000 nouveaux fonctionnaires dans l’Education Nationale. Une folie budgétaire en pleine crise de la dette, sur laquelle il est évidemment revenu une fois désigné par les sympathisants socialistes.

Pour François Hollande, il ne s’agit plus désormais d’embauches… mais de “redéploiements”. En clair, le candidat du PS offre un enterrement de première classe à la mesure-phare de la primaire ! Et a accessoirement acté le dégraissage des autres services publics entrepris par Nicolas Sarkozy : pour un prof recruté, une employée de la Sécu ou un fonctionnaire des impôts en moins !

Un revirement qui n’est pas du goût de l’aile gauche du PS, qui s’indigne de cet énième reniement programmatique. A tel point que Benoît Hamon, porte-parole du PS (!!!) est monté au créneau pour dénoncer une mesure qui n’a “aucun sens”. Avec de tels amis…

“Si les 60.000 créations de postes annoncées par François Hollande ne devaient l’être que par redéploiement, écrivent-ils, cela reviendrait à réduire le service public de la santé ou de l’emploi pour consolider les moyens de l’Éducation nationale. Cela n’aurait aucun sens. Un poste de professeur en plus ne peut être payé par un poste d’infirmière en moins”, explique Benoît Hamon dans un communiqué qui illustre les couacs et les tensions au sein du PS.

Déjà 7 remarques sur cet article

  1. DANDEV dit :

    Hypothèse : Hamon ne doit pas être assez satisfait du "portefeuilles" qui lui sera attribué en cas de victoire et cherche à mettre la pression pour obtenir plus…

  2. HERVET dit :

    N'importe quoi au PS… Ca ne peut que les décrédibiliser….

  3. VLADIMIR dit :

    Heureusementque le ridicule ne tue plus ,parce que les socialos avec leurs nouvelles chorégraphies grotesques complètement ridicules ,j'ai honte pour eux

    donc je disais heureusement que le ridicule ne tue plus ,sinon ils y sauraient tous mort au ps .

  4. qidhuitre dit :

    la politique, c'est la comedia dell'arte ! Ils me fatiguent, ils m'énervent, c'est toujours le même schéma, les mêmes arguments vaseux, on casse le concurrent en permanence au lieu de s'atteler à l'essentiel et de nous offrir de vrais débats de FOND.

  5. Fab dit :

    Rien d’étonnant là dedans. Comme le dis Bayrou, Hollande est le candidat de l’illusion qui promet tout et n’importe quoi mais qui ne tiendra rien . Et les socialistes sont tellement couillons qu’ils y croient réellement donc forcément ils sont surpris .

  6. Stryker81 dit :

    Voila plus de 30 ans qu'ils font des promesses qu'ils savent impossibles à tenir…
    Je ne suis donc en rien surpris !
    Cependant, je ne comprends pas que la moitié des français soient aussi aveugles ou amnésiques !!!

  7. Roxi dit :

    C’est vraiment triste le ps vive marine, viens vite

Laisser un commentaire