/>

François Hollande donne un orgasme au “peuple de gauche”

Rédigé par lateigne (24actu) le 23 janvier 2012.

Une pincée d’ouvriérisme qui fleure bon son Jaurès ou son Blum. Une bonne dose de démagogie et de manichéisme. Voilà la recette magique pour donner des orgasmes au “peuple de gauche” version 2012. François Hollande a su séduire la gauche des bobos et des fonctionnaires : une gauche qui a tourné le dos au prolétariat mais aime encore à singer l’eschatologie de la lutte des classes.

Dans ce registre qu’apprécient tant les militants socialistes (qui comme le dit Renaud sont à la fois des moutons et des mutins), force est de constater que François Hollande a plutôt réussi son coup. Le candidat socialiste est parvenu, le temps d’une soirée, à estomper ce sentiment de mollesse et d’incertitude qui accompagne toutes ses sorties de campagne… il a surtout regonflé le moral d’une petite bande de militants qui croient encore que l’élection se gagnera à gauche.

Car si les militants (et les journalistes-militants qui couvrent la politique) n’ont pas été aussi à gauche depuis 1981, la France n’a jamais été aussi à droite… et les mesures d’austérité indispensables pour sortir de la crise ne feront pas pencher la balance à gauche de si tôt. D’où ce grand-écart permanent avec lequel François Hollande doit jongler.

Obligé d’annoner des âneries d’extrême-gauche (dont il ne croit pas un traître mot) sur “l’empire de l’argent” et autres manichéismes du siècle dernier… Un empire de l’argent contre lequel d’ailleurs un président de la République ne peut pas grand-chose à moins que François Hollande nous explique comment il compte réguler Wall Street…

Voilà le paradoxe de Hollande. Tant qu’il est sérieux et responsable, sa campagne patine et sa base maugrée… mais son choix de se lancer dans la mythologie de gauche au détriment du bon sens le plus élémentaire permettra certes de ressouder sa base, mais jouera comme un repoussoir pour l’électorat raisonnable qui fera l’élection.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. denis dit :

    ah ça, quand Sarko reprenait du Jaurès, du Blum ou du Guy Moquet, ça sentait bon "l'ouverture"… C'était tellement ouvert qu'il y avait des courants d'air. On a eu vite fait de refermer tout ça. Alors, évidemment quand Grhollande reprend les même, ça sent le renfermé.

    A force de reprendre les même anathèmes que les gens que vous conspuez, à force de moquer toujours les même (les bobos, les socialos, les écolos) vous finissez par ne plus être crédible. Lassant même. Faire du journalisme d'opinion sans tomber dans la caricature ni la propagande, c'est un métier. Ce n'est pas le votre.

  2. VLADIMIR dit :

    Heureusementque le ridicule ne tue plus ,parce que les socialos avec leurs nouvelles chorégraphies grotesques complètement ridicules ,j'ai honte pour eux

    donc je disais heureusement que le ridicule ne tue plus ,sinon ils y sauraient tous mort au ps .

  3. Jean Czerny dit :

    Cher Monsieur l'auteur,

    Parce que je suis de gauche je ne voterai pas Hollande, lequel est d'ailleurs bien impuissant à provoquer chez moi l'orgasme que vous imaginez. Comment le pourrait un centriste ?

    Cordialement…

Laisser un commentaire