/>

Frédéric Mitterrand accusé de détournement de fonds publics

Rédigé par lesoufflet le 23 janvier 2012.

Le journaliste et écrivain, Frédéric Martel, accuse, dans l'Express, Frédéric Mitterrand de s'être fait rédiger son dernier livre par un employé du ministère. Un énième scandale autour du ministre qui devrait (enfin) convaincre Nicolas Sarkozy qu'il représente un dangereux boulet à l'approche des présidentielles.

FredericMitterrand604Le journaliste et écrivain, Frédéric Martel, accuse, dans l’Express, Frédéric Mitterrand de s’être fait rédiger son dernier livre par un employé du ministère. Un énième scandale autour du ministre qui devrait (enfin) convaincre Nicolas Sarkozy qu’il représente un dangereux boulet à l’approche des présidentielles.

Un article n’est plus suffisant pour énumérer les casseroles plus ou moins répugnantes que traîne Frédéric Mitterrand (apologie du tourisme sexuel, défense d’un violeur pédophile, défense de Ben Ali, 120 000 euros de l’état juste pour faire laver son linge, participation à des émissions de téléréalité, nominations d’amis, légions d’honneur attribuées à n’importe qui…). Revenons donc sur la dernière affaire le concernant.

Dans un billet intitulé “Le nègre de Frédéric Mitterrand”, le journaliste Frédéric Martel explique ainsi, sur son blog, que notre bon ministre a essentiellement fait rédiger son livre de 360 pages, Le Désir et la chance, qui sort prochainement chez Robert Laffont, par David Fajolles, officiellement, « Conseiller en charge des études, de la langue française et des langues de France, et des discours » au cabinet du Ministre de la Culture.

Fredo ne se cacherait même pas puisqu’il le précise même dans l’ouverture du livre : « Ce livre n’existerait pas sans la coopération, la patience, les questions, l’érudition, le sens de la recherche de David Fajolles qui me pardonnera, je l’espère, d’avoir tant abusé de son temps en plus de la marge de travail écrasante qu’il assure au sein du cabinet. Si ce modeste ouvrage mérite quand même d’être lu, ne cherchez pas, c’est à David Fajolles qu’il le doit ».

“Le Désir et la chance, dont les droits d’auteurs ne reviendront qu’au seul Frédéric Mitterrand, a été rendu possible notamment grâce aux moyens du Ministère de la Culture et à l’argent public”, précise ainsi Frédéric Martel.

En effet, le journaliste, qui connaît bien le métier, estime qu’un tel ouvrage “prend 3 à 5 mois de travail à temps plein à écrire, à réécrire et à réviser.” Il explique que Fajolles était “tellement occupé par le livre de Mitterrand qu’il n’arrivait plus à s’occuper de ses dossiers.”

Frédéric Martel conclut son accusation par une attaque personnelle sanglante :

“Frédéric Mitterrand n’a guère le sens de l’État. Il pense avant tout à lui. Enroulé dans un ego démesuré et tout attaché à écrire sa propre autobiographie, le ministre se soucie fort peu de l’intérêt général. Que sa plume payée par l’État français travaille à temps plus que partiel pour son livre personnel, qui le rémunèrera en propre, ne semble pas l’étonner.”

Alors que Sarkozy revient dans la course à l’Élysée et parvient enfin à donner une bonne image de lui et de son action, il serait dommage que ce ministre égocentrique vienne parasiter sa campagne.

 

Déjà une remarque sur cet article

  1. […] ne doit rien changer à son traitement par la justice (comme il a été scandaleux que certains défendent le violeur pédophile Roman Polanski au nom de la qualité discutable de ses films), à l’inverse, son comportement criminel […]

Laisser un commentaire