/>

Policiers, “contrôle au faciès” et confiance au juge (PS)

Rédigé par maximus (24actu) le 30 janvier 2012.

Alors qu’un jeune Lyonnais est toujours entre la vie et la mort après s’être fait tabasser et rouler dessus (!!!) par une bande de racailles, le parti socialiste et François Hollande restent scotchés à “l’angélisme jospinien” en matière de sécurité : les “jeunes” ne sont que des victimes d’une société violente ; les policiers ne font que des “contrôles au faciès” quand ils ne commettent pas de bavures ; et seuls les gentils et laxistes juges sont garants de la sécurité du pays.

A entendre François Hollande, la question de l’insécurité dans notre pays ne sera pas longue à régler. Il suffira d’empêcher les policiers (qui pour lui sont manifestement tous des fachos en puissance) de continuer à “stigmatiser” et à effectuer des “contrôles au faciès”… Et dire qu’on cherche depuis des années à lutter contre ce fléau !

La solution du problème passe évidemment selon M. Hollande, par un rôle accru des juges. Ces sages magistrats (qui remettent régulièrement en liberté des criminels) défont la nuit ce que les policiers s’échinent à faire la journée : à savoir, faire respecter l’état de droit dans notre pays et notamment dans les banlieues et lutter (avec des moyens bien trop limités) contre une explosion de violence et la mainmise des caïds.

Car si Nicolas Sarkozy a incontestablement échoué en matière de lutte contre l’insécurité, son diagnostic aura au moins été le bon : la République doit arrêter de baisser les yeux devant les racailles qui sèment la terreur et imposer par la force la loi aux petits caïds, surtout et avant tout pour protéger les personnes de banlieue dont la vie est devenue un enfer suite aux renoncements des politiques.

Avec François Hollande et le parti socialiste, nous allons avoir droit à un retour en arrière effrayant vers le laisser-faire des années Lionel Jospin et Jacques Chirac. Les braves petits “jeunes” ne se tournent vers la délinquance que parce qu’ils sont victimes d’une société trop violente… Les méchants policiers doivent arrêter de les tracasser et doivent au contraire sympathiser avec les bandes !

Il va sans dire que cette politique nous conduira inévitablement vers une flambée de violence sans précédent à côté de laquelle les émeutes de l’ère Chirac ne seront qu’une partie de rigolade…

Déjà une remarque sur cet article

  1. denis dit :

    mais bordel, c'est pas des flics qui faut leur envoyer, c'est l'équipe des Chiffres et des Lettres…

Laisser un commentaire