/>

Martine Aubry : la Dame des 35 heures en pôle pour Matignon ?

Rédigé par notre équipe le 03 février 2012.

Flashback pour une gauche incapable de se renouveler. La Dame des 35 heures, et vice-premier ministre de Lionel Jospin en 1997 (!!!), pourrait devenir Premier ministre au mois de mai. Un retour en arrière au siècle dernier que le parti socialiste cultive dans son personnel politique… mais aussi dans les idées que le duo Hollande-Aubry compte mettre en oeuvre.

Après avoir été une rivale acharnée (et pas toujours fair-play) de François Hollande lors de la primaire socialiste, celle qui voyait le député de la Corrèze comme l’incarnation de la “gauche molle” ou du “flou et des loups”, a fini par se rallier… en échange, murmure-t-on, d’un poste de Premier ministre.

La France hériterait donc (en cas de victoire de la gauche) d’une cohabitation entre socialistes au printemps prochain. Excellente nouvelle au beau milieu d’une crise économique et financière sans précédent, et alors que le pays doit encore faire des choix courageux (et sans doute douloureux) pour se sortir de l’ornière.

L’inimitié personnelle entre François Hollande et Martine Aubry est légendaire rue de Solférino. Leurs désaccords politiques le sont tout autant et la nomination de Martine aubry à Matignon serait le signal précurseur immanquable d’un mandat voué à l’immobilisme et aux petits accords ne dérangeant personne.

Le courage politique de François Hollande, qui a tout de même réussi à bâtir 30 ans de carrière politique sans prendre une décision majeure, est déjà un grand point d’interrogation pour les années à venir. Couplé au sectarisme et à la vindicte de Martine Aubry, on peut craindre le pire pour l’attelage de l’exécutif.

Quelle ligne dominera ? L’option “rad soc'” et attentiste de François Hollande (“il n’est pas de problème dont l’absence de solution ne finisse par venir à bout”, disait d’ailleurs son compatriote corrézien et mentor Henri Queuille)… ou le social-anachronisme à la sauce Martine Aubry basé sur plus d’assistanat et de dépenses publiques ?

Laisser un commentaire