/>

Référendums : pourquoi la gauche patricienne a peur du peuple

Rédigé par maximus (24actu) le 16 février 2012.

La gauche fait front commun contre la proposition de Nicolas Sarkozy de rendre la parole au peuple en demandant aux Français de s’exprimer par référendums sur des sujets stratégiques. Une curieuse opposition à une bouffée d’air démocratique qui ne dérange au final que les élites médiatiques et les rentiers de la République.

Quoi de plus sain que de demander directement au peuple souverain de se prononcer sur des sujets politiques majeurs lorsque le corporatisme syndical ou les intérêts particuliers engendrent des blocages et rendent impossibles toute tentative de réforme ? L’opposition de gauche crie pourtant au complot populiste lorsque Nicolas Sarkozy propose de remettre le peuple au coeur du système politique. Pourquoi ?

Parce que derrière les grands discours de la gauche sur la démocratie et l’égalité, se cache la volonté pour les élites médiatiques et politiques de demeurer les maîtres du jeu et à cette petite oligarchie de décider ce qui est bon et mauvais pour les citoyens… Une petite oligarchie largement dominée par la gauche (contrairement à ce qu’on veut nous faire croire) et qui ne compte pas voir ses privilèges remis en cause.

Il ne faut pas chercher ailleurs le soutien sans faille du système médiatique au candidat François Hollande et au parti socialiste. Car s’il ponctue ses discours d’invocations marxistes contre “l’empire de l’argent”, personne n’est dupe et tout le monde sait pertinemment qu’il ne touchera pas aux acquis d’une caste patricienne qui décide dans l’ombre de ce qu’il faut faire… et de ce qu’il ne faut surtout pas dire ou penser !

On peut reprocher beaucoup de choses à Nicolas Sarkozy, mais sa proposition de véritables rendez-vous citoyens pour faire participer activement les citoyens aux décisions structurantes de la Nation est une excellente nouvelle pour la démocratie, mais ce n’est pas le choix le plus facile car le président annonce en cas de victoire une cohabitation… avec le peuple français.

Déjà une remarque sur cet article

  1. thibault dit :

    "une cohabitation… avec le peuple français."
    mdr. ca serait un precedent dangereux en effet.

Laisser un commentaire