/>

Communautarisme : un transgenre candidat à la présidentielle

Rédigé par lesoufflet le 23 février 2012.

Yves Pirot, qui aime se faire appeler Yvette, est un transgenre revendicatif. Il (ou elle) a décidé de se présenter à l'élection présidentielle pour défendre le "petit peuple que l'on méprise". De l’instrumentalisation des présidentielles pour faire de la pub communautariste.

yves_transYves Pirot, qui aime se faire appeler Yvette, est un transgenre revendicatif.  Il (ou elle) a décidé de se présenter à l’élection présidentielle pour défendre le “petit peuple que l’on méprise”. De l’instrumentalisation des présidentielles pour faire de la pub communautariste.

Pas de doute sur l’orientation politique de quelqu’un qui se présente à une l’élection présidentielle pour faire parler de sa communauté : il ne peut s’agir que de quelqu’un de gauche, comme l’avoue fièrement Yvette qui se situe « à la gauche de la gauche ».

Utiliser sa différence pour justifier une candidature représente un vrai danger pour notre République. Le risque de voir le pouvoir de l’État s’effriter sous les coups des communautés qui réclament de plus en plus de droits spécifiques.

“J’ai un micro pénis, le suis différent donc votez pour moi ! J’aime bien prendre ma femme en levrette, votez pour moi !”

“Je suis noir, jaune, gros, maigre, roux, chauve, provincial, parisien, riche, prolo, poilu, imberbe, votez pour moi !”

Encore une fois, la position d’Yvette est si ridicule qu’on étoufferait de rire s’il ne s’agissait pas d’un membre de la communauté “Dont-On-Ne-Doit-PasPrononcer-Le-Nom (Vanneste se croyait libre d’y penser et d’en parler…).

Paradoxalement, toutes ces revendications communautaristes, basées sur la fierté de la différence, conduise à une indifférenciation morbide. L’égalité obtenue, on cherche la parité, puis l’indifférenciation. Yvette souhaite ainsi, “incarner la parité”.

C’est donc ça le monde de parité voulu par les progressistes de gauche : tous transgenres !! Leur obsession de la discrimination, devenue leur seule arme politique conduit nos amis socialistes à fuir tout ce qui peut constituer une différence entre deux êtres humains (couleur de peau, sexualité, nationalité, capacités, genre…).

Ainsi, il n’y aura bientôt plus de discrimination, ni de différenciation sexuel. Une humanité d’escargots insipides et strictement semblables, voilà ce dont rêve François Hollande et la gauche française !!

Pour ceux qui seraient intéressés, Yves a fondé l’Union Populaire Laïque (UPL) dont il est, pour l’instant, président et seul membre.

En savoir plus sur Yvette ici.

 

yves_pirot

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Il est affligeant, vraiment, de tomber sur ce genre d'article ordurier.
    J'en viens à me demander si ce que vous écrivez là est bien du journalisme.
    Car…
    "Utiliser sa différence pour justifier une candidature représente un vrai danger pour notre République" est par exemple un jugement de valeur qui n'a rien à faire ici. D'autres emplois tels que "indifférenciation morbide" ou encore "escargots insipides" vous font perdre toute crédibilité dans votre propos (au fait, quel est-il ?!). Le coup de grâce est sans doute ce paragraphe : "Encore une fois, la position d’Yvette est si ridicule qu’on étoufferait de rire s’il ne s’agissait pas d’un membre de la communauté « Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom« (Vanneste se croyait libre d’y penser et d’en parler…)" qui m'a très légèrement donné envie de rendre le bout de sandwich que je venais d'avaler (baquette, fromage et dinde hallal, ouille !).
    Bref.
    Tout ceci est triste.
    Très triste.
    Haaaaa, mais, que lis-je ?! Mais vous n'êtes pas journalistes en fait !! Oh ! ha ! uh ! Bon, je suis rassurée. Je vous laisse à vos "activités" obscures alors. Toutes mes confuses. Bien à vous, 😉

  2. Lesoufflet, n'est ce point un plat qui très souvent, lorsqu'il est préparé par un mauvais cuisinier, retombe le plus souvent ?
    Laissons là de tels propos insipides, chargés de toute la jalousie de ne pas être capable d'en faire autant.
    Ils retomberont dans la boue dont ils sont issus.

    Mais … pourquoi ne pas porter un instant la parole de celui qui a été ainsi insulté ? Ce serait un juste retour des choses.

  3. denis dit :

    que n'auriez vous pas écris si en plus cette personne (car oui, n'en vous déplaise, il s'agit bien d'une personne) avait été musulmane.

Laisser un commentaire