François Hollande : vers un régime rose mafia ?

rose_mafia_hollandeLa (non) campagne de François Hollande est perturbée par la sortie du livre Rose mafia, de Gérard Dalongeville, qui décrit le fonctionnement mafieux du Parti socialiste dans le Pas-de-Calais. Plus que sur la soupe interne du PS, cet ouvrage inquiète quant à l’avenir de la France en cas de victoire de François Hollande.

Les affaires de corruption généralisée dépeintes dans Rose Mafia font peur. Peur de voir la France vivre selon les règles qui régissent aujourd’hui un certain nombre de collectivités locales détenues par la gauche et où l’appareil socialiste fait la la loi en toute impunité.

Nos amis socialistes, les gardiens de la morale, les défenseurs des bonnes mœurs politiques, fonctionnent, en fait dans le Pas-de-Calais (comme dans les Bouches du Rhône), au sein d’un « système généralisé de corruption » décrit par Dalongeville.

Corruption, blanchiment d’argent, appels d’offres truqués, clientélisme, détournement de l’argent du contribuable en faveur des caisses du Parti socialiste, la liste des ficelles de ce système « pourri jusqu’à la moelle », dressée par un ancien socialiste, semble infinie et fait froid dans le dos.

Les socialistes ont passé 5 années à traiter Nicolas Sarkozy de mafieux, la plupart du temps sur des affaires qui ont été depuis démenties ou infirmées par la justice. Pendant ce temps-là, leurs élus locaux dépouillaient les collectivités territoriales pour leurs profits ou celui du PS.

Après avoir sali l’honneur de plusieurs ministres sans avoir tenu le moins du monde compte de leur présomptions d’innocence, ils ont défendu en cœur, au nom de cette même présomption d’innocence qu’ils avaient bafouée sans scrupule, leur ancien champion, agresseur sexuel confirmé par la justice française.

En constatant les comportements des cadres du Parti socialiste dirigé par François Hollande pendant plus de 10 ans, on peut légitimement se demander se demander ce qu’il va advenir de la France  si cet homme est président. Corruption généralisée ? Trafics d’influence ? Notre pays va-t-il devenir la nouvelle Sicile de Don Vito ?

Car même s’il était le seul socialiste honnête, François Hollande aurait-il le courage de dire à ses petits camarades de se tenir ? Son silence dans l’affaire Banon, dans l’affaire Guérini et dans toutes les autres affaires citées par Dalongeville, lorsque Hollande était premier secrétaire du parti  laisse craindre le pire pour notre pays…

On vous recommande

A propos de l'auteur notre équipe

14 réactions à “François Hollande : vers un régime rose mafia ?”

  1. Au Département du Nord, c'est un agent qui a été révoqué sur un dossier monté car il dénonçait un management par la terreur.

    Pourtant, les grand Humanistes PS ne trouvent rien à dire. cinq d'entre eux ont préféré soutenir les harceleurs et les autres sont restés muets.

    Malgré un changement de Présidence, ils n'ont pas voulu au minimum reprendre une enquête ni comme la précédente équipe saisir des faits les services de police, préférant laisser faire un de leur prestataire qui n'est même pas agréé pour faire des enquêtes (bonjour la vision des droits de l'Homme)

  2. Dans le cas précédent, "Rose Mafia" apporte également une éventuelle solution concernant la reconnaissance par le juge administratif d'une sanction disproportionnée.

    Alors que des agents ayant participé à des trafics de stupéfiants ont vu leur révocation annulée, l'agent mis en cause voit ses requêtes systématiquement rejetées et ses arguments ignorés alors que des considérations de dates et des fausses affirmations prouvées démontrent le côté monté du dossier.

    Voila la vision de la justice par les socilaistes et leurs affidés.

  3. Je n'ai jamais vu autant de promo gratuite pour un bouquin sur 24heuresactu… Vous avez peur qu'on en parle moins que les déjà nombreux livres consacré à notre OmniPrésident? j'espère que vous touchez votre comm', ça serait dommage de ne décarcasser pour rien.

  4. toute la france devrait être au courant de ces faits . pour ce qui est du President sa promo est faite depuis plusieurs années par les medias.

  5. droite et gauche meme mentalité dans les affaires exemple les fregates de taiwan ils ont tous manger

  6. ce souvenir du film d'henri verneuil= milles milliards de dollard =ce film explique tout…ma citation((((((((((((((((( au royaume du pognon ont et tous pouries jusquau trognon les =pepins =avec ))))))))))) avait vous compris cette citation lol

  7. our essayer de montrer à quel point les affaires politico-judiciaires sont finalement assez peu importantes dans le paysage Français, je me permet de reproduire cette liste piquée sur un forum de médiapart :

    Alain Agostini (UMP) 2008, condamné pour proxénétisme aggravé en bande organisée.

    Alain Carignon (UMP) 1999, condamné pour corruption, abus de biens sociaux et subornation de témoins.

    Alain Ferrand (UMP) 2006, condamné pour faux et usage de faux. 1998, condamné pour prises illégales d’intérêts et condamné pour fraude fiscale.

    Alain Juppé (UMP) 2007, condamné pour abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt.

    Alain Tuduri (UMP) 2009-2010, condamné pour discrimination raciale, pour avoir préempté les biens immobiliers que voulait acheter des personnes d’origines étrangères dans sa commune.

    Axel Poniatowski (UMP) 2010, condamné pour diffamation.

    Brice Hortefeux (UMP) 2010, condamné pour atteinte à la présomption d’innocence. Il a également été condamné pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine. Le Parquet Général a requis sa relaxe, la décision a été mise en délibéré au 15 septembre.

    Brigitte Barèges (UMP) 2011, condamnée pour refus de mariage.

    Bruno Sandras (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

    1. LE FILS…FABIUS.THOMAS…FILS PRODIGUE DE LAURENT.FABIUS..?VOUS AVEZ LES INFOS SUR LE NET..?VOUS FAITE…AFFAIRE…THOMAS.FABIUS…?VOUS SERREZ SURPRIS DE VOIR LES INFOS…./?

  8. Brigitte Barèges (UMP) 2011, condamnée pour refus de mariage.

    Bruno Sandras (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

    Charles Fabre (UMP) 2010, mis en examen pour favoritisme.

    Charles Pasqua (UMP) 2009 à 2010, condamné pour trafic d’influence, pour favoritisme, pour faux, financement illégal de campagne et abus de confiance. Il est cité dans l’affaire de recel d’abus de biens sociaux pour l’association France Afrique Orient. Il également mentionné dans l’affaire du financement occulte du ministère de l’Intérieur et de l’Union des groupements d’achats publics.
    Christian Vanneste (UMP) 2006 et 2007, condamné pour propos homophobes, condamnation confirmée par la Cour d’Appel puis annulée par la Cour de Cassation. Il avait déclaré l’homosexualité inférieure à l’hétérosexualité et que l’homosexualité était une menace pour l’humanité.

    Claude Polony (UMP) 2001-2009, reconnu coupable de prise illégale d’intérêt, favoritisme et détournements de fonds.

    Daniel Simonpieri (FN puis UMP), condamné pour favoritisme, fausses factures et emploi fictif. Il avait déjà été condamné pour harcèlement moral.

    Damien Meslot (UMP) 2010, condamné pour outrage à magistrat, mis en examen pour atteinte ou tentative d´atteinte à la sincérité d´un scrutin.

    Denis Gautier-Sauvagnac (UMP) 2008, mis en examen pour blanchiment d’argent.

    Denis Jacquat (UMP) 2011, condamné pour abus de confiance et infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales.

  9. Jacques Masdeu-Arus (UMP) 2006 à 2009, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.

    Jacques Myard (UMP) 2009, condamné pour diffamation.

    Jean Reynaud (UMP) 2004, condamné pour prise illégale d’intérêt. 2006, condamné pour harcèlement moral et dégradation des conditions de travail.

    Jean Tiberi (UMP) 2009, condamné pour occupation illégale des locaux de sa permanence et fraude aux électeurs.

    Jean-Louis Garnier (UMP) 2011, condamné pour coups et blessures.

    Jean-Louis Masson (UMP) 1997, condamné pour avoir financé la campagne d’un concurrent afin d’affaiblir sa rivale à droite.

    Jean-Paul Alduy (UMP) 2008, son élection est annulée pour fraude.

    Jean-Paul Fournier (UMP) 2009 à 2010, condamné pour prise illégale d’intérêt.

    Joëlle Ceccaldi-Raynaud condamnée (UMP) 2006, condamnée pour diffamation et complicité de diffamation.

    Joëlle Ferrand (UMP) 2010, condamnée pour prise illégale d’intérêt et malversations.

    Laurence Spicher-Bernier (UMP) 2010 à 2011, condamnée pour exercice illégal de la profession d’avocat et escroquerie.

    Lionel Cressiot (UMP) 2011, mis en examen pour injures et diffamation.

  10. Lucette Michaux-Chevry (UMP) 2002, condamnée pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics.

    Manuel Aeschlimann (UMP) 2009, condamné pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public.

    Marie-Jeanne Bozzi (UMP) 2002, condamnée pour proxénétisme aggravé, association de malfaiteurs et dissimulation de travail clandestin.

    2007, condamnée pour soustraction au paiement de l’impôt, omission de déclaration et fraude fiscale.

    2009, mise en examen pour association de malfaiteurs en vue de la commission d’un homicide en bande organisée.

    Maurice Gutman (UMP) 2010, condamné pour proposition sexuelle à une mineure de 12 ans.

    Michel Buillard (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

    Michel Habig (UMP) 2006, condamné pour avoir fait incendier 14 caravanes appartenant à des Roms installées sur un terrain municipal.

    Nicolas Bazire (UMP) 2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.

    Olivier Deleu (UMP) 2011, mis en examen pour injures et diffamation.

    Olivier Rey (UMP) 2008, condamné pour violences, menaces et dégradation grave du bien d’autrui à raison de la religion.

    Pascal Buchet (UMP) 2007-2011, condamné pour harcèlement moral ayant mené au suicide.

    Patrick Balkany (UMP) 2003, condamné pour injure publique et pour diffamation. 1999, condamné pour avoir rémunéré aux frais du contribuable trois personnes désignées comme des employés municipaux mais qui ne s’occupaient que de son appartement de Levallois-Perret et de sa résidence secondaire près de Giverny.

    Philippe Brun (UMP) 2011, condamné pour fraudes et multiples abus de biens sociaux.

  11. Pierre Bédier (UMP) 2009, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.

    Philippe Pemezec (UMP) 2010, condamné pour injures. 2007, condamné pour irrégularités lors de sa campagne, son élection sera annulée.

    Renaud Donnedieu de Vabres (UMP) 2004, condamné pour blanchiment d’argent.

    2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.

    René Vestri (UMP) 2009, condamné pour travail dissimulé.

    2010, mis en examen pour blanchiment à titre habituel et en bande organisée, trafic d’influence et association de malfaiteurs.

    Richard Cazenave (UMP) 1999, condamné pour abus de biens sociaux.

    2004, condamné pour recel et complicité d’abus de biens sociaux.

    Serge Dassault (UMP) 1998, condamné pour corruption. 2010, condamné pour procédure abusive.

    2009, condamné pour avoir acheté des voix lors des municipales.

    Thérèse Aillaud (UMP) 2002, condamnée pour détournement de fonds publics.

    Thierry Gaubert (proche de l’UMP, collaborateur de Sarközy) 2008, mis en examen pour abus de biens sociaux et escroquerie.

    2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.

    Thierry Leprince (UMP) 2007, condamné pour viol sur une mineure de 12 ans.

    Vincent Toni (UMP) 2008 et 2011, condamné pour corruption passive.

    Xavier Dugoin (UMP) 1997 , condamné pour trafic d’alcool, salaires fictifs et corruption. 1999 à 2000, condamné pour abus de confiance, détournement de fonds publics, falsification de documents administratifs et prise illégale d’intérêt. 2001, mis en examen dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs du conseil général de l’Essonne, cette procédure sera annulée pour vice de forme.

    Voilà. Maintenant, que peut-on dire alors des affaires politico-judiciaires de l’UMP ?

  12. Les hommes et femmes politiques au niveau national UMP et Socialistes sont souvent éclaboussés pour leur avidité. Le choix qui nous reste à nous pauvres citoyens de base est entre un compétant et un incompétent (sic). Le qualificatif le plus savoureux qui colle à la peau de Hollande est bien "un capitaine de pédalo dans la tempête". Pour ce qui concerne également son niveau d'intégrité, il a employé un chauffeur Marocain pendant 6 mois sans bulletin de salaire et avec arriéré de rémunération non réglée. Ça me rappelle une certaine délinquante sociale mère des enfants du fameux et si sympathique Hollande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.