Olivier Poivre d’Arvor/Sarkozy : PS et déontologie journalistique

Rédigé par lesoufflet le 02 mars 2012.

Après Audrey Pulvar et Valérie Trierweiler, c'est maintenant Olivier Poivre d'Arvor, le directeur de France Culture, qui affiche publiquement, dans une tribune publiée sur l'Express, son soutien au candidat des journalistes, François Hollande. Une goute d'eau qui fait déborder le vase et qui a fait réagir le Président de la république.

olivier_poivre-darvor_kiosqueAprès Audrey Pulvar et Valérie Trierweiler, c’est maintenant Olivier Poivre d’Arvor, le directeur de France Culture, qui affiche publiquement, dans une tribune publiée sur l’Express, son soutien au candidat des journalistes, François Hollande. Une goute d’eau qui fait déborder le vase et qui a fait réagir le Président de la république.

«Imaginez si un dirigeant d’une radio publique faisait campagne pour moi dans l’Express ! Est-ce que c’est ça la République exemplaire ? […] J’imagine la matinale si un dirigeant d’une télévision ou d’une radio publique avait fait un papier pour dire : “Mon choix, c’est Nicolas Sarkozy”», a déclaré  Nicolas Sarkozy, visiblement agacé.

Et on peu le comprendre : les socialistes nous ont joué pendant 5 ans la théorie du président antidémocratie qui verrouille les médias. Ils ont presque failli nous faire pleurer. Ils se sont plaint des connivences entre Sarkozy et les patrons de groupes de médias. Les mêmes patrons qui draguent désormais leur employée Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande sans que cela gène qui que ce soit…

Ce qui se passe dans cette campagne avec les médias français est proprement scandaleux, a fortiori sur des médias publics. Utiliser les moyens de l’état pour assurer sa propagande, cela s’appelle du totalitarisme.

La compagne (on ne se marie pas au PS, c’est trop ringard !) de Montebourg dispose d’une parole, à volonté, sur sa radio, France Inter, dont elle exploite même le nom sur Twitter. Elle sert la soupe au PS, tous les samedis, chez Laurent Ruquier. La compagne du candidat elle-même est toujours journaliste à la télé, à deux mois de l’élection.

Désormais, le président de la deuxième radio publique française s’y met aussi et, non content de donner sa consigne de vote, se fend d’un pleine tribune dans l’Express, pour vanter les mérites du candidat Hollande et taper sur Nicolas Sarkozy. Trop c’est trop ! Jamais dans une élection présidentielle, les médias français n’avaient autant fait campagne pour un candidat !

L’implication personnelle  des journalistes dans une campagne politique est déjà problématique en soi, mais que ces pseudos journalistes, leurs ordinateurs, leurs bureaux, soient payés par le contribuable, est révoltant. En tant que fonctionnaires, ils ont un devoir de réserve et surtout une obligation de ne pas utiliser moyens de l’État pour servir la cause de leur candidat.

L’éthique, la déontologie journalistique avaient permis d’instaurer un certains nombre de barrières, de frontières. C’est fini.

En termes de contrôle des médias, François Hollande n’a rien a envier à un Goebbles ! Ceux qui aiment la liberté d’expression et la variété d’opinion dans les médias n’auront qu’à partir en vacances pendant 5 ans, en cas de victoire socialiste…

 

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. jabema dit :

    je pensait être la seule à voir que les journalistes français faisaient campagne pour françois hollande.
    Merci de le denoncer. J'ai peur pour la france.

  2. sedzicki dit :

    les medias gangrenes par la mafia gauchiste….la mal est tellement profond….l antisarkozysme impose chaque jour depuis 5 ans..manipulation desinformation….pourquoi n a t on pas reagit avant…votre peur est legitime jabema…

Laisser un commentaire