Immigration : si le PS s’inspirait de la gauche européenne

Rédigé par polo le 06 mars 2012.

Et si le parti socialiste s’inspirait un peu des politiques migratoires prônées par les partis de gauche européens ? Loin des positionnements idéologiques et moralisateurs du PS, la gauche européenne propose des politiques migratoires fermes et responsables.
  • En Grande-Bretagne, Ed Miliband, en septembre 2010 lors de son discours d’investiture à la tête du Labour, a pris ses distances vis-à-vis de la politique migratoire menée par le gouvernement Blair : « Vous vouliez que votre préoccupation concernant l’impact de l’immigration sur nos communautés soit entendue et je comprends que vous soyez frustrés de voir que nous n’avons pas été à vos côtés. […] Nous n’avons pas fait assez pour répondre aux préoccupations concernant certaines conséquences de la mondialisation, y compris l’immigration. […] Il devrait être interdit aux employeurs d’exploiter le travail des migrants pour baisser les salaires ». Le Labour prône, d’ailleurs, un contrôle renforcé des frontières, une politique d’immigration choisie et un accès à la nationalité britannique restreint en fonction de la maîtrise de l’anglais et du civisme des demandeurs. Il a même reconnu, en septembre 2011, que l’immigration sous l’époque Blair a eu un impact négatif sur le salaire des travailleurs britanniques.
  • En Allemagne, le SPD s’oriente vers une politique de fermeté en matière d’intégration des migrants. Cette question a dominé son congrès de septembre 2010 où son président, Sigmar Gabriel, a déclaré : « Les étrangers qui refusent les programmes d’intégration qu’on leur offre devront quitter l’Allemagne »Il a ainsi soutenu Heinz Buschkowsky, maire SPD de Neukölln (quartier sensible de Berlin), qui tout en souhaitant renforcer les moyens éducatifs veut instaurer « des sanctions financières contre ceux qui n’envoient pas leur enfant à l’école ».
  • En Espagne, le PSOE – partisan, il y a quelques années, d’importantes mesures de régularisations – infléchit sa politique. En 2006, José Blanco, ministre et numéro deux du PSOE, avait écarté de nouvelles régularisations, déclarant à propos des migrants illégaux présents en Espagne : « L’immense majorité de ces personnes devra être expulsée ». En 2008, le gouvernement Zapatero a décidé d’un plan de retour volontaire pour près de 100 000 migrants. En 2009, le code des étrangers – la « Ley de Extranjeria » – a été réformé, renforçant la lutte contre l’immigration irrégulière, durcissant les conditions d’accès au regroupement familial, allongeant le délai maximal de rétention administrative.
  • En Italie, les partis de gauche et de centre-gauche soutiennent une politique de lutte contre l’immigration illégale, conscients des relations entre cette forme de migration et les mafias. En 2001, Francesco Rutelli, leader de la coalition de l’Olivier, avait promis des mesures pour restreindre l’immigration irrégulière. Lors de l’élargissement de l’Union européenne, devenu vice-premier ministre du gouvernement Prodi, il défendait une réduction de l’émigration roumaine vers l’Italie. En 2009, Walter Veltroni, au nom du parti démocrate, se prononçait en faveur d’un système de sélection des migrants à points afin d’attirer une immigration qualifiée.
  • Aux Pays-Bas, le Dutch Labour critique la radicalisation de certains migrants de culture musulmane. Sa présidente, Liliane Ploumen, déclarait en 2009 : « Le succès du processus d’intégration est gêné par le nombre disproportionné de migrants impliqués dans des actes de délinquance, par la burqua et par ces hommes qui refusent de serrer la main aux femmes. » ou encore : « La rue est à aussi à moi. Je ne veux pas m’enfuir s’ils se tiennent sur mon chemin. » Ces propos étonnent dans ce pays véritable allégorie européenne de la tolérance, historiquement attaché à la liberté d’opinion et de religion, foncièrement ouvert à l’autre par sa position dans le commerce international, accueillant les minorités de toute origine depuis des siècles.
  • En Grèce, le premier ministre Georges Papandreou, président du PASOK et de l’Internationale socialiste, demande à l’Europe de l’aider à mieux contrôler ses frontières. En 2009, Georges Papandreou soutenait – dans son programme en huit points sur la politique migratoire – la « tolérance zéro » à propos de l’immigration irrégulière.

Déjà 14 remarques sur cet article

  1. Groc Bernard dit :

    le PS Français est trop bête

  2. Eddy K dit :

    Le PS Français est un parti marxiste, internationaliste et dirigé par une gauche caviar qui pratique depuis des années la préférence immigrée…

  3. M@rco de Bleau dit :

    Le PS français ou gauche caviar si vous préférez, pratique la préférence immigrée pour se donner bonne conscience (je vous épargnerai le couplet sur le pays des droits de l'homme, France terre d'asile, Alllocs, RSA, CMU, aux frais du contribuables…), ça fait toujours bien parmi les jeunes et les assistés de tout poils étrangers ou non. Et puis, cela permet d'avoir un potentiel d'électeurs qui assurera dans le temps le renouvellement des mandats d'élus, ainsi les petits privilèges seront pérennisés.
    Français, il est temps de se réveiller !

  4. Guillaume dit :

    Totalement d'accord mais il faut quand même savoir que Sarkozy promet juste de diviser le quota d'immigrés annuel par 2, de 200 000 à 100 000. 100 000 immigrés par an, c'est le chiffre qu'il y avait sous Jospin.

  5. satanique dit :

    mais enfin, je ne comprends pas que les Français ne comprennent pas ! ! ! ……on ne peut plus recevoir personne, on n'a plus de travail, on ne peut meme plus loger les Français pourquoi continuer de faire entrerr tous ces gens qui une fois installés chez nous ne font que nous détester et nous critiquer, ne veulent qu'imposer leurs lois, tant religieuses que sociales /on n'a plus le droit, en France d'employer des mots , au seul pretexte qu'ils blesseraient les immigrés ……jusqu'où va -t-on aller ??????

  6. satanique dit :

    hier soir, j'ai vu à la tv, les gens que Ségolène va voir chez eux pour qu'ils votent pour son ex mari : ce ne sont QUE des immigrès: c'est facile de gagner des voix comme cela
    mais quelque chose m'interpelle tout de meme :moi, femme, meme par amour de la politique, meme par fidélité à un parti, je n'aurais JAMAIS pu faire ce qu'lle fait pour lui, apres ce qu'il lui a fait ( je parle de leur couple bien sur )

  7. satanique dit :

    à quoi sert d'ecrire si nos commentaires ne paraissent pas !moi, ce genre de forum me GAVE

  8. satanique dit :

    hier soir, j'ai vu à la tv, les gens que Ségolène va voir chez eux pour qu'ils votent pour son ex mari : ce ne sont QUE des immigrès: c'est facile de gagner des voix comme cela

  9. axel dit :

    l'immigration l'immigration l'immigration mais c'est le mot en vogue du moment ou quoi?
    il y'a pas de problèmes,il y'a que les haineux qui s'en prennent aux immigrés les frustrés surtout!!!
    faut il rappeler l'histoire de la france et de la colonisation car tout ca par de la !!!

    • baldo dit :

      nous ne sommes pas responsablent de ce qu’ont fais nos ancêtres il y a 300 ou 400ans et c’est les grosses sociétés qui se sont enrichies et pas le peuple !et maintenant c’est le peuple qui paie!ce que nous voulons ,c’est le respect de la nation et que les bandes de racailles qui troublent tous les villes et villages français soient arrêtés !leur langage c’est !va niquer ta mére !tous cet argent dépensé pour le scolaire poiur en n’arriver là,ont ne peux pas faire confiance a des gens qui votent pour les islamistes !

    • françaisetfier dit :

      l immigration des islamistes est un fléau pour la france car ce sont beaucoup d’assistés, de profiteurs, ils ont bien trop de droits, font des quirielles de gosses qui leur rapporte. ils sont chez “nous” mais sont racistes, provocateurs. il faut stopper le “droit du sol car ces gens là n’aime de la france “que l’argent”.”

  10. quinquaix dit :

    Un grand parti comme le PS serait incapable d'avoir des idées sur la question?… pourquoi?.. eh bien je vais vous le dire! (lol)
    Pendant des années, le Ps a fait un déni de l'immigration, cela n'existait pas, donc il n'y avait pas de problème,excepté quelques régularisations de sans papier par ci par là, le Ps. Les banlieues! quelles banlieues?…
    Alors maintenant qu'il sent qu'il peut être aux affaires, il réalise enfin qu'il y a un problème, donc vite fait bien fait pompons chez les autres!…
    Gouverner c'est prévoir… on est mal barrés!

Laisser un commentaire