/>

Guérini, Navarro, Kucheida : le silence complice de Hollande

Rédigé par lateigne (24actu) le 08 mars 2012.

François Hollande et les socialistes aiment à renvoyer Nicolas Sarkozy à son bilan (pourtant loin d’être mauvais, n’en déplaise aux journalistes). Qu’en est-il alors de l’ancien Premier secrétaire du parti socialiste ? François Hollande a non seulement amené le PS au bord de l’implosion, mais il a laissé se développer en toute impunité des “systèmes mafieux” (l’expression est d’Arnaud Montebourg) dans plusieurs fédérations socialistes.

François Hollande a été Premier secrétaire du parti socialiste pendant plus de dix ans. C’est d’ailleurs la seule responsabilité nationale qu’il ait jamais exercée. Il a notamment été élu et réélu à la tête du parti socialiste grâce aux soutiens indéfectibles de Jean-Noël Guérini, de Robert Navarro et de Jean-Pierre Kucheida.

Trois responsables socialistes locaux, qui du Nord au Sud sont soupçonnés par la justice (et un certain nombre de socialistes) d’avoir mis en place dans leurs régions des “systèmes mafieux” de financement illégal de la vie politique, voire d’enrichissement personnel. François Hollande pouvait-il réellement ignorer ces dysfonctionnements ?

Dans les Bouches du Rhône, Jean-Noël Guérini (président du Conseil général et de la fédération locale) aurait mis sur pied avec son frère Alexandre, un système de marchés publics truqués et de corruption. Si Arnaud Montebourg a dénoncé ces agissements (qui font l’objet de plusieurs enquêtes plolicières), le PS et François Hollande ont longtemps couvert Jean-Noël Guérini. Il faut dire qu’en contre-partie, le baron des Bouches du Rhône assurait des scores staliniens à François Hollande lors des scrutins internes.

Dans l’Hérault, Robert Navarro fait lui l’objet d’une plainte… du parti socialiste. Ce fervent soutien de François Hollande est accusé par le PS d’avoir utilisé une carte bancaire de la fédération pour ses frais personnels (billets d’avion, hôtels de luxe, restaurants, location de limousines). Une affaire opportunément sortie par Martine Aubry pendant la primaire socialiste, mais qui pourrait être enterrée en cas de victoire de François Hollande.

Dans le Pas de Calais, Jean-Pierre Kucheida règne en maître sur la fédération socialiste et la ville de Liévin. Il fait actuellement l’objet d’une enquête sur un système global de corruption, décrit par l’ancien maire socialiste de Hénin-Beaumont Gérard Dalongeville dans son ouvrage Rose Mafia, utilisant une structure publique de financement social… pour alimenter les caisses du PS.

Trois affaires judiciaires lourdes pour lesquelles les faits évoqués remontent tous à l’époque où François Hollande était Premier secrétaire du parti socialiste. Les journalistes lui demanderont-ils un jour s’il ne savait vraiment rien de ces agissements ?

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Golf71 dit :

    Pourquoi voulez-vous que les journalistes posent une pareille question? Quand on est de gauche on ne peut pas être malhonnête, pas raciste, pas bling bling, pas riches, etc.. bref quand on est de gauche on est une personne bien. Et puis on ne pose pas de question désobligeante à un politique qui penche du même côté que soi, enfin pas de cela entre ces gens là!!

  2. […] Guérini, Navarro, Kucheida : le silence complice de Hollande […]

Laisser un commentaire