/>

Les comptes du PS menacés par la campagne Web ?

Rédigé par revizor le 11 avril 2012.

Et si le parti socialiste et François Hollande voyaient leurs comptes de campagne rejetés à cause de leur campagne Web et pour des raisons de droits ? La question est entière après l’apparition d’un clip de campagne reprenant un titre de hip-hop signé Jay-Z et Kanye West.

La campagne présidentielle est le théâtre de nombreuses « guerres », notamment sur le net. Clips, montages, détournements en tous genres voient quotidiennement le jour. Si certains sont officiellement assumés (avec le logo du parti ou du candidat, on parle alors de “branding”), d’autres se veulent des initiatives anonymes ou citoyennes pour faire croire à une mobilisation de fond et détourner les règles relatives aux droits d’auteur et surtout au droit électoral.

En effet, s’il est relativement facile d’obtenir des licences d’utilisation pour des musiques, photos ou extraits vidéos dans des domaines autres que la politique, la question du coût et du droit moral de l’auteur sont deux obstacles que certains partis politiques détournent en pompant directement des réussites artistiques. Le Parti Socialiste se révèle ainsi un véritable champion en la matière, jusque dans ses productions les plus officielles…

La vidéo de campagne officielle du candidat François Hollande, qui sera diffusée partout à égalité avec les autres candidats, a pour fond musical la musique « Motors » du chanteur poprock français Rob. A priori aucune trace d’autorisation d’usage des droits. Encore faut-il que « Rob » ait donné son accord pour que sa musique soit utilisée par un parti politique… Il faut savoir que les artistes de droite comme de gauche, évitent d’apparaitre aux côtés de leur famille politique : cela risquerait de les couper de la moitié de leurs fans. C’est pourquoi d’ailleurs François Hollande en a été réduit à aller chercher un exilé fiscal qui ne vend presque plus de disques pour faire la première partie de son meeting.

 

 

Dans une autre vidéo, intitulée (luxe d’originalité) « le changement c’est à vous », c’est la chanson « Au départ » d’Alex Beaupain qui est utilisée. Sans mention des droits d’auteur…

 

 

La rue de Solférino avait déjà franchi les lignes rouges durant ses primaires, en faisant appel au personnage de Chewbacca et en pompant le thème original de Star Wars. Pas sur que George Lucas ait donné l’autorisation…

 

Mais ce n’est pas tout ! Dangereusement concurrencé par le dynamisme de Jean-Luc Mélenchon et la créativité de ses équipes, le PS s’essaye à la contre-attaque l’air de rien. Et sort un pseudo-clip spontané sur les 48 heures du candidat socialiste en visite dans un quartier populaire… Mais là, la ficelle est trop grosse et la loi s’en mêle.


Une « initiative » spontanée, selon Vincent Feltesse, Directeur de la campagne numerique de François Hollande, qui ne serait en aucune façon une commande officielle des équipes du PS. Pourtant, il suffit de regarder le clip pour s’apercevoir du haut niveau de cette réalisation qui ne peut venir ni d’un simple militant, ni être spontanée. Comme en témoigne Nicolas Bellemon sur son compte twitter @nbellemon, “JRI” (journaliste reporter d’images) pour qui la qualité des prises de vue et les accès illimités au plus près du candidat (dans sa voiture, à côté de lui dans le RER, dans le car des journalistes, au 1er rang de son discours en plein air, dans une rencontre avec des associations) et cela sans être gêné par les services de sécurité qui sont très remontés depuis l’enfarinage. Mais non, le PS maintient sa version surprenante d’une initiative spontanée et inconnue.

 

Pressés de préciser les choses par la journaliste Salomé Legrand, Journaliste politico-web @francetvinfo, les équipes numériques du PS lâchent finalement le nom de Bruno Laforestrie, fondateur et ex-animateur de la radio Génération. Mais deux questions, d’importance, demeurent…

Les réalisateurs de ce clip avaient-ils l’autorisation de la musique (ici le rappeur américain Jay-Z) ? Mais surtout le coût exorbitant de sa production sera-t-il intégré aux comptes de campagne de François Hollande ?

Une telle production tombe effet sous le coup de l’article L52-12 qui l’oblige à l’intégrer dans ses comptes de campagne :

L52-12 : […] Sont réputées faites pour son compte les dépenses exposées directement au profit du candidat et avec l’accord de celui-ci, par les personnes physiques qui lui apportent leur soutien, ainsi que par les partis et groupements politiques qui ont été créés en vue de lui apporter leur soutien ou qui lui apportent leur soutien.  […] Le candidat estime et inclut, […] les prestations de services et dons en nature dont il a bénéficié.

Reprenons donc au niveau des dons en nature :

  • Droits d’utilisation de la musique d’Alex Beaupain (Au départ).
  • Droits d’utilisation de la musique de Rob (Motors).
  • Droits d’utilisation d’extraits de film de Star Wars, une des plus grosses licences…
  • Droits d’utilisation du thème de Star Wars avec l’orchestre Philharmonique de Prague.
  • Réalisation d’un clip professionnel, à la mesure du dernier tube sorti dans les bacs.

Autant de questions que les journalistes d’investigation qui titillent régulièrement l’UMP, tels @gchampeau ou @vincentglad devraient se poser ! Mais non, car la hollandemania règne…

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. muzikant dit :

    … dans tous les cas le pays risque sombrer dans la faillite si la gauche sectaire et haineuse arrive …

  2. denis-le-rouge dit :

    parce que l'UMP est nettement plus tatillonne quand il s'agit des droits d'auteur, c'est bien connu…
    Utilisation d'une musique de MGMT pour un meeting -> 30.000 euros d'amende
    Utilisation de la chanson de la canadienne Marie Mai pour la chanson du fameux Lip Dub -> pas d'autorisation ni pour l'utilisation de la chanson ni pour le droit à l'image de la SNCF.

    Sans compter des écarts de conduites concernant des photos piquées à droite et (surtout) à gauche pour l'utilisation de leur propre propagande électoraliste (cf: un fameux tracte pour le "pot de départ" de Jean-Paul Huchon) et on se rend compte que pour un parti qui voulait, avec HADOPI, lancer une guerre contre le piratage, il y a encore du boulot niveau crédibilité.

Laisser un commentaire