/>

Nos Présidents, une histoire de portraits

Rédigé par Nicolas Nadaud le 12 juin 2012.

hollande_portrait

hollande_portraitLe portrait officiel de François Hollande est connu du public. Manque d’aisance, mains ballantes, les critiques fusent. Eh oui… le changement, c’est maintenant.Le Portrait officiel du Président de la République est une tradition.

Mairie ou Administration, cette photo symbolise un style, un caractère, une vision. Simple de réalisation, l’image est par la suite commentée et caricaturée. Charles de Gaulle ouvre le bal de la cinquième République le 21 février 1959. Une fois élu, il demande à Jean-Marie Marcel de réaliser le cliché. En 1946, ce photographe avait déjà immortalisé le Général.

Les deux hommes s’apprécient et se connaissent de longue date, un lien de confiance règne. Debout de trois quarts avec en fond la bibliothèque de l’Elysée, le grand Charles est en tenue de cérémonie. Une main est appuyée sur la nouvelle constitution. Décoré de l’ordre de la Libération, du cordon avec la plaque de la légion d’honneur, son charisme est inimitable.

Dix ans plus tard, un autre Président. Georges Pompidou demande à François Pagès, photographe à Paris Match de reproduire quasiment à l’identique le portrait de son prédécesseur. Seule la constitution a disparu.

En 1974, Valérie Giscard d’Estaing prend la tête de l’Etat. Dans sa continuité de campagne, il souhaite « regarder la France dans les yeux ». A 48 ans, il désire une politique différente et créer une vraie rupture dans le style de ses ainés. Ce changement ne sera pas seulement dans l’attitude, mais également sur sa représentation. Le 28 mai 1974, il fait appel au très célèbre portraitiste Jacques-Henri Lartigue. Moderne, jeune et dynamique, VGE pose devant un drapeau tricolore et regarde droit devant.

Après des années de lutte, François Mitterrand arrive au pouvoir. Premier Président socialiste de la Vème République, il incarne le renouveau malgré les frasques et polémiques. Point de ressemblance avec Charles de Gaulle, il pose devant la bibliothèque de l’Elysée. Un essai de Montaigne à la main, c’est Gisèle Freund qui est à l’origine de la photographie, le 27 mai 1981.

Plusieurs défaites amènent Jacques Chirac à la victoire. Les mains croisées dans le dos, un visage détendu et serein, il pose comme un roi devant son château. C’est sur les conseils de sa fille Claude, qu’il choisit Bettina Rheims, photographe connue pour ses provocations.

Le 21 mai 2007, derrière l’objectif du photographe people Philippe Warrin, l’ancien Président retourne dans la bibliothèque. Pour la première fois, il intègre dans la photographie le drapeau Européen.

Le changement c’est maintenant, les mains ballantes également. Regard perdu, manque d’aisance, le nouveau Chef de l’Etat fait appel à Raymond Depardon pour réaliser son portrait. Ressemblance remarquée avec la représentation de Jacques Chirac, la copie est loin d’être aussi chaleureuse que l’original. La normalité a ses limites. Il ne faut pas tomber dans le ridicule. Affaire à suivre…

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Libertad dit :

    Plus je vois cette photo, plus je lui touve un côté Nain de jardin….Un nouveau surnom ?

  2. Arzac dit :

    Nain de jardin ? Je pensais que c’était l’ancien qui en était un !

  3. patrickd57 dit :

    moi , plus je vois cette photo , plus je vois un grand bênet qui se demande ce qu’il fait là.
    En plus ce drapeaux hollandais( en tout cas c’est pas le nôtre) à coté du drapeaux de l’europe ( qui , lui est dans le bon sens!!) ça prouve le niveau de professionnalisme de son entourage!

Laisser un commentaire