/>

Orelsan relaxé : une défaite pour la police de la pensée

Rédigé par lateigne (24actu) le 12 juin 2012.

Le rappeur Orelsan, attaqué par les “intifadistes” de l’égalité des genres de Ni Putes ni soumises, pour le texte de son morceau “Sale Pute”, a été relaxé par la justice. Une défaite pour la police de la pensée et la censure grandissante de la liberté d’expression qui résonne comme une bonne nouvelle. Les associations spécialisées dans les procès retentissants devront trouver un autre mouton à tondre.

Dans le monde du rap français de ce début de siècle, Orelsan est un Ovni à des années lumières des caricatures racoleuses et bling-bling à la Booba ou autre Fouine. Un rap intelligent et imaginatif dans lequel Orelsan n’est jamais vulgaire gratuitement. Une liberté de ton qui a déplu aux chiennes de garde du féminisme de Ni putes ni soumises qui ont porté plainte pour “incitation à la haine”.

En cause ? Le texte d’une chanson dans lequel le rappeur menace sa copine, qu’il vient de surprendre avec un autre homme, des pires violence… Une fiction, certes violente, mais qui n’avait aucune raison de rentrer dans le domaine judiciaire. Orelsan est un artiste et ses textes sont couverts par la “liberté d’expression artistique”.

C’est fort heureusement ce qu’a tranché la justice française qui a donné tort aux censeurs de Ni putes ni soumises et à tous ceux qui approuvent la pluralité d’opinion et de points de vue tant qu’on pense comme eux !

Déjà une remarque sur cet article

  1. moi dit :

    Les auteurs de ce cite de propagande font du publireportage à longueur d’articles
    ce faux canard plus qu’orienté est une suite d’approximations, d’exagérations et d’informations orientées
    En gros un tas d’immondices
    ils auraient du l’appeler “UMP contre le reste du monde” ou “tous les autres sont des cons”
    A bon entendeur

Laisser un commentaire