Féminisme : Trierweiler une “peste” pour la presse étrangère

Rédigé par lesoufflet le 25 juin 2012.

Trierweiler-une-peste-à-lelysée-500x665

Trierweiler-une-peste-à-lelysée-500x665Le magazine suisse “L’illustre” a consacré une Une a Valérie Trierweiler. Titré “Une peste à l’Élysée“, le sujet sur la première concubine de France n’est pas tendre avec elle. Pour le rédacteur en chef de L’illustre, Valérie Trierweiler aura fait reculer énormément la cause féministe en cristallisant sur sa seul personne de nombreux clichés misogynes.

“Valérie Trierweiler, première dame de France, jalouse de l’ex-compagne du président, elle fait de Ségolène Royal sa première victime. Enquête sur le Dallas de l’été. Une peste à l’Élysée.” Voilà ce que titrent les journaux d’un pays où la presse n’est pas membre du parti au pouvoir…

Plus intéressant que la Une, qui prouve déjà la belle image de Valérie Trierweiler chez nos partenaires européens, l’article, pourtant rédigé par le rédacteur en chef du magazine, est d’une violence inouïe. Pourtant, il appuie exactement là ou ça fait mal, en dénonçant le paradoxe de Trierweiler.

En effet, la concubine de l’ex de Ségolène se cache derrière le féminisme pour justifier toutes ses positions scandaleuses (“je suis une femme indépendante, j’ai le droit d’humilier publiquement mon mari et d’être cruelle avec son ex, j’ai le droit d’avoir un bureau et des employés payés par l’Élysée tout en gardant mon poste à Paris Match”), alors que ses positions donnent précisément une image stéréotypée et misogyne de la femme moderne cruelle, pécheresse, briseuse de ménages, impudique, hystérique, méchante, carriériste, incapable de faire la part des choses entre vie privée et vie professionnelle, castratrice, dominatrice….

Pour résumer, les comportements indignes que commet Trierweiler au nom du féminisme font le plus grand mal à cette cause, comme le précise le rédacteur en chef suisse :

Son coup vache envers Ségolène fait dire aux phallocrates qu’on ne peut pas attendre d’un président ne maîtrisant pas sa moitié qu’il tienne l’ensemble d’un pays comme la France.

Sans compter que cet acte de jalousie renforce le lieu commun selon lequel les femmes rivales sont difficilement capables d’élever le niveau au-dessus du crêpage de chignon.

Bref, en voulant prouver à la face du monde qu’elle était une femme libre, la « première compagne » vient de démontrer qu’elle est asservie par ses propres turpitudes.

La France voulait un président « normal », la voilà servie, avec un François Hollande empêtré dans une intrigue sentimentale des plus ordinaires.

Pas sûr, toutefois, que cela soit cette normalité-là que les Français réclamaient.

Quand les éditorialistes français auront cette liberté de pensé et d’expression, on n’aura plus le Parti socialiste au pouvoir…

 

 

 

 

Déjà 15 remarques sur cet article

  1. denis-le-rouge dit :

    “Quand les éditorialistes français auront cette liberté de pensé et d’expression, on n’aura plus le Parti socialiste au pouvoir…”

    Ah bon?
    je vous laisse lire l’article plutôt féroce du Canard Enchainé de cette semaine et intitulé : “La Valerie T. si je mens”… Bon, ok, c’est hautement parodique mais pas si éloigné de la vérité (justement) par rapport à l’article de l’Illustre…

  2. PM92 dit :

    Vive la Suisse.

  3. Paul Emiste dit :

    Plutôt une Hyène. Une fois de plus nous sommes la risée de l´Europe et du monde. Merci à notre bande de clowns socialo-populistes.

    • denis-le-rouge dit :

      pourquoi dites vous “une fois de plus”?
      il y avait de quoi rire les dernières années?

      • Paul Emiste dit :

        Et oui, mais beaucoup moins venant du gouvernement que de la gauche et des syndicats avec leurs grèves à répétition, prise en otage des patrons, chantage à la bouteille de gaz et j´en passe.
        Je suis expat, et je vis à l´étranger depuis de nombreuses années, et la France vue de l´extérieur c´est une autre planète.
        Petit exemple? Depuis que je vis en Autriche (entre autres), la RATP locale ne s´est jamais mise en grève et la SNCF locale une fois une semaine. NB Cela fait 13 années que je vis ici. Je vous laisse comparer.

        • denis-le-rouge dit :

          oui, je connais le refrain: “c’est tellement mieux ailleurs”.
          Tant mieux pour vous si vous avez trouvé votre paradis.

          En parlant de la RATP et SNCF locale, le faible nombre de grèves s’explique peut être du fait que, contrairement à la France, il n’y a pas qu’une société de transport.

          • Paul Emiste dit :

            Ben mon il n´y en a qu´une, mais ici les gens bossent sérieusement, ce qui explique peut être pourquoi les salaires sont plus haut qu´en France et que nous avons 13eme et 14eme mois généralisés…la CGT/Sud vous mentirait elle?! Seraient il plus important de travailler dur que de toujours faire grève à longueur d´année afin d´avoir un niveau de vie plus élevé?!
            Dans tous les cas de figure je reste ici, et mes enfants (Bi-nationaux) aussi.

  4. libertad dit :

    Et bien puisque l’on est dans les confidences, moi je vis dans un pays qui reçoit beaucoup de touristes américains; quand je leur explique le système social à la française, les 35h, les RTT, les 5 semaines de congés, le smic….je passe pour un martien , eux qui travaillent au moins 40h avec 15 jours de congés annuels…et pour confirmer Paul Emiste, invariablement cela se termine par “mais en France, il y a toujours des grèves…mais pourquoi donc??”
    Et oui, en france on fait du nombrilisme social jusqu’à en mourir. Avec la gôche, la mort sera seulement plus rapide !

  5. ninilepetit dit :

    Quand est-ce que vous allez nous parler de choses importantes ? La compagne du président, ainsi que le féminisme, à l’heure d’aujourd’hui, ne sont que broutilles… Nous sentons tous que nous allons droit le mur, avec le cortège de pauvreté, de guerres et de catastrophes de toutes sortes. Alors cette “people-isation” inscrite dans le titre même de cet article, me laisse penser qu’il n’y a peu d’espoir.

  6. Paul Emiste dit :

    Dans quel pays du monde, la maitresse du président serait considérée comme première dame du pays, avec tous les avantages (coûts?) liés à “l´emploi”?! Vous me direz bien “Mais nous avons déjà eu une maitresse logée à l´Élysée à nos frais”, certes, certes…
    Encore une exception française dont nous nous serions bien passé.

    • tess dit :

      Dans ce cas précis, l’exception française doit être la risée du monde entier… mais la honte ne gêne apparemment pas les électeurs du “président normal”.

  7. wouarf wouarf dit :

    Et encore, quand elle bossait à paris -match elle faisait la pluie et le beau temps (de chouettes articles sur son compagnon qu’elle essayait de débaucher, et des articles moins sympa sur la compagne de hollande : mauvaise mère etc…jusqu’à compter le nombre de jours où elle n’était pas rentré à la maison..). Au fait, elle, elle s’en occupe de ses enfants ou est ce une autre personne qui le fait à sa place ?
    Mais cela, on ne peut le dire dans les commentaires des quotidiens français, il y a censure.

  8. Mary dit :

    Oui, une vraie peste. Et que FH l’ait installée à l’Élysée me déçoit et entame ma confiance dans ce président.

  9. muzikant dit :

    … qu’ils se bouffent entre eux les charognards …

  10. Pier21 dit :

    “une image stéréotypée et misogyne de la femme moderne cruelle, pécheresse, briseuse de ménages, impudique, hystérique, méchante, carriériste, incapable de faire la part des choses entre vie privée et vie professionnelle, castratrice, dominatrice….”
    C’est exactement le portrait des femmes que fuient les hommes, que l’on retrouve dans tous les “speed dating” et qui à 45 ans n’ont plus, pour échapper à la solitude de la vieillesse, qu’à se faire inséminer ou adopter …un chien!

Laisser un commentaire