/>

Bidzina Ivanishvili : une armée de lobbyistes pour séduire Washington

Rédigé par notre équipe le 29 juin 2012.

Dans son ambition de conquête du pouvoir en Géorgie,  le puissant actionnaire de Gazprom Bidzina Ivanishvili mise très fortement sur le lobbying à Washington. L’oligarque espère ainsi faire oublier son tropisme pro-russe et sa fortune opaque.

La prochaine élection présidentielle géorgienne se jouerait-elle au Capitole ? Depuis quelques mois, l’homme d’affaires Bidzina Ivanishvili a chargé une armée de lobbyistes de promouvoir sa candidature à l’élection présidentielle prévue en 2013 tout en décrédibilisant son adversaire, le président Saakachvili. Une telle opération a un prix, c’est pourquoi l’oligarque dépense près d’un million de dollars pour ses experts en relations publiques et en influence.

Ces chiffres sont d’une ampleur inhabituelle pour le candidat d’un parti d’opposition étranger.  Bidzina Ivanishvili emploie aujourd’hui pas moins de sept cabinets de lobbying pour défendre sa réputation à Washington, dont Patton Boggs, National Strategies et BGR Gabara, les plus prestigieux cabinets internationaux. Sam Patten, un cabinet de consultants basé en Géorgie, reçoit 20 000 $ par mois de l’oligarque franco-géorgien. BGR Group recevrait, lui, près de 25 000 $ par mois depuis novembre.

Patton Boggs a déjà dépensé 510.000 dollars en 2012, tandis que National Strategies et BGR Group affichaient des budgets de 160.000 et 180.000 dollars pour leur client géorgien. Au menu, campagnes dans les journaux, virées sur la colline du Capitole pour influencer les principaux membres du Congrès, rencontres avec les experts des think tanks, etc.

L’objectif est simple, il s’agit de convaincre l’allié américain que la Géorgie ne serait pas un Etat démocratique tout en cherchant à faire gommer son passé trouble et ses liens avec Moscou, qui, jusqu’à présent, entachaient fortement sa réputation auprès des géorgiens. En effet, comme tout oligarque qui se respecte, Ivanishvili a fait fortune sur les décombres de l’URSS. L’homme d’affaires possède toujours des parts dans des entreprises stratégiques en Russie. Evaluées à 3 milliards de dollars, ses participations incluent Lukoil ou Gazprom, dont il serait d’ailleurs le premier actionnaire individuel. Ivanishvili est souvent vu comme étant le candidat de Moscou qu’il défend bec et ongles. En 1996, il avait soutenu le général Lebed, candidat à l’élection présidentielle russe et commandant des forces soviétiques qui avaient maté en 1989 une manifestation dans la capitale géorgienne. Aussi, il plaide pour un renforcement des liens entre Tbilissi et Moscou, va même jusqu’à affirmer que “la Géorgie est moins démocratique que la Russie” et n’hésite pas à se placer sur le terrain identitaire et conservateur.

«Je ne vois pas de plan secret, explique l’ambassadeur géorgien à Washington Temuri Iakobachvili. Mais je constate que les arguments utilisés par les lobbyistes de l’opposition sont les mêmes que ceux qu’utilise le lobbying russe contre nous». La bataille du lobbying fait donc rage sur les rives du Potomac. Beaucoup de géorgiens mettent en garde contre une approche qui ouvrirait les portes à des «soutiens» de Moscou.

 

Déjà une remarque sur cet article

  1. david dit :

    cette article est du pure “n’importe quoi” ! je me demande si’il n’est pas écrit pas saakashvili lui même ! Il y a rien de juste dedans ! arretez de montir au gens svp ! Bidzina n’est pas un pro russe; il ne possede pas de capitale en russie! c’est simplement un homme riche qui souhaite du bien pour son pays et son peuple!

Laisser un commentaire