/>

Syrie : combien de temps va t-on encore se payer notre tête ?

Rédigé par P.O. le 17 juillet 2012.

laurent_fabius
Photo : Webstern Socialiste
laurent_fabius

Photo : Webstern Socialiste

Ça a commencé il y a longtemps, en Iran, puis en Irak. Ça a enchaîné au Kosovo. Quelques années plus tard, ce fut au tour de l’Irak à nouveau. Le mouvement s’accélérait, toujours plus pressant, Afghanistan, Libye, Égypte, Tunisie et maintenant, on nous parle de la Syrie. Israël reste en suspens.

De quoi je veux vous parler ? Des soi disant gouvernements qu’il faut renverser, pour la paix mondiale. Le plus fort étant que cela concerne systématiquement des régions du monde qui n’ont quasiment aucun lien avec la France, et dont on n’abrite quasiment pas de population. Et pourtant, on nous dit que c’est aussi pour la sécurité de la France, et pour leur liberté.

Que les gouvernements cités soient des oppresseurs, je ne pense pas qu’on puisse le nier. Souvent, ce sont des régimes autocratiques totalitaires qui ont été mises en place il y a des dizaines d’années, qui anéantissent toute opposition de façon systématique. C’est un fait. Mais en quoi tel ou tel régime autocratique totalitaire vaut mieux qu’un autre ? Car dans cette optique, il y aurait de quoi faire pendant longtemps ; il en existe des dizaines et des dizaines de par le monde.

Alors, pourquoi s’attaquer sur l’un plutôt que sur l’autre ? Évidemment, ce sont des raisons politiques et stratégiques : de par leur ressources et de par leurs alliances. On dit que la guerre froide est terminée depuis 1990 : il n’en est rien, et les États-Unis continuent de s’opposer aux Russes, ainsi qu’aux Chinois, nouvellement venus dans cet affrontement mondial mais ayant de bonnes cartes entre les mains.

Et la France, dans tout ça ? Elle suit, elle subit, elle obéit. Et subit en plus le contrecoup, double, voir triple, avec le mécontentement de sa population, une perte de richesse aggravant d’autant plus sa dette et réduisant d’autant plus son économie, et, cerise sur le gâteau, devant accueillir la population fuyant la guerre. Il en a été ainsi de la Libye, de la Tunisie et, dans une moindre mesure, de l’Égypte. Il en sera de même pour la Syrie, et, dans une certaine mesure, c’est un juste retour des choses. Car autant pour le conflit de l’Afghanistan, la France, même si elle y a participé, n’a pas lancé le processus et s’est contenté de suivre, autant pour la Libye et maintenant la Syrie, elle appelle de ses vœux à la guerre, prétextant des excuses pitoyables ou faisant semblant de philosopher, mais amenant de façon directe au conflit, après quoi, elle subira des afflux d’immigrés qu’elle ne pourra pas refouler pour des raisons morales…

Le pire étant que ces régimes font systématiquement place à des régimes pire encore. Les rares libertés qui y étaient accordées vont alors disparaître, faisant régresser d’autant plus le pays durant plusieurs dizaines d’années. Le plus ancien exemple étant l’Iran, aux mains de mollah impitoyables mais totalement corrompus. Et c’est la population qui trinque.

On ne peut pas faire semblant de ne pas savoir, puisque nous avons plusieurs exemples à notre actif, ou plutôt, à notre passif. Et pourtant, nos politiques continuent de nous prendre pour des jambons : ils continuent avec exactement les mêmes discours qu’auparavant, et, des fois, avec les mêmes sombres protagonistes !

http://youtu.be/xAyiahN0o1c

Qui continuent de nous faire croire qu’ils sont des philosophes avisés, mais qui répètent encore et toujours les mêmes erreurs.
Et personne pour réagir ; non, on se contente de retranscrire l’information telle quelle, et on soupire un bon coup en se disant que, décidément, la paix est loin d’être facile à avoir, qu’il n’est pas normal que de tels régimes existent, et qu’il devient donc évident qu’il faille les renverser. En tout cas, personne ne s’oppose ouvertement à ces décisions imbéciles…

Finalement, peut être qu’il y’a de bonnes raisons pour lesquelles nos politiques nous prennent pour des imbéciles ?

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Barbara dit :

    Les américains veulent renverser 7 régimes dont ils ne veulent plus : l’Irak, la Libye, le Syrie, l’Iran, le Soudan, le Liban, la Somalie. Seul Jacques CHIRAC a dit en parlant de Bush et de sa guerre en Irak : lorsqu’un ami se trompe, il faut le lui dire. Son veto à la guerre en Irak a suivi. Le seul je vous dis à oser tenir tête, à être juste.

  2. PauvreFrance dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec cet article… Non mais sérieusement il faut cesser de se croire le gendarme du monde alors que l’on est pas capable de gérer sa propre sécurité intérieure. Laissons ces peuples à leur sort. V.Poutine lui l’a bien compris il faut mieux un bon vieux dictateur que des extrémistes musulmans au pouvoir d’un pays allié…a bon entendeur.

  3. Papilou dit :

    Syrie,demain la Jordanie etc…. tout cela encouragé par le locataire de la maison blanche, l’argent Séoudien et Quatari…
    Et la France, en petit chien suit et donne de la gueule de temps à autre!!! Tous ces régimes politiques n’étaient en rien des modèles de vertu MAIS sur le plan des intérêts de la France et de l’Occident ( ou de ce qu’il en reste!) ils étaient plus stables et “pro-occident”!! Les pseudos libérations n’apportent que ruine, guerres civiles, fatwa, élimination sytématique = GENOCIDE à l’encontre des chrétiens etc…
    B.H. OBAMA est un être des plus toxiques pour l’Europe et la France en particulier qui se frotte bien les mains pour, avec son prédecesseur,avoir précipité la monde dans une ruine totale ,financière,économique,sociétale;!!!… Dans quel conflit majeur veulent-ils nous entrainer??? la gestapo de la pensée unique à l’oeuvre nous conduit à une confrontation générale….

  4. Octobre rouge dit :

    Pour tous les membres de la nouvelle commission du Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité Nationale : bien vouloir noter les propos de Mitt Romney affirmés avec force, courage et surtout volonté pour “tout mettre en oeuvre afin de disposer d’un outil militaire très puissant que personne n’osera affronter”. A la Poutine !!!

    A quand autant de volonté messieurs ?

    Par ailleurs, sur le chapitre “RH” du futur LBDSN, allez dans le sens de l’abrogation des multiples statuts qui ne font que :
    – cloisonner les militaires et civils qui servent un même pays ;
    – maintenir des vieux privilèges complètement dépassés dans une vieille démocratie qui se veut “parfaite”, en tout cas plus avancée que les autres ;
    – donner plus de travail à celles et ceux qui sont sur le front et sur l’arrière pour gérer toutes les problématiques de gestion RH qui en découlent, donc à justifier inutilement des postes rien que pour cela ;
    – empêcher les “gens d’en bas” de grimper plus haut que le seuil autorisé par les “purs” qui conservent tous les pouvoirs puisqu’ils font “la politique” ; c’est mon cas ; je touche à présent le “plafond de verre” en gestion et dans mon avancement.

    Nous avons tous le droit de défendre notre pays. Nous avons aussi tous le droit d’aller jusqu’en haut. Les “purs” inventent trop de barrières psychologiques, statutaires, imaginaires, de circonstances, pour empêcher le mélange des classes. Il est donc plus que temps de les abolir cette fois pour de vrai et définitivement.

    La gauche peut-elle avoir ce courage ?

Laisser un commentaire sur Barbara