/>

Pulvar et Montebourg utilisent-ils les Inrocks contre Valls ?

Rédigé par lesoufflet le 14 août 2012.

pulvar_inrocks
Photo : Patrick Peccatte
pulvar_inrocks

Photo : Patrick Peccatte

Audrey Pulvar, la “compagne” du ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s’est fendue d’une chronique dans le magazine culturel qu’elle dirige, les Inrockuptibles, où elle dénonce les choix du Président concernant les Roms. Crise de lucidité, besoin de donner le change, ou bien règlement de comptes politique ?

En publiant une tribune politique dans les Inrockuptibles pour dénoncer la politique du gouvernement concernant les Roms, Audrey Pulvar a une nouvelle fois loupé une bonne occasion de se taire.

La journaliste procédurière se souvient de l’indignation généralisée au PS, lorsque le gouvernement Sarkozy expulsait des Roms. Elle regrette que désormais, le gouvernement socialiste fasse exactement la même chose :

“La gauche, toute 
la gauche, nationale et européenne, dans les hémicycles du pouvoir, dans les tchats passionnés, aux terrasses de café, sur les plages et dans les déjeuners de famille… La gauche, vent debout comme une seule femme, vibrante d’indignation, touchée au cœur par des images d’enfants hagards agrippés à des mères à l’œil bistre, de pères avançant la tête basse, qui tournaient en boucle sur les écrans de télévision.”

“C’était il y a un siècle. Sans doute. Sinon, au rythme où la gauche au pouvoir expulse du Rom et démantèle du camp de fortune, jetant à la rue, sans réelle solution alternative, des centaines – et bientôt des milliers – de personnes, la gauche, toute la gauche (la vraie ?) serait vent debout comme une seule femme, non ?”

Cher François (c’est désormais comme cela que les “journalistes indépendants” interpellent les politiques, NDLR), on n’a pas voté pour ça. Il est vrai que les promesses n’engagent que ceux qui y croient. […] Le changement, 
c’est maintenant qu’ils disaient.”

Sur le fond, Audrey Pulvar ne dit pas, pour une fois, que des bêtises. En effet, il est hallucinant de voir comment la gauche et le Parti socialiste ont passé 5 années à feindre de s’indigner, à caricaturer la gouvernance Sarkozy au sujet de ces expulsions de Roms (Hortefeux, Besson, puis Guéant, considérés tour à tour par les médias et les bien pensants comme les derniers des nazis), que les socialistes pratiquent désormais allégrement et sans scrupule. Comme s’il était pire de faire quelque chose et de le dire plutôt que de faire quelque chose et de s’en cacher.

La question que soulève cette tribune de Pulvar est la suivante : pourquoi la petite copine d’un ministre irait écrire publiquement une critique du gouvernement en place? Trois hypothèses, qui ne sont pas forcement indissociables, permettent de répondre à cette question.

-La situation intolérable de femme de Ministre et de directrice d’un grand média ayant été fort contestée (au sein même des Inrocks), Pulvar veut donner le change, prouver aux rares gugusses (et sûrement à elle-même) qui aiment son style, qu’elle est effectivement indépendante. En tapant sur le président au sujet d’une thématique facile, consensuelle et démagogique, Pulvar s’achète à bas prix une bonne conscience et une liberté journalistique auprès des bien pensants ” de gôche”. “Oui je suis libre, regardez je critique le président !”.

-La guéguerre d’égos du PS est repartie de plus belle depuis l’élection présidentielle. Manuel Valls, Ministre de l’intérieur, responsable des expulsions de Roms, représente l’aile droite du parti ; Montebourg, représente la gauche du PS. Les deux hommes sont logiquement rivaux. Pulvar participerait ainsi à une croisade anti Valls, orchestrée par Montebourg, en lançant dans les médias l’idée que le concurrent de son petit ami est aussi méchant que Claude Guéant et Brice Hortefeux. Comparaison simpliste et absurde mais efficace dans les pauvres petits cerveaux des masses de gauche nourries à l’humanisme niais et à la propagande antiraciste. La manœuvre semblerait grossière, mais la rivalité entre Valls et Montebourg est bien réelle, tout comme l’édito de Pulvar et ses rapports intimes avec le ministre.

-Peut-être Audrey Pulvar ne se rend-elle même pas compte de l’insanité de sa situation et qu’elle est simplement sincère, ce qui n’empêcherait pas de voir dans son idéologie l’influence des idées de son partenaire à la ville. La différence de traitement entre les expulsions (comparées au nazisme pendant 5 ans) réalisées sous Sarkozy et celles (les mêmes, Valls l’a promis) effectuées par le président Hollande est tellement choquante, que même une bobo déconnectée peut avoir été choquée.

Qu’il s’agisse d’une volonté de faire croire qu’elle est indépendante, d’une croisade préparée avec son compagnon pour faire couler son ennemi Valls, ou d’un édito sincère d’une socialiste révoltée par la misère, la guerre et le Sida,  la question des motivations de la belle est légitime. Une question que l’on ne devrait pas de poser dans une démocratie où la presse serait réellement indépendante et où il ne serait pas envisageable de nommer à la tête de l’un des principaux organes de presse du pays la compagne d’un ministre (il parait que même en Iran et à Cuba ils n’ont pas osé).

La situation scandaleuse de l’intello en mini jupe conduira toujours à se poser ce genre de questions, quel que soit le sujet sur lequel elle s’exprimera…

Déjà 9 remarques sur cet article

  1. Etienne dit :

    Enfin un organe de propagande de Droite qui ne s’en cache pas. On peut s’abonner chez vous ?

  2. Paul Emiste dit :

    Et oui nos socialo-populistes passent de l´ideologie jurassique à la réalité… bienvenue dans le monde réel! Si ça continue ils vont voter Sarkozy aux prochaines elections.

  3. Deckard dit :

    Ca n’a pas l’air de poser un cas de conscience aux autres “journalites” des inrocks. Un seul a eu le courage de démissionner à l’arrivée de pulvar. Les autres rampent… comme d’hab.

  4. emile dit :

    Encore PULVAR qui actionne la sonnette!Il est vrai qu’elle n’a rien d’appetissant mis a part sa grande gueule qui lui sert de masque!

  5. deckard dit :

    c’est ballot mon commentaire, pourtant très réservé, a été dégagé. Le Komité se porte bien ?

  6. francedissident@gmail.com dit :

    Ces socialistes n’ont décidément aucune valeur, aucune éthique. Après s’être comportés comme des “petits voyous” sur les bancs de l’assemblée en utilisant la calomnie, en vitupérant, en faisant de l’obstruction systématique à toute proposition, ils règlent leur compte, sur fond d’égos démesurés, par voie de presse interposée. Le conflit d’intérêt, ça n’existe visiblement pas pour eux. La loyauté, non plus. Le devoir de réserve, pschitt… Donc, après l’épisode des bisounours et les vacances, c’est “le parrain 2”.

  7. Paul Emiste dit :

    Tant qu´ils se tapent dessus entre camarades du parti pourquoi pas?! Nous on compte les points et on se marre.

  8. denis-le-rouge dit :

    un journal bobo-parisianiste-de gauche (ne rayez aucune mention inutile) qui sert de propagande contre un ministre socialiste? C’est cocasse comme situation.

    Un peu comme si Paris-Match ou Le Figaro faisait dans l’anti-sarkozysme primaire.

  9. […] que leurs prédécesseurs, on est surpris par la différence de traitement. Bien sûr, quelques éditorialistes qui ont fait (discrètement) la campagne pour Hollande essayent de se racheter une c…, mais la ferveur n’est plus la même, le cœur n’y est plus. L’indignation à […]

Laisser un commentaire