/>

Photos en maillot : la presse étrangère choquée par Trierweiler

Rédigé par lesoufflet le 23 août 2012.

Le comportement de femme de dictateur de Valérie Trierweiler à l'égard de la presse française commence à inquiéter les journalistes étrangers. Dans un article espagnol repris par le Courrier International avant d'en être censuré, une journaliste dénonce les pressions exercées par la première concubine de France sur la presse française.

Le comportement de femme de dictateur de Valérie Trierweiler à l’égard de la presse française commence à inquiéter les journalistes étrangers. Dans un article espagnol repris par le Courrier International avant d’en être censuré, une journaliste dénonce les pressions exercées par la première concubine de France sur la presse française.

Photographiée en maillot de bain avec son amoureux, François Hollande, pendant leurs vacances à Brégançon (la photo sexy disponible ici), Valérie Trierweiler n’a visiblement pas accepté de voir sa photo publiée dans les journaux. La première petite copine de France a donc fait pression sur de nombreux organes de presse pour qu’il ne publient pas les clichés. Plusieurs journalistes ont dénoncé ces nouvelles ingérences politiques sur leurs choix éditoriaux. Heureusement que le président avait promis que sa vie privée et sa vie publique ne serait plus jamais mêlées…

Choquée par cette énième polémique liée au caractère autoritaire de la concubine présidentielle et à la mainmise du pouvoir politique sur les médias, María Laura Avignolo, correspondante à Paris du célèbre journal espagnol Clarin, a publié un article intitulé “La Première dame, un problème pour le président français”.

Cet article a été traduit et repris, dans un premier temps, sur le site du Courrier International, puis il a été supprimé par magie… Il est bien évident que les pressions de Trierweiler et de Hollande sur les journalistes ne sont pour rien dans ce retrait, qui n’est que le fruit du hasard…

Dans l’article, elle explique que le comportement hallucinant de Trierweiler nuit énormément à l’image de président “normal” que François Hollande essaye de faire passer aux Français. La journaliste rappelle ainsi l’épisode sordide du TweetWeilergate, avant de décrire la colère de Valérie en découvrant ses photos en tenue d’été. Selon la journaliste, la première concubine a d’abord demandé à ses “amis” d’appeler les différents médias pour leur demander de ne pas publier les photos, puis son avocat a envoyé une lettre de menace aux différentes rédactions.

Avec justesse, María Laura Avignolo dénonce également le double statut d’une femme qui se prétend journaliste indépendante mais qui bénéficie d’un bureau à l’Élysée. Elle précise que Paris match, où travaille Trierweiler, est un journal people où Trierweiler s’est faite connaitre pour avoir inventé la “politique célébrité”, en allant interroger Ségolène Royal à la maternité quelques heures après son accouchement. Une interview qui a finalement couté très cher à la madone du Poitou…

L’article cite également l’édito du rédacteur en chef de VSD, Mathieu Janin, qui s’est emporté contre les méthodes totalitaires de Trierweiler et dont voici un extrait :

“De qui se moque-t-on? En plein plan com’ depuis le début de leurs vacances – et je prends le train pour aller dans le Midi, et je me balade en ville au milieu des touristes _, le couple présidentiel n’ignore rien des risques d’être photographié lorsqu’il se baigne à Brégançon. Mais, de toute évidence, Valérie Trierweiler continue de penser qu’elle peut régenter les médias, s’énerve Janin. Et dire qu’elle se rêve en Eleanore Roosevelt, la femme journaliste du président du new Deal. Elle devrait aller prendre des leçons de liberté de la presse aux États-Unis…”

Un président “normal” qui emmène sa petite amie lors de ses déplacements diplomatiques devrait être capable de contrôler ses excès de colère ! Surtout, il n’est pas acceptable pour notre démocratie que la femme d’un homme politique essaye de décider de quoi doivent traiter les journaux.

Depuis Leila Trabelsi, peu de femmes de chefs d’État se permettent d’ordonner aux journalistes ce qu’ils doivent publier ou pas…

La démocratie à l’africaine, c’est maintenant !

 

 

 

 

 

 

Déjà 13 remarques sur cet article

  1. MALLET dit :

    Puisqu’ici un parallèle est fait avec le régime de Ben Ali, il faut savoir également que les élus PS du département du Nord ont fait révoquer sur un dossier monté sans preuves matérielles un agent qui dénonçait les méthodes de management sectaire du directeur juridique.

    Depuis quand dans une démocratie des données brutes informatiques donc non datées peuvent constituer des preuves?

    Depuis quand dans le pays des droits de l’Homme un dossier sans contradictoire (pas de scellés, pas de constat de huissier…) n’est pas rejeté par la justice?

    Depuis quand dans un pays non autocratique, un juge peut infliger une sanction allant au delà de la jurisprudence?

    Une révocation pour de soi disants tracts satiriques alors que des agents publics ayant dealé ont vu leur révocation annulée.

  2. denis-le-rouge dit :

    il parait même que ni la bedaine de notre Président ni les bourlets disgracieux de sa petite amie n’ont été photoshopé avant d’être publiées. Choquant!

  3. pylatais dit :

    Valérie est notre nouvelle Mata-Harri rien de moins.

  4. lederniermétro dit :

    Tout à fait d’accord !
    Il est nécessaire pour notre démocratie que la photo de Trierweiler en maillot de bain soit publiée. Dans quel état d’abrutissement veut-on au juste plonger le citoyen français? Le droit à l’information et la liberté de la presse ne souffrent aucune exemption; ils impliquent que notre regard civique se pose sur cette poitrine législative et ces fessiers républicains.

    Et que ce message d’espoir nous parvienne de Clarin, journal argentin et non pas espagnol, en situation de quasi monopole sur les média locaux, et quelque peu mouillé dans le soutien à Videla, c’est une vraie bouffée d’oxygène.

  5. pylatais dit :

    mais elle est belle et bien en chair , elle aurait pû se dévoiler d’avantage , se sera pour 2013 si elle est encore en odeur de sainteté.

  6. dubois dit :

    on est obligé de lire la presse étrangère! super !

  7. Berton dit :

    Que n aurions entendu s il s était s ‘ agit de Carla . ….

  8. en plus, elle se prend pour Lucie Aubrac, avec ses petites chaussettes blanches et sa robe à fleurs, années post pétinistes et pré High Life. eurait-elle arraché Mollande des griffes de la Gestapo merkelienne comme dans le film ?

  9. Paul Emiste dit :

    Après avoir vu la photo je comprends que la pôvre femme poursuit à tour de bras. Elle aurait pu poser pour Lascaux.

  10. Hélène de Biare dit :

    Qu’elle porte plainte pour atteinte à sa vie privée ne me choque pas, par contre qu’elle ose essayer de faire la police elle-même me choque au plus haut point et c’est indigne de sa part ! Pour qui se prend-elle ? A quoi sert son cabinet ? A faire la police ? Un président normal, une concubine psychotique ?

  11. Claire dit :

    Elle domine François et elle pense dominer la presse et le peuple français. Elle domine le peuple français puisque son train de vie est pompée sur les frais des contribuables. Ce qui est inadmissible. C’est françois qui devrait subvenir aux besoins de sa maîtresse.
    je pense qu’il est temps de faire une pétition.
    C’est le moins que l’on puisse faire pour arrêter de nous faire tondre pour une femme qui ne nous est rien.

  12. meges dit :

    sI ELLE NE VOULAIT PAS ETRE EN PHOTO ELLE AVAIT QU’A SE CACHEDE TOUTE FACON CE N’EST PAS DU TOUT UN CANON CE QUI EXPLIQUE SA HONTE!
    elle a rien avoir avec la belle carla meme apres un accouchement

  13. […] Photos en maillot : la presse étrangère choquée par Trierweiler | 24heuresactu.com […]

Laisser un commentaire