/>

Un poster, imposture…

Rédigé par nikkopol le 04 septembre 2012.

hollande_trierweiler_
Photo : anne-hidalgo
hollande_trierweiler_

Photo : anne-hidalgo

Il aura donc fallu attendre la fin des fameux 100 jours pour que le voile se déchire. La période somme toute facile est passée : l’euphorie de la victoire qui, traditionnellement, endort les « opposants de l’intérieur », la gueule de bois de l’opposition qui doit réapprendre, justement, à s’opposer, indulgence attentive et plutôt bienveillante des français (les premières mesures, symboliques, ont été bien accueillies).

Oui tout était facile. Au point que le nouvel exécutif s’est senti grisé : pas d’attaque tant redoutée des marchés financiers qui finalement, sont passés du statut d’« ennemis sans visage » à celui d’alliés respectés de l’Elysée : Bercy est en effet ravi que l’Espagne et l’Italie empruntent à des taux faramineux puisque cela lui permet d’emprunter pour la première fois à taux négatif… On est loin de la déclaration de guerre du Bourget du « Petit Chose » au Monde de la Finance.

Tout était facile donc. Il suffisait de se comporter à l’opposé de son prédécesseur. Mais il ne fallait pas être devin pour se rendre compte que l’immobilisme en opposition à l’activisme de Sarkozy était une bombe à retardement ! Aussi, la séquence du « Président en vacances », au moment où le chômage explosait un nouveau triste plafond (3 millions, + 41000 demandeurs d’emploi rien que sur le mois de juillet) est très mal passée chez les Français. Le monde brûle, la Syrie massacre, l’économie française coule mais le nouveau président boit un Perrier en rigolant avec sa douce à la terrasse d’un café varois.

Le voile se déchire donc en cette rentrée et il se pourrait que nous voyions apparaitre le vrai président, en tout cas pas celui qu’on pensait avoir élu. Et là, il faut bien le reconnaitre, c’est inquiétant.

1. Un président sans vision : Un exécutif qui sait où il va, un gouvernement qui a une feuille de route claire, il agit, il décide, il tranche. A l’opposé, lorsqu’il ne sait pas, il crée des commissions, il discute, en tout cas il ne décide pas. Les premières semaines de ce point de vue là sont éloquentes. Le moins qu’on puisse dire c’est que cette commissionnite devient suspect, tout au moins problématique ! Surtout quand on sait que certaines de ces commissions, lancées en fanfare il y a plusieurs mois, ne sont toujours pas opérantes ! Ainsi la commission Lescure, chargée de l’évaluation d’Hadopi et annoncée il y a 6 mois, mais qui attend toujours sa lettre de mission et les « experts » autour de Lescure. A lire entre les lignes, on comprend qu’il ne s’agit plus de défaire la loi en elle-même mais plutôt abroger la sanction. Où quand la colline accouche d’un souriceau borgne…

2. Un président qui subit et qui fait un terrible aveu de faiblesse : Quand on n’a pas d’emprise sur le monde, on est condamné à le subir. A ce titre, force est de constater que les derniers chiffres du chômage n’ont absolument pas été anticipés par le gouvernement et le président : l’un et l’autre ont été sonnés. Et lorsqu’on n’a pas d’emprise sur les choses, on croise les doigts et on attend qu’elles tournent en notre faveur ! Dans Le Point, un conseiller présidentiel ne se cache plus : à l’Elysée, on attend (on espère ?) une embellie pour 2013… Comme si personne, ni à l’Elysée ni à Matignon, n’était responsable de rien, ni du climat qui montre du doigt les entreprises et leur patron, ni des coups de massues fiscaux passés et à venir.

3. Un président qui s’entête par clientélisme : le diagnostic de la piteuse situation du pays est connu, son ami le 1° président de la Cour des Comptes lui a rendu un rapport circonstancié début juillet. Les remèdes sont unanimement partagés : la nécessaire baisse drastique de la dépense publique et la réduction du coût du travail. Même la CFDT le reconnait maintenant ! Et qu’a-t-il fait dans ce sens en 4 mois ? Ne pas remplacer les voitures de fonction et demander une maitrise de la masse salariale des ministères non prioritaires ! La belle affaire !

4. Un président, quelle autorité ? Les couacs sont finalement incessants entre ministres. Il y avait la guerre ouverte entre Filippetti et Cahuzac, il y a maintenant le conflit au sein même de Bercy entre Moscovici et Montebourg. Que dire de l’opposition absolue entre 2 ministères censés travailler ensemble, à savoir l’Intérieur et la Justice ? Quelle cohérence entre les actes d’un Valls pragmatique et les prises de positions aux antipodes d’une Taubira dogmatique… Et on ne parle pas de sa majorité branlante : certains, chez EELV notamment, qui ne sont députés pour la 1° fois que depuis 2 mois et qui ne doivent leur place confortable d’élu de la république qu’à la générosité du PS, certains donc se permettent de ne pas être loyaux sinon fidèles au gouvernement… C’est dire s’ils craignent l’ire présidentielle…

5. Un président bouffi de postures aussi vaines que dangereuses : il ne recevrait pas de dictateur à l’Elysée ? C’est chose faite depuis le 23 juillet. Il ne donnerait pas dans « l’hyper-présidence » tant décriée par lui au sujet de Sarkozy ? Il reçoit une délégation de Fralib à l’Elysée, il annonce une accélération du ‘temps présidentiel’ face à l’impatience (le fameux marqueur de l’antisarkozysme), il convoque une réunion de crise sur la sécurité à Marseille suite à un énième « accrochage » à la kalachnikov… Bref, tout ce qu’il nous a montré pendant 3 mois et demi n’était que manipulation et communication. Mais y croyait-il lui-même ?

Que reste-t-il aujourd’hui du président que les français ont cru élire ? Le constat d’un homme embrassant un destin trop grand pour lui, d’un petit élu de la République sans envergure qui avait rendez-vous avec l’Histoire et qui est en train de passer à côté de la sienne. Le risque est grand que se développe désormais le sentiment d’une erreur de casting… si ce n’est d’une imposture.

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Julrem dit :

    Excellemment résumé!
    Une bonne partie des Français se rend compte de ce que vous appelez “erreur de casting”.
    Le PS se prend les pieds dans son propre tapis, celui qu’il a lui-même tricoté : la critique systématique durant 10 ans n’a rien crée, elle éloigne des réalités du pouvoir.

  2. katlen dit :

    Comment voulez vous que la France sorte de ce marasme,quand un FH regarde sa montre a l envers…ce mec a je pense un gros probleme…

  3. Eddy K dit :

    Qui se souvient que François Hollande, il ya quelques mois à peine, prétendait vouloir “réenchanter la politique” ? Le masque est tombé dès le soir de son élection, avec sa balade en jet privé à 30.000 euros. Adieu “François le Réenchanteur”, bonjour “Falconby l’illusioniste” !

    Il n’a quasiment rien fait depuis 100 jours ? Tant mieux ! Vu son programme catastrophique, essentiellement des dépenses électoralistes en pleine crise économique, alors que la France est au bord du gouffre… inutile d’accélérer alors que nous allons droit dans le mur.

    Mais les dégâts sont là: alors que le budget 2012 n’est même pas encore bouclé (il manque 10 milliards, alors que nous sommes en septembre !), la distribution des cadeaux électoraux a commencé: petit coup de pouce au SMIC, majoration de 25% de la prime de rentrée scolaire, embauches de profs…

    … et la fin de la défiscalisation des heures sup, soi-disant “pour faire payer les riches” (!)

    Avec en prime, une volée de coups de matraque sous forme de hausses d’impôts…

    Mais pouvait-on s’attendre à autre chose de la part d’un Président inexpérimenté, sachant qu’il n’a jamais été ni ministre, si secrétaire d’Etat ?

    Et que son gouvernement est une collection de novices et d’amateurs marxistes dogmatiques ?

  4. Paul Emiste dit :

    Monsieur et Madame Hollande avec Monsieur et madame Hidalgo ? Je plaisante bien sûr! Quoique….

Laisser un commentaire