/>

Une urgence ? Faites une commission !

Rédigé par Footix le 04 septembre 2012.

hollande_trierweiler_
Photo : anne-hidalgo
hollande_trierweiler_

Photo : anne-hidalgo

« Si vous voulez enterrer un problème, créez une commission ». En bon disciple de Clémenceau, Hollande semble appliquer à la lettre cet axiome. Il en a fait sa marque de fabrique, de la Corrèze à l’Élysée en passant par le PS et sa flopée de courants, de groupes et de synthèses improbables … Certes, il en va ainsi de Hollande mais aussi de ses prédécesseurs depuis plusieurs décennies. Il en va d’une France qui navigue de rapports en rapports, missionne une kyrielle d’experts, consulte à tout va sur le lit du malade et livre ses conclusions, rarement suivies d’effet. Immense gâchis, temps perdu, argent gaspillé… Hollande semble, lui, s’en faire une spécialité. En l’espace de quelques jours, les commissions poussent comme des champignons.

Pour l’heure une quinzaine de commissions ont déjà été lancées soit en moyenne plus d’une par semaine. Un problème économique ? Lançons une mission d’inspection sur la transparence des prix du carburant, là, une autre mission d’évaluation sur le statut d’entrepreneur individuel, et là une mission sur l’avenir de Peugeot… Un manque de vision à moyen et long terme sur les enjeux de demain ? On sort la baguette magique : une mission sur les perspectives financières du système de retraites qui devra proposer des pistes… en 2013 !!! Sans oublier la concertation sur la création d’un plan quinquennal pour les sans-abris qui donnera probablement son rapport sans doute après l’hiver. Vous en voulez encore ? Allez, une conférence environnementale, un conseil du dialogue social et énième couche sur ce mille-feuille, une mission sur la compétitivité des entreprises et, enfin, cerise sur le gâteau, la fameuse commission de rénovation et de déontologie de la vie publique dirigée par Lionel Jospin. Comment dès lors expliquer cette frénésie textuelle ?

Au départ il y e eut la période de flagrant déni de réalité : « la crise, mais quelle crise ? ». L’urgence de janvier à mai 2012 était de faire porter le chapeau de cette crise mondiale à Nicolas Sarkozy. Une catharsis qui l’a propulsé in fine au rang suprême. Passée la victoire, l’urgence était alors de solder l’héritage de Sarkozy, de défaire tout ce que son gouvernement avait entrepris. « Il est super actif, regardez comme je suis normal » (voir article https://24heuresactu.com/2012/08/29/regardez-comme-je-ne-communique-pas) . Et puis voilà, patatras, non seulement personne n’adhère à cette stratégie de communication, mais en plus la réalité est revenue dans le monde des bisounours. Le discours de Châlons-en-Champagne, restera sans doute en mémoire. « Il faudra du temps et en même temps il n’y aura pas de jours à perdre » affirmait-il devant les badauds incrédules et médusés de la célèbre Foire ce dimanche. Une vision : la crise (Ah mince elle est là). Un constat : il faut y aller, frapper fort !

Le lendemain, veillée d’arme. C’est à Vincent Peillon, de porter la première estocade. Il possède le totem et la priorité absolue de ce début de quinquennat, l’Education Nationale. Alors Vincent sort l’artillerie lourde. Une refondation de l’école ? « Oui mais en 2013 ». Un changement des rythmes scolaires ? Concertons et créons une commission. Les 15 % d’élèves qui ne savent ni lire ni écrire en CM2? Lançons une mission sur la morale laïque ! Alors, ne soyons pas mauvaise langue et laissons donc le temps à ce gouvernement de nous plonger tout droit vers une commission sur la crise en 2014. Ah si j’oubliais, une mission ô combien importante, celle sur « la fin de vie ». Espérons qu’elle dure moins de 5 ans pour le PS.

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Nikkopol dit :

    Quand un exécutif sait où il va, il décide et il agit. Quand il ne sait pas, il pond des commissions, des groupes de travail, des concertations… Et la france coule doucement…

  2. […] lorsqu’il ne sait pas, il crée des commissions, il discute, en tout cas il ne décide pas. Les premières semaines de ce point de vue là sont éloquentes. Le moins qu’on puisse dire c’est que cette commissionnite devient suspect, tout au moins […]

  3. Paul Emiste dit :

    Normal; que peut on attendre d´autre qu´une bande d´intellos qui ne connaissent que les théories fumeuses Marxisantes des universités françaises et de l´ENA ?!

  4. Hélène de Biare dit :

    Une commission, une grosse commission !

  5. Hélène de Biare dit :

    Commission, concertation, c’est un peu la même hypocrisie que la fameuse “démocratie participative”, on responsabilise les gens sur des problèmes mineurs en faisant croire que ce sont eux qui décident. Regardez ce qui s’est passé à la tête du PS, la décision a été prise en petit comité sans consulter la base.

Laisser un commentaire