/>

Une semaine en Hollandie, N°2

Rédigé par nikkopol le 10 septembre 2012.

pulvar_
Photo : Patrick Peccatte
pulvar_

Photo : Patrick Peccatte

La torpeur estivale s’efface devant une rentrée riche et finalement assez croustillante ! Petit « worst of » de la semaine dernière.

1. Justice : La voix de la Madone du Poitou nous parvient d’Afrique du Sud et nous gratifie d’une délicieuse sortie dont elle seule a le secret. « Ma défaite est injuste. Je ne mérite pas ça ». Rappelons à la Première ex de France qu’une élection au suffrage universel, lorsqu’on est démocrate, n’est jamais une injustice. Les électeurs ont le choix, ils choisissent. Dans le cas qui nous occupe et qui la préoccupe, c’est encore pire puisque défaite est nette (37% des voix) d’une part et contre un socialiste d’autre part. Autrement dit, c’est bien sa personne qui a perdu, pas ses idées ni son projet. Comme disait Coluche, « le vrai problème de la démocratie, c’est les gens ! Vous leur demandez leur avis, et ils vous le donnent, ces cons-là ! »

2. Boule de cristal : Le Point nous apprend que le président attend et espère une embellie pour 2013. Le scénario ? la France ratifie le traité européen, l’Allemagne itou, les marchés sont contents et arrête de nous embêter, les chefs d’entreprises arborent des T-shirts « I Love François Very Much » et embauchent à tour de bras, les français se ruent dans les concessions et achètent 2 ou 3 Peugeot neuves par foyer… Il semble que la première salle de shoot de France soit déjà en expérimentation…

3. Rentrée : Il y en a un « qui sait y faire », c’est le ministre des syndicats de l’Education Nationale. Des semaines qu’il nous annonce une « refondation de l’école de la république » et on voit quoi ? Une poignée d’emplois aidés, une concertation lancée pour très bientôt et des vacances de la Toussaint rallongées de quelques jours. C’est curieux, la refondation de l’école, j’avais compris que c’était pour permettre à nos valeureux profs de travailler mieux. Pour le Ministre, ça commence par travailler moins…

4. Rentrée toujours : petit problème de mathématiques appliqués qu’on pourrait voir très vite au concours d’entrée des meilleures écoles d’ingénieurs vue l’évolution du niveau des élèves : « Si un pays compte 12 millions d’élèves et 850 000 profs, combien compte-t-il d’élèves par prof ? ». Personnellement, j’arrive à environ 14. Qu’il nous soit donc permis une question : l’Education Nationale souffre-t-elle d’un manque de profs dans l’absolu ou bien d’une mauvaise répartition de ceux-ci ?

5. Dolce Vita : Hollande en visite chez Mario Monti. Les « Heckel et Jeckel » de l’économie nous offre une déclaration vraiment intéressante. En effet, ils appellent la BCE à agir contre la crise. C’est un peu comme si le cancre du fond de la classe, avec le soutien gêné de celui qui a fait des efforts au 2° trimestre, expliquait au proviseur qu’il faut qu’il se bouge les miches pour que le lycée ait de bons résultats au bac !

6. Si loin si proche. On sait que la balance commerciale française bat des records de déficits. Et ce n’est pas près de s’arranger puisque même la Corée du Nord trouve des débouchés chez nous : le président socialiste de la région Rhône-Alpes, Jean-Jack Queyranne, dénonce les pratiques nord coréennes du PS dans le processus de désignation du futur 1° secrétaire du PS…. Comme ça pas de jaloux entre ces 2 Corée qui ont tant de mal à s’entendre : les voitures viennent du Sud, les méthodes du PS viennent du Nord !

7. Déconfits d’intérêt : Le cas Mathieu Pigasse où comment un attelage bancale au départ se dissout lui-même ! C’est le Nouvel Obs qu’on ne peut pas taxer de nostalgie sarkozyste, qui vend la mèche : Pigasse signe un contrat de conseil auprès de Bercy, où loge Montebourg, compagnon de Pulvar, elle-même salariée de Pigasse. La boucle est bouclée. La chose est claire : pour qu’il n’y ait aucun conflit d’intérêt, il faudrait que Pigasse bosse gratuitement. Sinon, il y a et il y aura soupçon de copinage, le fameux, celui du pouvoir et des grands patrons (banquiers de surcroit). En attendant, les dégâts sont là : Moscovici et Montebourg s’invectivent par voie de communiqués officiels, et la nouvelle Passionaria du redressement productif attaque Joffrin pour diffamation… Dommage collatéral : alerte au chômage technique chez Médiapart puisque le nouveau pouvoir n’a même plus besoin des indignations médiatiques de Plenel pour faire sortir les histoires embarrassantes …

8. Rentrée, littéraire cette fois : entre 3 Marc Lévy et 2 Anna Galvalda, les étals des librairies offrent une kyrielle de livres sur les femmes du président. « La Favorite » ou encore « Entre 2 feux » relatent par le menu les affres de la vie conjugale de notre Normalito 1° et son goût révélé pour les femmes qu’on dit pudiquement de caractère. On se souvient qu’il ne voulait pas mélanger vie pro et vie perso… que la sphère privée devait le rester… « sauf si ça devait relancer l’édition » aurait-il pu ajouter. Cette semaine en tout cas, VSD a dieu merci été condamné pour la parution de la 1° journaliste de France en maillot de bain. Tout le monde a compris dans les rédactions ? Les photos de vacances, à l’Elysée, on les maitrise ou on les interdit …

9. Conseil de discipline : Curieusement on n’en parle assez peu ici mais après Mario l’italien, qui est au mieux avec Angela, c’est Mariano l’espagnol qui tente une gentille entourloupe pour passer en prem’s au guichet collectif… Et dans l’histoire, c’est François le Français qui risque de se retrouver tout seul au bac à sable. C’est toujours le problème des mauvais élèves : il arrive un moment où ils sont tentés de se racheter une conduite auprès de la maitresse et pour se faire bien voir, ils n’ont aucun scrupule à balancer leurs désormais ex-copains d’à côté du radiateur !

10. Ca finit toujours par se voir : les hebdos tirent à boulet rouge sur un exécutif qui décidément prend des coups de tout côté ! L’Express se demande si Sarko n’avait pas raison et même le Nouvel Obs titre : « Sont-ils si nuls ? ». Le Monde s’interroge sur le brutal revirement de la presse, même de gauche. Pouvons-nous avancer une hypothèse en réponse au quotidien du soir : et si les pitres n’étaient pas les éditorialistes, mais vraiment le président et son gouvernement ?

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Bravo! Excellent!

  2. loola dit :

    elle je ne peux pas me l’encaisser , elle porte la haine en elle , et réfute toute idées non socialistes en devenant parfois insultante , depuis je zappe l’émission de ruqiuer 100% gauchiste , mais avec zemmour et naulo j’aimais bien , ils étaient bien mieux que ceux qui les ont remplacés

Laisser un commentaire