/>

Fédération d’Etats-nations : l’invisible coup d’état européen

Rédigé par maximus (24actu) le 12 septembre 2012.

Photo : Luc Legay

Photo : Luc Legay

A chaque nouvel échec européen, les dirigeants politiques nous affirment que la seule solution de s’en sortir est de s’orienter vers plus d’Europe. Alors que le continent est au bord de la banqueroute, Manuel Barroso l’affirme : il est impératif de construire une Europe fédérale. Un véritable coup d’état qui vise à dissoudre sans débat les souverainetés nationales.

Les européistes ont pour eux la cohérence. Malgré le refus systématique des peuples européens (qui ont quasiment toujours voté contre plus d’Europe), ils veulent imposer le fédéralisme et faire du monstre européen une machine de guerre cohérente où les politiques nationales seraient une bonne fois pour toute reléguées aux oubliettes.

Car ne nous voilons pas la face, la crise des dettes souveraines a démontré que l’UE ne fonctionnait pas et ne pouvait pas fonctionner avec cet attelage bâtard où une monnaie unique coexiste avec des politiques économiques diverses. Il nous faut soit aller vers moins d’Europe ou accepter le fédéralisme !

Sur ce point, Manuel Barroso a raison. Sauf que ce serait peut-être aux peuples européens de décider de leur avenir et de faire savoir s’ils souhaitent la fin des Etats-nations et une dilution totale de leurs identités nationales au sein d’une Europe fédérale.

Quelle que soit l’orientation prise, elle mérite un large débat et ne saurait se prendre en catimini par des responsables politiques dépassés par la crise et incapables de montrer le courage politique nécessaire pour assumer leurs responsabilités.

Laisser un commentaire