/>

Quand Hollande marque contre son camp…

Rédigé par nikkopol le 14 septembre 2012.

hollande_montre
Photo : Patrick Peccatte
hollande_montre

Photo : Patrick Peccatte

J’alertais il y a quelques jours ici même sur les risques évidents d’une hausse massive des impôts en période de faible croissance, soulignant que par cette décision inique, le gouvernement aboutirait à l’effet exactement inverse de celui recherché : une aggravation des déficits. La Cour des Comptes vient de constater cette évidence que seuls nos dirigeants refusent de voir à propos de la dérive des comptes sociaux.

Le gouvernement Fillon avait prévu, fin 2011, un déficit de 13,8 milliards d’euros, soit un substantiel effort par rapport à l’exercice précédent. Or, le rapport publié ce jour par les experts de la Cour des Comptes, dirigée rappelons-le par l’ami du président et ancien député socialiste Didier Migaud, constate « que la trajectoire de réduction des déficits marque le pas ». Les déficits sociaux se seront aggravés en 2012 de quasiment 1 milliard, pour s’établir à 14,7 milliards. Et encore, la Cour tient compte de la hausse des recettes (comprenez les augmentations d’impôts) décidée par la loi de finance rectificative… qui a rapporté 1,4 milliard supplémentaire… En cause, les décisions du gouvernement qui nous montrent, une fois encore, que l’urgence de la réduction des déficits, c’est pour … un autre jour !

En cause, bien sûr, la croissance atone, qui restreint de fait les rentrées. Sans croissance et dans un contexte de forte augmentation du chômage, une moins grande assiette fiscale, donc moins de recettes. Il en sera malheureusement de même pour l’exercice fiscal 2013. Mais ce sont surtout les décisions démagogiques et électoralistes du gouvernement qui font dévisser dangereusement les déficits sociaux : le retour à la retraite à 60 ans pour les carrières longues notamment a un effet calamiteux pour les finances publiques, ce que tous les experts s’étaient évertués à clamer.

En football, on dirait que Hollande a marqué un but contre son camp. Mais la comparaison avec le ballon rond s’arrête malheureusement là : parce que sur un terrain, il est toujours possible de sortir avant la fin du match un joueur qui n’est pas au niveau…

Laisser un commentaire