François Fillon, le secret

francois_fillon
francois_fillon
Photo : apesphere

François Fillon avant d’être le Premier Ministre de Nicolas Sarkozy fut le plus jeune député de France, élu à l’âge de 27 ans. Quand le RPR est dominé par Jacques Chirac, lui se rapproche de Philippe Séguin qui fut pour lui un vrai mentor. Séguin le souverainiste, Séguin le gaulliste social, Séguin le chantre du Non au traité de Maastricht de 1992. Fillon a partagé tous ses combats, pour la liberté et la grandeur de la France.

Il accompagne Séguin pour prendre le RPR, avec l’aide de Sarkozy. Il soutient ce dernier quand Séguin démissionne, puis se rapproche de Chirac ce qui lui vaudra d’être gratifié de son premier portefeuille ministériel. Lui le tenant du Non à Maastricht se mue en partisan du Oui au Traité constitutionnel européen de 2005. Fillon continue sa mue politique en tant Premier Ministre de Sarkozy. Sur les dossiers européens, il seconde servilement son nouveau maître. Il se laisse aller à un peu plus de liberté au sujet du Québec. Fillon soutient les indépendantistes, Sarkozy soutiendra les fédéralistes. On ne retiendra en France qu’une leçon de vocabulaire à propos des différents sens que l’on peu donner au mot « pays ».

Mais maintenant, Fillon entend devenir son propre maître. Pour être investi par l’UMP en 2017, il veut prendre l’UMP. Pour élaborer son programme, il lance une consultation sur internet pendant l’été. Sur son site, son visage s’étire sur le drapeau européen.

L’un des thèmes est consacré à la souveraineté. Il en ressort que ceux qui croient en François Fillon sont pour une Europe fédérale, gouvernée par un président, qui pratiquera le protectionnisme et le contrôle aux frontières. La Team Fillon veut que la France demeure dans l’OTAN tout en renonçant aux Opérations Extérieures. Fillon s’extasie de ces résultats qui rejoignent sa très ancienne croyance en l’Europe-Puissance.

Fillon a enterré ses convictions. Il n’est plus gaulliste. La France qu’il appelle de ses vœux est une Nation qui a peur du monde qui l’entoure, une République prête à renoncer à sa puissance, à sa voix, à sa grandeur, un Etat replié sur lui même qui prendra ses ordres de Bruxelles sinon Berlin.

« Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la liberté du monde » pour Charles de Gaulle, dommage que François Fillon l’ait oublié.

On vous recommande

A propos de l'auteur Billy Michu

1 réaction à “François Fillon, le secret”

  1. Article pertinent et très bien écrit ! Merci de nous rappeler ces faits qu’on a parfois tendance à oublier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.