/>

Affaire Lazard : quand Montebourg dénonçait Woerth (vidéo)

Rédigé par lesoufflet le 20 septembre 2012.

pulvar_inrocks
Photo : Patrick Peccatte
pulvar_inrocks

Photo : Patrick Peccatte

Dans une interview d’Arnaud Montebourg par Jean-Michel Aphatie, datant de 2010, l’actuel ministre du redressement productif dénonce les collisions entre l’ancien ministre Éric Woerth, le monde des affaires et sa femme. Le moralisateur exige même que soit ouverte une enquête judiciaire. Des propos qui prêtent à sourire (ou à pleurer) quand on connait la situation actuelle du Zorro à la rose, pris dans une affaire de conflit d’intérêts entre sa concubine, Audrey Pulvar, le patron de celle-ci, Matthieu Pigasse et la banque Lazard.

Quand on veut se faire passer pour le chevalier blanc de la politique, pour la boussole morale qui pourfend les comportements non-déontologiques, mieux vaut être soit même blanc comme linge. Ce n’est visiblement pas le cas d’Arnaud Montebourg.

Pris dans une affaire de conflit d’intérêts, que des avocats ont qualifiée récemment de “prise illégale d’intérêts” , ce qui pourrait lui valoir une peine de 5 ans de prison, Arnaud Montebourg est, ironie du sort, dans une situation à peu près semblable à celle qu’il dénonçait virulemment il y a deux ans.

Un ministre qui se met dans une situation de conflit d’intérêt (ou pire) à cause du métier de sa femme : voilà qui choquait profondément Montebourg et Pulvar (l’intello en mini jupe avait également dénoncé avec haine la situation de Woerth et de sa femme). Mais quand il s’agit d’eux, on passe d’un scandale politico-financier à de vilaines allégations et à de la diffamation… Deux poids, deux mesures !

“Je demande à Éric Woerth de se mettre à la disposition de la justice”, voilà comment le ministre jugeait une situation qui est désormais la sienne. Va-t-il désormais se mettre lui-même à la disposition de la justice ? Voilà qui serait cohérent !

Arnaud Montebourg, le vengeur de la démocratie, le garant des bonnes mœurs politiciennes, qui dénonce un “sentiment de collusion assez révoltante”. Que votre ministère accorde un juteux contrat au patron de votre femme quelques semaines après sa nomination, ne vous fais pas ressentir de “sentiment de collusion assez révoltante” monsieur Montebourg ? C’est bien dommage !

Il faut dire que ce couple de la gauche caviar n’en est pas à sa première situation de “regardez ce pourquoi je m’indigne, pas ce que je fais”. En effet, Arnaud Montebourg avait critiqué avec force la position de Béatrice Schoenberg, qui était à l’époque compagne de ministre et journaliste (elle avait fini par démissionner), alors que sa femme se pavane sur tous le plateaux télé se faisant passer pour une journaliste indépendante.

On reconnait bien la mentalité de la gôche caviar, qui assène des leçons de morale à ses adversaires, alors qu’elle se comporte de manière bien plus honteuse…

Une phrase de illustre à merveille cet écart entre le comportement du ministre et ses belles paroles au sujet de Woerth et sa femme : “Je trouve que ce n’est pas très glorieux de la part d’un ministre d’envoyer son épouse au prétoire se battre contre un député de l’opposition, parce que le problème, c’est quand même monsieur Woerth.” Il faut savoir que la femme de Woerth avait porté plainte contre Montebourg à cause de ses propos diffamant dans cette affaire, comme Audrey Pulvar l’a fait contre le Nouvel Obs (et tant d’autres) dans l’affaire Lazard. Pas très glorieux monsieur Montebourg ?

Pour finir, quelques citations de cette interview qui donnent l’impression qu’Arnaud Montebourg les a prononcées à son sujet :

” Je dis malheureusement, car je fais partie de ceux qui n’ont pas renoncé à ce que la République se tienne droite, qu’elle applique ses lois.”

“Cela s’appelle pas seulement une collusion qui nous révolterait, mais une infraction pénale.”

“Si on veut avoir un ministre du Budget impartial, qui applique la loi avec toute sa sévérité, toute sa fermeté à l’égard de quiconque, on est obligés de considérer qu’il ne peut pas avoir d’intérêt lui même et personnel.”

“Lui-même fréquente en quelque sorte une espèce de mélange des genres. Les grandes fortune et les hauts patrimoines. Est-ce que vous considérez que la France aujourd’hui est correctement dirigée par des gens impeccables ?”

“Que font les procureurs du gouvernement de la République en ce moment ? Où sont-ils ? Ils dorment ?”

“Pourquoi n’y a-t-il pas d’enquête. Pourquoi faut il que ce soient nous qui fassions cela ?”

Bien dit Arnaud !!

 

 


Eric Woerth doit se mettre à la disposition de… par arnaudmontebourg

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. pylatais dit :

    Mais nous sommes dans une république normale avec un président normal, des ministres non condamnés qui ne s’appliquent pas à eux-même ce qui semble être le bon droit et qui traitent les modestes retraités de nantis.Drôle de gauche , “de vrais charlots en tous cas “, pauvre France tu boiras le calice jusqu’à la lie.

  2. Hélène de Biare dit :

    L’avocat fanfaron pris lui aussi les deux mains dans la confiture.

Laisser un commentaire