/>

TVA sociale, Europe, Roms : le PS nous prend pour des cons !

Rédigé par lateigne (24actu) le 21 septembre 2012.

“Les promesses de campagne n’engagent que ceux qui y croient”, avait coutume de dire Jacques Chirac, le chantre de l’immobilisme et mentor corrézien de François Hollande. Pas content de renier un à un ses engagements de campagne, le président de la République applique à la lettre le programme de son rival honni, Nicolas Sarkozy. Jamais l’immoralité politique n’aura été poussée à ce point.On allait voir ce qu’on allait voir. Avec l’élection de “moi président”, le peuple de gauche relevait enfin la tête après l’ignominieuse présidence Sarkozy. S’il était évident que le programme présidentiel de François Hollande n’était finalement qu’une critique en creux de celui proposé par son prédécesseur, les plus naïfs de ses électeurs s’attendaient néanmoins à ce qu’il applique (au moins en partie) ce qu’il avait promis.

C’était sans compter sur l’absence absolue de vergogne politique de François Hollande. Le reniement de ses propositions de campagne ne suffisant pas, l’ex-député de Corrèze a désormais choisi de gouverner en mettant ses pas dans ceux de Nicolas Sarkozy. Finies les grandes diatribes contre l’empire de l’argent et l’ultra-libéralisme européen. Le président normal est mort, vive le président sarkozyste.

Comment expliquer aux Français qu’ils ont élu leur chef de l’Etat sur des promesses fortes et que moins de six mois après son élection, elles sont non seulement oubliées mais remplacées par les propositions inverses faites par Nicolas Sarkozy et violemment combattues par la gauche.

Selon Libération, le gouvernement cherche un moyen discret de remettre en place la TVA sociale décidée par Nicolas Sarkozy et que le candidat Hollande avait conspué avant de faire de sa révocation l’un des symboles de son début de mandat. La pilule risque d’être difficile à avaler dans l’opinion publique.

Mais que dire alors de l’incroyable mascarade européenne jouée par la nouvelle majorité. “Moi président” nous avait expliqué droit dans les yeux, que fort de sa légitimité démocratique il ferait fléchir l’Allemagne et Angela Merkel, et qu’il reviendrait sur le pacte budgétaire européen négocié aux forceps par Nicolas Sarkozy. Finalement, la gauche votera au pas de l’oie ce pacte “ultra-libéral” vomi pendant la campagne.

Sans parler de “l’humanisme” de gauche face aux Roms. Comme par hasard, on n’entend plus les belles âmes du quartier latin qui nous parlaient sans cesse des “heures les plus sombres de notre histoire” et avaient fait de Sarkozy, Hortefeux et Guéant la trinité du Mal. Jamais autant de camps roms n’auront été démantelés. Jamais autant de charters n’auront été affrétés…

Depuis François Mitterrand, jamais le jeu de dupes socialiste n’aura été poussé à ce niveau de raffinement. Mais François Hollande ne réalise pas encore que la France a changé depuis 1981 et que l’émergence de nouveaux médias ne lui permettront pas de prendre les Français pour des abrutis pendant cinq ans. Qu’ils soient de droite ou de gauche….

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. ContreVérité dit :

    Du Sarkozysme sans Sarko, c’est une situation gagnant-gagnant, pas vraiment de raison de se plaindre.

  2. Paul Emiste dit :

    Hollande a été élu donc pour une fois il a raison: nous sommes des cons.

Laisser un commentaire