/>

Une semaine en Hollandie, #4 (2/2)

Rédigé par nikkopol le 21 septembre 2012.

hollande_montre
Photo : Patrick Peccatte
hollande_montre

Photo : Patrick Peccatte

La France rentre dans le dur d’un automne à haut risque, notre gouvernement s’agite et notre première journaliste s’active. Petit « worst of » de ce qu’il ne fallait pas rater cette semaine…

4. On n’est trahi que par les siens : l’équilibre de notre gouvernement semble extrêmement précaire. Les ministres se tirent dans les pattes, conflits d’intérêts et collusion état-patrons apparaissent déjà, le premier ministre est dépassé par les plus influents qui demandent des arbitrages au président par sms, la majorité parlementaire explose sur le traité budgétaire… bref, ça bringuebale pas mal au sommet de l’état, mais pour l’instant ça tient. Heureusement que le tandem Président – Premier Ministre tient la barre dans la tempête. Ah non, ça, c’est fini : cette semaine, sur RTL, le prof d’allemand a recadré son proviseur en s’interrogeant, publiquement donc, sur l’engagement télévisuel d’inverser la courbe du chômage d’ici 1 an. Le changement, c’est maintenant : Sarkozy qualifiait Fillon de collaborateur ? Aujourd’hui, Ayrault recadre et donc discrédite publiquement le président en clamant dans les médias que ce dernier s’est un peu emballé en s’engageant personnellement sur un objectif intenable… Déjà qu’on ne voyait pas bien où on allait, mais aujourd’hui on se demande avec qui on va y aller…

5. Les contre contre-feux : on le sait, la pilule budgétaire va avoir du mal à passer auprès des français qui commencent à grogner. L’aile gauche de la gauche gronde, la droite cartonne et la population s’impatiente. Réunion de crise à l’Elysée : il faut réagir ! Vite un contre-feu ! Le principe est simple : lancer un sujet «clivant » pour déplacer le débat des sujets qui fâchent, permettre à son camp de se mobiliser derrière le chef (ou celui qu’on pense l’être) et embêter l’opposition qui va se déchirer. Christiane lance donc le mariage et l’adoption pour les homosexuels. Ca marche plutôt pas mal : Christine Boutin sort du formol, les cathos en rajoutent et la droite pétitionne. Tout aurait pu aller au mieux pour le président et ses pieds nickelés. Sauf que, dans son insondable amateurisme, le pouvoir allume un contre contre-feu ! Et BAM : voilà le droit de vote des étrangers non communautaire aux élections locales ! On savait le président vierge de toute expérience significative mais on le pensait fin tacticien. Même pas. Pire, il nous donne un nouvel exemple de reniement : après avoir fait campagne contre un président sortant qui avait, selon lui « clivé », lui voulait incarner l’apaisement et la réconciliation. Cette semaine, il nous montre qu’il ne maitrise pas grand-chose ni au niveau des affaires publiques ni à celui de ses troupes… Et on ne reviendra pas sur les affaires privées.

6. Néo-cons ? Le Nouvel Obs, désireux de se racheter une conduite (et un lectorat) après sa Une « Sont-ils si nuls » à propos du gouvernement, nous ressort ce qui est devenu un marronnier de la presse bien pensante, après les francs-maçons, l’immobilier et le palmarès des hôpitaux : les néo-Fachos ! 2 à 3 fois par an minimum, Joffrin, Dély et leur police de la pensée désignent la nouvelle peste brune au bon peuple de France : Zemmour, Muray, Lévy, Michéa, Finkielkraut, et maintenant Millet qui rejoint cette joyeuse bande d’apprentis nazis… Leur crime ? Évidemment, ils sont islamophobes, les salopards, eux qui osent s’interroger sur la place de l’Islam dans la République. Comme le souligne Causeur, il est dommage qu’ils n’aient pas bouclé leur enquête (partagée par France Culture…) 2 jours plus tard, leur liste noire se serait enrichie de la rédaction de Charlie Hebdo…

Je vous laisse, le Nouvel Obs m’a fait peur, je me replonge dans la lecture de Closer : je préfère les seins nus de Kate Middleton aux méchants racistes… Bon week end et bon courage !

Déjà une remarque sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Nouvel Obs? Tétons Middleton? Bof aussi plat l´un que l´autre.

Laisser un commentaire sur Paul Emiste