/>

La gauche prépare-t-elle le retour de DSK ? (1/2)

Rédigé par Casse-Noisette le 24 septembre 2012.

dsk_conference
Photo : Christian , un marito
dsk_conference

Photo : Christian , un marito

A observer l’actu DSK depuis quelques semaines, il semble bien difficile de ne pas y voir un nouveau plan de communication du clan DSK avec pour unique but : l’imposer de nouveau comme acteur incontournable de la scène publique. Avec un François Hollande affaibli par les sondages, et surtout ses atermoiements, une crise de l’euro qui se cristallise, un avenir sans lueurs, il existe une ouverture unique pour DSK, à saisir maintenant.

Nonobstant le fait qu’il ait été directeur du FMI pendant 4 ans, donc aux commandes de l’économie mondiale, et qu’il a, au pire, contribué à laisser la crise prospérer, au mieux, démontré son incapacité à l’endiguer, certains sont prêts à croire au mythe du sauveur de la zone Euro.

DSK : Un mythe nourri par des plans de com depuis 2007

Depuis quelques semaines, tout en attaquant les médias pour « atteinte à la vie privée », il multiplie les apparitions publiques, toutes orchestrées par les mêmes, et éternels, communicants. On a connu le plan de com initial, fondateur du mythe « DSK présidentiable ». Rappelons-nous. Dans son ouvrage paru en 2010, prémonitoire, la fameuse Cassandre prête aux communicants de DSK des propos éloquents.

“L’histoire débute en janvier 2007, juste après les primaires socialistes. […] Notre feuille de route était simple : nous devions trouver l’idée qui permettrait à DSK de rebondir sans risque. […] Stéphane [Fouks] nous avait résumé la situation en deux phrases : il faut protéger Dominique d’une autre piquette. En clair, on a quatre ans pour le transformer en messie. »

Article complet (http://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-livre-qui-demonte-la-strategie-dsk_889807.html)

Souvenons-nous du plan com qui a suivi l’affaire du Sofitel de New-York en mai 2011. Retour surmédiatisé à Paris, Interview sur une grande chaine Télé par une amie de sa femme, quelques mois plus tard.

Rien n’est fini. Un homme tel que DSK dispose toujours d’un réseau actif résiduel, malgré la séparation – apparente ?- d’avec son épouse et pourvoyeur, Anne Sinclair.

Examinons l’actualité récente et les différentes composantes du magnifique plan de communication qui prépare le retour de DSK sur la scène publique, depuis quelques mois.

La séparation

Réelle ou pas, elle semblait inéluctable et se révèle un élément indispensable au retour de l’un et de l’autre. L’un, DSK, sur le devant de la scène politique, l’autre, Anne Sinclair, à la télé.

Car, en femme fière et ambitieuse, Anne pouvait-elle supporter plus longtemps les conséquences de cette relation « sacrificielle » à un époux, qui l’a, au final, considérée comme un porte-monnaie et un fantassin de ses ambitions ? Elle pouvait certes tout sacrifier, tant que cela n’atteignait pas sa propre ambition. Or, il s’est produit le camouflet de trop, la goutte qui a fait déborder le vase, quand elle s’est faite virer par BFM TV de la soirée du second tour des présidentielles pour cause de médiatisation à outrance de son incontrôlable mari.

Dès lors, il fallait s’attendre à cette séparation, qui sera, peut-être un jour, suivie de retrouvailles, une fois DSK remis en selle sur le plan public. Si 2012 s’est achevée en eau de boudin, 2017 n’est peut-être pas perdu. En attendant, cette séparation a été agrémentée d’une « petite amie » de DSK, réelle ou pas, dont les magazines people se sont répandus et devront en répondre, et même d’un amoureux, réel ou hypothétique, d’Anne Sinclair. Si cela fait partie du plan de com, c’est bien vu, il faut le reconnaître. Cela fait ainsi plus vrai. Un scénario qui ne pourrait naître que dans l’esprit du quatuor d’Euro RSCG : Ramzi Khiroun, Stéphane Fouks, Anne Hommel et Gilles Finkelstein.

Du moins retrouvons-nous l’un des quatre, Stéphane Fouks derrière la conférence de Yalta.

Le sommet de Yalta, organisé par son communicant Stéphane Fouks (Euro RSCG)

Au sommet de Yalta, qui s’est déroulé en septembre, et fut largement évoqué dans la presse, l’on retrouve les mêmes organisateurs et amis de DSK : Stéphane Fouks (Euro RSCG) et son ami, le milliardaire, Victor Pintchouk. Les echos.fr a commenté l’intervention de DSK « Dominique Strauss-Kahn propose que les pays, comme l’Allemagne et la France, qui s’acquittent de taux d’intérêt faibles «remettent au pot une partie de cet écart de taux», de telle sorte que la facture des pays dont la prime de risque est la plus élevée – l’Espagne et l’Italie par exemple – soit allégée. Les pays de la zone euro se réuniraient par exemple tous les quinze jours pour déterminer quelle part de taux serait reversée. »

De nombreux analystes ont jugé cette proposition inadéquate voire stupide. Capitaine economics en fait une analyse qu’il présente de façon très simplifiée, et conclut que l’idée de DSK, d’une part n’est pas innovante et rappelle les eurobonds, mais qu’en outre, elle n’apporterait qu’une solution temporaire et illusoire aux problèmes de l’Europe, récompensant au passage la mauvaise gestion de certains pays (PIIGS). Article à lire ici.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. NARCISSE dit :

    Votre article est puant et tellement “orienté” qu’on se demande qui de DSK ou de vous effectue le plus un travail de manipulation.
    Capitaine economics ne peut pas faire autrement qu’une analyse simplifiée de la conférence de YALTA puisqu’il est loin d’être un expert en économie. De plus cette conférence n’a pas été rapportée dans son intégralité car elle a été faite en anglais et que peu de personnes sont capables de traduire l’anglais économique.

  2. Laura dit :

    l’article est une super analyse de la réalité des faits et de la grande manip de ce prédateur sexuel qui méprise les petites gens
    On voit qu’il attire vite les idolatres qui passent leur vie à chercher de l’info sur leur maitre à penser ! C’est puant de passer sa vie à défendre un puissant qui vous méprise pourquoi?

Laisser un commentaire