/>

Mariage Homo, homoparentalité : une pétition pour un débat

Rédigé par lesoufflet le 26 septembre 2012.

ayrault Parti socialiste
Photo : Parti socialiste
ayrault Parti socialiste

Photo : Parti socialiste

Une pétition a été lancée en ligne pour demander un grand débat public avant de légiférer sur l’homoparentalité et le mariage homosexuel. Des débats qui semblent évidents avant la création de lois visant à redéfinir la famille dans notre pays.

La pétition intitulée “Pour un grand débat démocratique sur le mariage homosexuel et l’homoparentalité”, précise le point de vue de ses auteurs sur les dangereuses modifications sociales profondes que s’apprêtent à réaliser les socialistes, afin de dissimuler leur incapacité à traiter des vrais problèmes (PSA, Europe, affaire Lazard…).

Voici comment les auteurs présentent leur pétition :

LES DROITS DES ENFANTS

C’est dans l’union entre l’homme et la femme que les enfants se conçoivent, sont éduqués ou adoptés.
Ceux-ci ont besoin de la figure du père et de la mère pour se développer de façon équilibrée.

La Convention internationale de l’ONU des Droits de l’enfant (1989) rappelle que l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.

N’y a-t-il pas un risque d’injustice grave à priver légalement et définitivement l’enfant d’un père et d’une mère : veut-on créer une inégalité fondamentale entre les enfants ?

LE MARIAGE =
1 HOMME + 1 FEMME

Par la reconnaissance juridique des unions homosexuelles, le mariage perdrait sa référence légale essentielle par rapport aux facteurs liés à l’hétérosexualité, comme le devoir de procréation et d’éducation.
Le Pacs ou le concubinage sont des formes juridiques qui permettent à chacun de mener une vie de couple. Mais, le mariage est une forme de couple particulière rattachée à la famille qui suppose potentiellement l’enfant.
La redéfinition du mariage par son ouverture aux personnes de même sexe consiste, en réalité, en une redéfinition de la famille, dont l’enjeu est l’enfant.

LA COHESION SOCIALE

La reconnaissance des unions entre personnes homosexuelles entraînerait des conséquences profondes pour la société en termes de filiation, parenté, éducation, adoption… Sans parler des transformations de notre Code civil.

Il est dans notre tradition républicaine de ne pas agir en des domaines si importants sans une vaste consultation démocratique, où les citoyens puissent s’exprimer.
Nous demandons que soient consultés les associations familiales, les mouvements de protection de l’enfance, les psychologues et pédo-psychiatres, les éducateurs et les enseignants, les élus, les juristes, les philosophes et les sociologues, les représentants des cultes…

 

La France est tombée bien bas pour que l’on soit obligé d’écrire des pétitions afin de demander le droit de discuter sur un sujet. Le progressisme et la bienpensance refusant toute opposition, les défenseurs de ces lois iniques nous expliquent qu’il ne faut pas débattre car le discussions conduiraient à des “dérapages” homophobes et à des prises de position intolérables (traduire d’un avis différent de l’idéologie ambiante).

Les gars sont en train de nous faire des lois qui vont bouleverser l’équilibre social et naturel de la famille pour draguer l’électorat homosexuel, mais il ne veulent surtout pas que l’on discute, que l’on exprime nos idées.

Il faut bien être socialiste pour croire que la violence et les position dangereuses viennent de la discussion et du débat d’idées… Le président de l’Assemblée serait-il plus occupé à trouver du travail à sa femme qu’à organiser des débats ?

Le communautarisme antidémocratique, c’est maintenant !

Allez signer la pétition ici.

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Signé et envoyé à tous mes potes.

  2. Marre dit :

    Cette histoire de mariage homo est le cas type de la mesure doctrinaire. Le pire est que l’on a pas demandé vraiment aux homos ce qu’ils en pensent : Tout ceux que je connais m’ont certifié qu’en fait, ils ne demandaient pas à pouvoir se marier.
    Ce serait une pétition à faire peut être.
    Mais sous couvert d’ouverture et d’égalité, l’objectif est bien de casser la famille et la société traditionnelle. C’est déjà commencé à l’école avec l’introduction de la théorie des “genres” où l’enfant sera conduit à choisir son sexe “d’usage”.
    Des effets peu connus :
    – la disparition de la notion de père et mère au profit de : parent 1 et parent 2 (lequel est 1 ou 2 ?)
    L’intégralité des documents administratifs devra être changée.
    – La disparition de la notion de filiation naturelle. Pour les couples “normaux”: les pères seront dans l’obligation de reconnaitre leurs propres enfants si ils veulent en être l’un des parents.
    à contrario, l’un des conjoints sera t’il obligé de reconnaitre l’enfant fait ou adopté par l’autre.
    – Il y a à coup sur des tas d’autres effets non prévus : par exemple, en matière de pension de réversion (au moins pour les fonctionnaires) le veuf n’a pas les mêmes droits que la veuve ….

  3. […] tous » font aussi débat à gaucheLa CroixMariage homosexuel : moins simple que prévuLe Figaro24heuresactu.com5 autres […]

  4. Retirado dit :

    Avant de donner un coup de pied (de l’âne? ) dans l’institution du mariage, vu l’évolution de la société en matière de divorce, une profonde réflexion sur les droits de l’enfant s’impose.
    Les adolescents de familles recomposées méritent de participer à une étude de grande ampleur sur le sujet.

  5. Retirado dit :

    Avant de déstabiliser l’institution du mariage par une extension mal maitrisée, vu l’évolution de la société en matière de divorce, une profonde réflexion sur les droits de l’enfant s’impose.
    Par ailleurs élever un enfant dans une communauté de pensée qu’il n’a pas choisie, ouvre la porte à des contentieux couteux
    pour la communauté qui n’en a pas les moyens.

Laisser un commentaire