/>

Trierweiler : 1° journaliste, 1° problème…

Rédigé par nikkopol le 04 octobre 2012.

Une enquête Harris Interactive (1) vient de sortir et ajoute aux déboires présidentielles : si la 1° journaliste de France fait l’unanimité, c’est plutôt contre elle !

Une enquête Harris Interactive (1) vient de sortir et ajoute aux déboires présidentielles : si la 1° journaliste de France fait l’unanimité, c’est plutôt contre elle !

En effet, seulement 29% des français interrogés, en ont une bonne opinion. 67 % en ont plutôt une mauvaise ! Du jamais vu sous la V° République ! Dans le détail, les chiffres sont impitoyables : seulement 1 % des sondés déclarent avoir une “très bonne opinion” de Valérie Trierweiler ( !), contre 28 % “une plutôt bonne opinion”. En revanche, 43 % en ont une “assez mauvaise opinion” et 24 % une “très mauvaise opinion”. Elle paie très certainement un positionnement peu clair, l’affaire du tweet à Olivier Falorni et le mélange des genres. Reconnaissons lui tout de même un talent : elle aura réussi à faire passer Ségolène Royal, l’allumée du Poitou, pour une victime ! Une gageure !

Plus loin, c’est une véritable boucherie : seulement deux Français sur cent (!!) jugent que Valérie Trierweiler a “un impact positif sur l’image qu’ils se font du président de la République”, tandis que 42 % pensent qu’elle “a un impact négatif”. Hollande doit se sentir bien seul : Non seulement Ayrault est transparent, contesté dans son propre gouvernement, moqué pour son incapacité à tenir sa majorité mais en plus sa compagne n’assure même pas un fond de popularité, sorte de « planche de salut sondagière » dans un océan de mécontentements. En fait, le seul qui s’en tire, c’est Manuel Valls, et c’est embêtant : il est de droite !

Alors au Palais, on s’active pour sauver le soldat Valérie. On avait dit en campagne qu’on ne mélangerait pas les genres, que les affaires privées le resteraient, tatati tatata. Finalement, une fois de plus, on se fout éperdument de ce qu’on a dit en campagne, et on fait exactement l’inverse : on essaie de remonter l’image de la 1° journaliste de France pour que le président, si mal en point lui-même dans les enquêtes d’opinion, en tire un embryon de potentiel bénéfice. L’heure doit être méchamment grave dans les équipes de com qui semblent juger que rien n’est déjà plus possible pour Hollande lui-même…

Alors le plan de com’ est lancé : la semaine dernière, on annonce qu’elle devient ambassadrice auprès de la fondation France-Liberté créée par Danièle Mitterrand. Cette semaine elle déclare qu’elle renonce à présenter une émission de télé (décision censée être noble ?) puis elle bat sa coulpe et regrette son Tweet rageur anti-Ségo… Le tout dans Ouest France, titre le plus puissant de la presse quotidienne régionale, donc proche des gens, tout ça…

Un moment donné, il faudra que l’Elysée et ceux qui y sévissent depuis quelques mois arrêtent de prendre les électeurs pour des petits lapins de 3 semaines. Personne n’est dupe de ces manipulations grossières. Au-delà de se renier chaque jour davantage, de faire avaler couleuvre sur couleuvre à son électorat déjà amèrement déçu, tomber dans de tels artifices de communication, c’est donner une bien piètre image de la politique en général et de son rôle de président en particulier.

(1) Enquête réalisée en ligne du 28 septembre au 1er octobre auprès de 1 714 personnes représentatives de la population française de 18 ans et plus, à partir de l’access panel Harris Interactive (méthode des quotas).

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Tiens il y a encore quelques français qui sont encore conscients;ça redonne de l’espoire pour le future.
    Une teigne est une teigne, même déguisée en fleur…

  2. Chamaco dit :

    A-t-on une idée de ce que coûte cette personne qui critique des livres et estime qu’elle n’est plus “une citoyenne ordinaire” ?
    – Bureau à l’Elysée
    – Attachés et frais de fonctionnement
    – Gardes du corps, sécurité
    – déplacements
    – “indemnités de représentation”

Laisser un commentaire