Affaire Lamblin : Delanoë sème le trouble entre Verts et PS

bertrand_delanoe
bertrand_delanoe
Photo : Parti socialiste

La mise en examen de la maire adjointe du XIIIe arrondissement de Paris, Florence Lamblin, dans une affaire de blanchiment d’argent lié à un trafic de drogue, sème le trouble dans la majorité présidentielle à Paris comme au niveau national. Après les propos sévères de Bertrand Delanoë envers  l’élue des Verts, un autre membre d’EELV a souligné le nombre important de personnalités socialistes également sous le coup de la justice. Quand la gôche parisienne montre son vrai visage…

Depuis la mise en examen de Florence Lamblin dans une affaire de blanchiment d’argent et de trafic de drogue, les langues se délient. Pour commencer, l’avocat de l’élue altermondialiste et anticapitaliste nous explique que la représentante de cette gôche qui aime tant les impôts, les préfère pour les autres : ainsi, selon l’avocat de Florence, sa cliente n’est pas vraiment coupable de blanchiment d’argent mais seulement d’avoir mal organisé sa fraude fiscale. Gôche morale quand tu nous tient… Les impôts sont bons pour flinguer la compétitivité de nos entreprises et faire fuir nos riches, mais il ne sont pas appropriés aux dirigeants de la majorité présidentielle !

Les socialistes, avec leur courage et leur solidarité habituels, ont immédiatement lâché la maire adjointe et se sont mis à tirer sur l’ambulance et à cracher sur leurs alliés Verts.

Ainsi, Jérôme Coumet (PS), le maire d’arrondissement du XIII, a retiré, dès lundi matin, sa délégation à Lamblin. Quelques jours plus tôt, Bertrand Delanoë, maire de Paris, avait déclaré, acide, qu’il invitait Florence Lamblin, “compte tenu de la gravité des faits reprochés et de sa mise en examen (…), à en tirer toutes les conséquences sur l’exercice de son mandat issu du suffrage universel”. Delanoë n’a pourtant pas appelé Montebourg à démissionner après sa condamnation en plein mandat de ministre

Les mêmes qui en appelaient à la présomption d’innocence pour DSK dans une affaire de viol, jouent eux même les bourreaux avant que la justice ne se soit prononcée.

Mais les Verts n’ont pas tardé à réagir aux propos de Bertrand Delanoë et à rappeler aux socialistes qu’ils ne sont pas très bien placés pour dénoncer les repris de justice de la vie politique. Yves Contassot, conseiller EELV de Paris, a estimé que le PS instrumentalisait cette affaire à des fins électorales. Selon lui, “la campagne électorale a commencé (…) L’affaire de la drogue a été un peu montée en épingle”. L’écologiste a dénoncé la “sévérité” particulière du maire de Paris avant de lancer son attaque :

“Le maire de Paris n’a pas les mêmes propos vis-à-vis des élus socialistes condamnés ou mis en examen”, a-t-il déclaré avant de préciser, selon l’AFP, les noms de “Yacine Chaouat, maire-adjoint du XIXe arrondissement condamné pour violences conjugales qui a retrouvé sa délégation après six mois de suspension, de Mireille Flam, adjointe au maire du XIe arrondissement mise en examen dans l’enquête sur l’attribution de marchés de gestion des déchets, et de Lyne Cohen-Solal, adjointe de M. Delanoë” et condamnée dans une affaire d’emplois fictifs.

Vexé de voir la réalité en face, Delanoë a estimé qu’il ne faut “pas tout mélanger”.

“Un élu du XIXe a été mis en cause pour des affaires d’ordre privé, j’ai demandé qu’il soit relevé de ses délégations. C’est bien la preuve qu’il n’y a pas deux poids deux mesures. Concernant une de mes adjointes actuelles, cette affaire n’existe plus, on n’a même pas le droit de l’évoquer”, a-t-il déclaré avant de préciser que Mireille Flam “a toute ma confiance”. Des son côté, Lyne Cohen-Solal a indiqué à l’AFP avoir été amnistiée.

“A mon avis le parti vert n’a rien à voir avec tout cela et je trouve même maladroit que des élus de cette famille politique mêlent leur parti à ça”, a continué Delanoë.

De leur coté, les Verts sont partagés sur cette affaire. Denis Baupin a parlé d’une “erreur judiciaire”, tandis que Noël Mamère a demandé la démission immédiate de Lamblin, tout comme Eva Joly, qui a exigé la démission “sans délai” de Florence, dans une tribune sur Rue 89.

Avec le nombre de ministres socialistes qui ont été condamnés par le justice, alors que Hollande nous promettait qu’il ne nommerait personne ayant été reconnu coupable, on ne peut plus rien attendre de bon de cette gôche aussi prompte à délivrer des leçons de morale qu’à ne pas les appliquer !

Les affaires de viol, de violence conjugale, de conflits d’intérêt, d’emplois fictifs, de blanchiment d’argent, de collusion, de mélange entre la vie privée et la vie politique ne concernent que la méchante droite. Heureusement que la gôche morale ne trempe pas dans ces histoires sordides !

L’hypocrisie, c’est maintenant !

——————————————-

Correctif (25/02/2016)

Dans un arrêt du 27 janvier 2016 (CA de Lyon, 7ème chambre,  n°15/01461, http://presse.paris.fr/wp-content/uploads/2016/02/March%C3%A9-de-la-propret%C3%A9-Mireille-Flam-ex-adjointe-de-Bertrand-Delano%C3%AB-innocent%C3%A9e-par-la-Justice.pdf), la Cour d’appel de Lyon a renvoyé des fins de la poursuite Mireille FLAM de l’ensemble des faits qui lui étaient reprochés.

On vous recommande

A propos de l'auteur lesoufflet

1 réaction à “Affaire Lamblin : Delanoë sème le trouble entre Verts et PS”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.