/>

Le budget 2013 est un mensonge d’état

Rédigé par nikkopol le 17 octobre 2012.

michel_sapin_jerome_cahuzac
Photo : Parti socialiste
michel_sapin_jerome_cahuzac

Photo : Parti socialiste

En démocratie, les gouvernants sont (un peu) obligés de publier les décisions qu’ils prennent. Ca donne des rapports, des comptes-rendus et beaucoup d’autres publications officielles… Alors quand un budget « sérieux » (novlangue socialiste oblige) est présenté, on se plonge dans la lecture des chiffres qui sont donnés et on se rend compte que le projet de budget 2013 est un mensonge d’état sans précédent. A moins qu’on expérimente déjà quelques salles de shoot du côté de Bercy. Revue de détails des données chiffrées présentées par nos gentils schtroumpfs de l’économie et des finances.

Beaucoup a déjà été dit sur les hypothèses de croissance : 0,8 points de PIB, ça relève du rêve plus ou moins éveillé. Dans le rapport officiel, pourtant, on n’hésite pas à faire dans l’optimiste. Voir dans le miraculeux. Après tout, les miracles, ça existe : un mec a bien marché sur l’eau, il y a très longtemps en Palestine et on en parle encore, non ? La croissance de la zone euro sera de -0,3 en 2012, mais à Bercy on table sur 0,6 en 2013 ! Remarquez, faut être juste avec nos voisins : l’Espagne, l’Italie, la Grèce, le Portugal sont engagés, eux, dans une politique drastique de réduction des déficits. Ce serait bien le diable que ces efforts ne portent pas leur fuit un jour ou l’autre… Manquerait plus qu’on ne puisse pas compter sur les efforts des voisins… On table également, à Bercy, sur une stabilité parfaite du prix du baril de brent (on se demande si à Bercy, ils ont ne serait-ce qu’une infime connaissance des risques liés aux pays producteurs…) et donc une croissance en France de 0,8% du PIB. En ponctionnant les entreprises et les ménages comme le gouvernement est en train de le faire, on se demande d’où va venir cette fameuse croissance… On a la réponse un peu plus bas dans le tableau : ce sont les exportations qui vont tirer la croissance française. Lucide, le gouvernement comprend que la saignée fiscale aura du mal à générer de la consommation… Alors on table sur une véritable explosion des exportations : elles doivent doubler en 2013 par rapport à 2012 ! Sans doute sous l’effet d’un coup de « matraque fiscale magique », un outil budgétaire nouveau, créé par Hollande et ses branquignoles de l’économie : Toi, Entreprise, je te ponctionne de la valeur, je te prive de marché intérieur alors tu vas te démerder pour exporter. Et tu vas doubler tes ventes à l’export ! Magique !

On serait tenté de rappeler aux auteurs du rapport que les prévisions de croissance de la zone euro sont telles que ce ne sont pas les pays européens qui remplir nos carnets de commande. Si tant est qu’ils en aient envie, évidemment… J’invite chacun d’ailleurs à regarder la structure de nos échanges : nous exportons d’abord et surtout en Europe… Mais les miracles, blablaba… Voir plus haut.

D’ailleurs, petite parenthèse, le premier ministre qui ouvre ces jours-ci le chantier de la compétitivité, nous en a réservé une formidable ! Tout le monde lui dit que l’économie française souffre d’un manque de compétitivité : produire en France coûte trop cher ! Il nous répond, quoi, le prof d’allemand ? Qu’il faut considérer la compétitivité hors prix. Ça fait vachement expert, un truc comme ça, intelligent et économiste tout bien, mais c’est en réalité très simple à comprendre. Ca veut dire qu’une Renault ou qu’une Peugeot doit être « mieux » qu’une Volkswagen ou qu’une Mercedes par exemple (mieux équipée, avec un meilleur moteur, plus solide, plus belle, mieux conçue…) de façon à ce qu’un client, chinois par exemple, qui comparerait une voiture française et une allemande, et bien il préférerait la française ! C’est ça, la compétitivité hors prix. Moi, je veux bien, mais en 100 ans d’histoire industrielle de nos 2 pays, ça ne s’est jamais produit. Jamais. Alors la probabilité que cela soit le cas en 2013… Mais les miracles, blablalba… voir plus haut.

On peut égrener les tableaux et les données. Le pire est pour la fin : les recettes et les dépenses. Vous vous souvenez des fameux 3 tiers : 10 milliards sur les entreprises, 10 milliards sur les ménages et 10 milliards sur l’état ? : L’effort juste, équitablement réparti, tout bien… ? Accrochez-vous, en fait c’est pas ça. Mais alors pas ça du tout : au chapitre des recettes d’abord, c’est très clair : on passe de 284,4 milliards en révisé 2012 à … 312,7 en 2013 : soit + 28 milliards ! On a donc plus des 20 milliards prévus sur les entreprises et les ménages… Les hausses de prélèvements couvrent donc à elles seules la quasi-totalité de l’effort de 30 milliards nécessaires… On regarde sur les dépenses, pour en avoir la sinistre confirmation : d’abord les effectifs de l’Etat augmenteront en 2013, une première depuis 10 ans, de 5491 agents supplémentaires. Pour un Etat qui est censé faire des économies… Et puis les dépenses, en numéraire, nous confirment ce qu’on prévoyait : dépenses en révisé 2012 : 369,8 milliards… pour 370,9 milliards en 2013 ! Donc entre 10 milliards d’économies annoncées et le milliard supplémentaire, il y a comme un malaise, non ?

En fait, les 10 milliards d’économies dont on nous parlait, c’est une non-augmentation ! En langage médiatique, c’est de la sémantique. En vrai, c’est du mensonge. Imaginez quelqu’un qui grossit traditionnellement de 2 kilos par an et qui, l’année prochaine ne grossira que de 1 kilo, vous dites qu’il aura maigri, vous ? Non. Il aura juste un peu moins grossi que les autres années. Alors on peut inviter les journalistes, les vrais, ceux qui gagnent de l’argent en informant les gens, à faire leur travail et à confirmer (ou pas !) les chiffres et analyses que je donne ici. Pour ne pas qu’ils perdent trop de temps en recherche, je leur donne mes sources. C’est assez simple, c’est le site du ministère de l’économie et des finances : http://www.economie.gouv.fr/projet-loi-finances-pour-2013-projet-loi-programmation-finances-publiques-2012-2017.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Marre dit :

    Il faudra sans doute mettre un coup de pouce supplémentaire aux dépenses car les profs vont demander une nouvelle prime si on les passe à 4,5 jours par semaine (sans augmenter leurs heures de travail bien sur). Il serait étonnant qu’on le leur refuse.
    Vous essayez avec votre patron pour voir ?

  2. pylatais dit :

    les socialos- branquignols ont une baguette magique ,j’ai annoncé que l’élection prési. 2012 était un tournant très important pour la france , on a passé cette élection et on file droit dans le précipice , le seul point positif est qu’après 2017 on sera guéri du socialisme pour 20 ans car les dégats sur l’économie française seront réels et, hollande entrera dans l’histoire en tant que président le plus incompétent de la 5e république il pourra à ce titre rejoindre la galerie des rois fainéants.

Laisser un commentaire