/>

Journalisme : quand Pulvar voit Montebourg à Matignon (vidéo)

Rédigé par lesoufflet le 18 octobre 2012.

pulvar_
Photo : Patrick Peccatte
arnaud_montebourg_francois_hollande

Photo : Parti socialiste

Quand la déontologie journalistique est mise à mort, on retrouve une pseudo journaliste en train d’assurer la promotion de son petit copain ministre. C’est ce qui s’est passé sur le plateau de la nouvelle émission de D8 présentée par Laurence Ferrari, le Grand 8, dont Audrey Pulvar est chroniqueuse avec, entre autres, Roselyne Bachelot. En pleine émission, Pulvar s’est mise à énumérer les personnalités socialistes qui pourraient succéder à Jean-Marc Ayrault en citant son compagnon, Arnaud Montebourg.

Ironie du sort, au début de la conversation où Pulvar place discrètement le nom de son homme parmi les premier ministrables, les intellectuelles sont en train de parler des coups bas entre les compagnes des ministres Ayrault et Valls. Des coups bas raillés par nos intervenantes, dont la Pulvar, qui est bien gonflée de moquer ces piques, quelques semaines, à peine, après avoir défoncé publiquement Valérie Trierweiler.

Après ce petit échange, les femmes du Grand 8 finissent par se demander si Hollande ne devrait pas virer Jean-Marc Ayrault. La déclaration d’Audrey Pulvar est incroyable mais véridique :

Qu’est-ce que vous voulez que François Hollande fasse ? Il va prendre Manuel Valls comme premier ministre ? Une forte personnalité comme celle de Manuel Valls ou celle dont a parlé un moment, de Marisol Touraine, on parle de temps en temps également d’Arnaud Montebourg...”

Même si, après, elle explique que ce serait une mauvaise idée de changer de premier ministre, Pulvar place, comme si de rien n’était, l’idée que son homme fait parti des socialistes forts et premier ministrables, alors que tous les observateurs de la vie politique savent pertinemment qu’Arnaud Montebourg est actuellement très mal en point politiquement et qu’il est à deux doigts de se faire virer. Haï par l’aile droite du parti socialiste, l’extrême gauche lance désormais des manifestations sous ses fenêtres et les ouvriers créent des opérations “carton rouge” pour dénoncer le travail du chevalier blanc, désormais surnommé ministre de l’improductivité. On est loin d’un premier ministrable !

Franchement, plusieurs personnalités pourraient espérer prendre la place de Jean-Marc Ayrault, mais certainement pas un Arnaud Montebourg mal en point. Et pourquoi pas Cécile Duflot à Matignon ? Si son compagnon, le frère de Bertrand Cantat était journaliste, peut-être oserait-il nous la caler dans une liste de personnalité susceptibles d’atterrir à Matignon. Non, il n’oserait pas, seule Audrey Pulvar se permet ce genre de choses !!!!

Il s’agit donc d’une remarque de Pulvar qui n’a aucun sens et qu’aucun analyste “neutre” n’aurait pu prononcer. Même si la chroniqueuse télé était honnête, cette anecdote prouve bien que son implication intime fausse complétement son jugement de journaliste qui sert, de manière discrète et insidieuse, la propagande du pouvoir en place, quand bien même cela serait involontaire. Pulvar doit rendre sa carte de journaliste au plus vite !

En fait Audrey Pulvar ne serait-elle pas l’attachée de presse d’Arnaud Montebourg, comme l’avait dénoncé Joffrin, pourtant pas membre de la droite dure, dans le cadre de l’affaire Lazard ?

Absolument aucune limite ne semble pouvoir freiner Audrey Pulvar, encore plus sans gêne que Valérie Trierweiler.

Les journalistes qui vantent les talents de leurs compagnons ministres dans les médias, c’est maintenant !

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Tant qu’il y aura des cons pour l’écouter…

  2. Karamba dit :

    Suivre une émission réunissant sous la fonction de chroniqueuses Bachelot et Pulvar, ça tient juste du masochisme. On ne peut même pas prétexter que c’est parce qu’on paye la redevance télé…

  3. calimerou dit :

    Avec ses binocles a 15000€ Audrey Pulvar ne manque pas d’air, elle se croit tout permis

  4. […] Journalisme : quand Pulvar voit Montebourg à Matignon (vidéo) 09 10 […]

  5. Pasquier dit :

    Je m’étais promis de ne jalais regarder les perruches friquées de la 8 m

Laisser un commentaire