Zemmour raille la sensibilisation au sexisme de Belkacem

belkacem_filippetti_
belkacem_filippetti_
Photo : Parti socialiste

Véridique : malgré le contexte économique et politique international particulièrement tendu et malgré le nombre de couacs que l’on arrive plus à compter au sein du gouvernement, la plupart des ministres ont été contraints de sacrifier leur temps afin de subir une formation de sensibilisation au sexisme donnée par une militante féministe, Caroline de Haas. Éric Zemmour a évidement fustigé cette nouvelle preuve de l’amateurisme d’un gouvernement d’idéologues sectaires, qui n’ont rien d’autre à faire qu’à prendre des cours de féminisme.

Des esprits chagrins et malfaisants laissent entendre que nous avons un gouvernement d’amateurs, que le premier ministre n’a aucune autorité, voire aucune utilité, qu’il est impuissant devant les difficultés qui s’accumulent, le chômage qui dépasse les trois millions, la guerre qui menace au Mali, l’industrie française qui coule.

Et ben ils ont tort. Nos ministres ne restent pas inactifs, il travaillent, ils suivent des séminaires de remise à niveau. Vous pensez d’économie, de géostratégie de droit constitutionnel. Pas du tout, les ministres suivent un séminaire de sensibilisation au sexisme. Ils doivent extirper de leurs cerveaux reptiliens les stéréotypes sexistes qui les encombrent. Pour les aider ils reçoivent une leçon de l’institutrice en chef, Caroline De Haas, conseillère auprès du ministre des droit de femmes. Cette aimable jeune femme fut naguère porte parole d’Osez le féminisme, ce groupuscule qui avait fait parler de lui avec son slogan si distingué, “Osez le clitoris”. La lutte contre les stéréotypes mène à tout.

Comme Zemmour, le premier réflexe, en apprenant cette information, est de rire de ces Tartuffes modernes, qui se drapent dans leur bienpensance pour faire oublier leur incommensurable incompétence et leur manque d’expérience. On se dit qu’un gouvernement, au cœur d’une crise économique sans précédent (sans parler des différentes guerres et problèmes internationaux), aurait peut être des sujets plus importants à aborder…

On ne peut également s’empêcher de penser à Najat Vallaud-Belkacem, initiatrice de cette idée grotesque, qui a été pendant des années au service du roi du Maroc, dont le féminisme n’est pas vraiment avéré. En France, elle impose des cours de “sensibilisation au féminisme” à des ministres de la République plus âgés qu’elle et dix fois plus expérimentés, mais au Maroc, elle sert les intérêt d’un roi aux pratiques ambiguës. Pourquoi n’a-t-elle pas proposé à Caroline de Haas de donner des cours de féminisme à Mohamed VI ?

Pourquoi les binationaux franco-magrébins prônent-ils si souvent un progressisme répugnant en France et un conservatisme obscurantiste au bled ?

Mais Zemmour ne s’arrête pas là. Derrière cet excès de démagogie, c’est toute une idéologie du genre que le PS est en train d’imposer à ses ministres (après l’avoir imposée dans nos écoles) : on pense que ces dangereuses  féministes vont juste dire qu’il faut traiter les femmes en égales, mais en fait, elles ont pour unique but de distiller leur vision asexuée et indifférenciée d’un monde à la suédoise. Un monde sans hommes, sans femmes, avec uniquement des être humains entre lesquels il ne faudra plus faire de différence, sous peine de “discriminer” l’autre.

Le principe de ces leçons est parait-il tiré du fameux modèle suédois, même s’il rappelle plutôt  les camps de rééducation chinois au bon vieux temps du président Mao. La ministre des Droit des femmes s’est déjà inspirée du meilleur des mondes suédois pour proposer l’éradication de la prostitution, sans qu’elle nous explique comment elle opérerait. Elle doit aller plus loin. Dans certaines écoles suédoises on de ne donne plus de prénom aux enfants, on ne dit plus garçon ou fille, on a inventé un pronom neutre pour les désigner. On donne des camions aux filles et des poupées aux garçons. Personne n’ose répliquer à nos impérieuses rééducatrices que les dernières découvertes de la biologie montrent que les différences sexuelles sont justement avant tout le produit du bombardement d’hormones subi par le fœtus dès sa conception et qu’elles ruinent ainsi leur fameuse théorie du genre, reprises du fameux slogan simpliste de Simone de Beauvoir, “on ne naît pas femme, on le devient“.

Et notre chroniqueur de conclure avec un peu de légèreté et une formule très bien trouvée : “un charter paris Stockholm pour tout le gouvernement. Et qu’ils y restent !

On en rêve Zemmour, on en rêve… Si tous les socialistes donneurs de leçons pouvaient aller en Suède accompagnés d’Eva Joly et de tous les idéologues totalitaires de notre bonne gôche, pour fonder leur nouveau monde sans discrimination, puisqu’ils seront tous les mêmes. Il n’y aura plus de race puisque les mots “noir” et “blanc” seront interdits. En fait, tous les adjectifs qualificatifs seront proscrits afin de ne pas créer de différences entre les hommes. Tous égaux, dans un monde sans crime puisque la prostitution, le meurtre, le vol et la violence seront abolis par un décret de Najat-Vallaud Belkacem. Il suffisait d’y penser !

Vive la France et Vive le Parti socialiste !

Entendre la chronique intégrale de Zemmour ici.

 

 

 

 

 

 

 

 

On vous recommande

A propos de l'auteur lesoufflet

5 réactions à “Zemmour raille la sensibilisation au sexisme de Belkacem”

  1. On a un gouvernement de “charlots et de charlottes” , pauvre france, le seul avantage qui découlera des 5 ans de socialisme est que la france sera vaccinée du socialisme pour de très nombreuses années .

  2. En espérant que la France est également aussi vaccinée des 10 ans d’ump, et plus largement des 40 dernières années d’UMPs/umPS..

  3. Pour avoir fréquenté cette Caroline de Haas à l’Université Paris 13, département d’Histoire, il faut savoir qu’elle est un pur produit de l’UNEF, le surpuissant syndicat étudiant. Lyon, Villetaneuse, Rennes, les facultés qui l’ont vu passé savent qu’elle était missionnée pour introduire la vision anarchique et réactionnaire du Parti Socialiste. Ceci se traduisait par des blocages de campus systématiques en octobre-novembre, et communication à outrance pour laver les cerveaux des étudiants influençables (notamment les nouveaux de première année). Comme son confrère Bruno Julliard, elle a donc rejoint le PS à la fin de ses soit-disantes études (personnes ne la voyait en cours…) et personne ne sait si elle a obtenu ses diplômes. En tout cas, son avenir politique et professionnel était tout traçé. Le féminisme est donc la mission qui lui est confié pour récompenser ses années à gagner des électeurs jeunes pour le compte du PS ! rien qu’à connaitre ce destin de menteuse, je suis fier de voter à la droite de la droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.