Une semaine en Hollandie, 11

hollande_montre_a_lenvers
hollande_montre_a_lenvers
Photo : Patrick Peccatte

Cette semaine, pas ou peu de bourdes, les conseillers ont bien bossé et pour une fois, ils semblent avoir été écoutés. En tout cas pas de couacs en direct, seulement à posteriori… Et puis un hommage surréaliste à la « pensée sarkozyste » puisque non seulement le diagnostic mais aussi la solution a été reprise de l’ex président par le nouveau pour essayer de sauver ce qui peut l’être de la production française. Petit worst of de la semaine en Hollandie…

Back to the future ! On se souvient de la virulence du candidat Hollande contre l’idée de son prédécesseur de transférer une partie des charges sociales et patronales pesant sur le travail vers la consommation, via la TVA Sociale. Jugée comme injuste parce « qu’antisociale » et comme une menace à la croissance, le candidat Hollande abrogerait le dispositif une fois élu président. Ce qu’il fit dès juillet dernier. Mais il a remis au goût du jour cette TVA sociale en reprenant la préconisation du fameux rapport Gallois… Si quelqu’un comprend la politique mise en œuvre et surtout la pensée économique du président… En tout cas, après avoir nié la crise, ignoré le problème de compétitivité et rejeté catégoriquement l’hypothèse d’une hausse de la TVA, le voilà qui en quelques semaines reconnait que la crise est violente, qu’il faut agir pour redonner de la compétitivité des entreprises et que la TVA est un excellent moyen d’y parvenir… En tout cas celui qui aura suivi les positions présidentielles doit avoir un sacré torticolis : pour un choc de compétitivité avant l’été, puis contre en été, puis de nouveau pour en octobre… Soulignons d’ailleurs que le coup est habile : promettre en 2013 de l’argent de 2014… On savait les socialistes généreux avec l’argent des autres… Ils deviennent particulièrement créatifs en promettant de l’argent futur, dont on n’est pas sûr qu’il existera ! Pervers, non…?

La leçon de « triple z’Ayrault ». Au moment de présenter les mesures prises par le gouvernement, Ayrault nous explique qu’attention, la hausse de la TVA de son gouvernement n’a rien à voir, mais alors absolument rien à voir avec celle décidée par la droite ! On se croirait revenu aux temps anciens où les Inconnus faisaient rire la France avec « les bons chasseurs et les mauvais chasseurs… ». Dans le cas qui nous occupe, la différence entre la bonne et la mauvaise TVA se chiffre à 3 milliards : L’immonde hausse de la « TVA de droite » rapportait 10 milliards, la gentille hausse de la TVA de gauche ne rapportera « que » 7 milliards. Quand on vous dit que ça n’a rien à voir…. En tout cas, une chose est certaine : notre premier ministre a abandonné toute estime de lui-même…

Les bourdes… à retardement ! En fait de bourdes, ce sont les déclarations passées (septembre !) des ministres sur le refus catégorique d’une hausse de la TVA qui nous reviennent aujourd’hui en écho… Moscovici : « L’évidence, c’est que la TVA sociale, c’est nous qui l’avons supprimée, car nous la jugeons injuste et inefficace dans un moment où il fallait soutenir le pouvoir d’achat et la consommation. Dès lors que nous l’avons supprimée, nous n’allons pas la rétablir.”!». Alain Vidalies : « L’option TVA est totalement écartée : en l’état il n’y a pas de projet de l’augmenter d’ici à la fin du quinquennat, les choses sont claires.» On se parle là de prises de position de septembre dernier… Bref, on voit que la politique économique de la France est claire puisque ceux qui ont la charge de l’appliquer savent exactement où ils vont d’un mois sur l’autre… Laissons à Marie-Noëlle Linemann la conclusion : « Quand on fait l’inverse de ce qu’on a dit, on s’expose politiquement ». Et la sanction, c’est maintenant : pas une semaine sans que le Sénat ne mettre un camouflet au gouvernement. Ce coup-ci, c’est la loi de programmation financière qui est retoquée, les sénateurs PC ayant voté avec les sénateurs UMP et centristes. Déjà que l’exécutif est singulièrement affaibli dans l’opinion par ses 2 têtes (mal) pensantes, mais si en plus la majorité se délite après 6 mois aux affaires, on peut dire qu’on part sur des bases très incertaines…

« Chacun son tour, et poussez pas, y en aura pour tout le monde ! » : à la rentrée, c’était le président qui en prenait plein la poire chez les faiseurs d’opinion (ou ceux qui se considèrent comme tels) parisiens. Puis les faiblesses du premier ministre ont été si criantes qu’il a déporté les tirs sur ses frêles épaules. Retour de bâton cette semaine avec une seconde salve, violente, des hebdo : L’Express s’interroge en Une « Y a-t-il vraiment un président en France ? ». Barbier, en verve, note que « La présidence de la République est une des rares fonctions où le moine fait l’habit. Hollande cherche encore l’étoffe… » Sévère. Le Point titre, lui, sur «le grand méchant doute » que Sylvie-Pierre Brossolette résume ainsi : « le triple doute qui entoure aujourd’hui le président concerne sa ligne, son autorité et sa méthode ». En d’autres termes, ce qui fonde l’exercice du pouvoir. Rien que ça ! Même l’Obs tire sur l’ambulance hollandaise : cette semaine, il note goguenard, que le « président fixera un cap lors de la conférence de presse du 15 novembre. Mais à quoi cela sert-il quand on est inaudible (cf les 36% d’opinions favorables)? » Déjà que les socialistes au pouvoir viennent de rendre un hommage inattendu au programme sarkozyste, il ne reste plus qu’ils considèrent, comme l’ex président, qu’« Hollande est nul ». Patience, on y arrive… Déjà que le voile se brise pour la presse si enamourée au printemps dernier. Ses plus proches soutiens l’interpellent par presse interposée… Les Verts grognent et votent comme bon leur semble, le PC fait capoter des votes emblématiques au Sénat… Valérie, vite, un Tweet, et le tableau sera complet !

On peut tromper une fois une personne… : A propos de tableau, celui dépeint par les autorités économiques internationales sur la situation de la France est assez unanime. « La France va dans le mur », comme le dit en off un haut dignitaire du FMI. Cette semaine, l’institution a rendu un pré-rapport sur la situation de notre pays, qui est alarmante : la croissance pour 2013 et 2014 est surévaluée, les déficits ne seront pas contenus contrairement aux engagements pris et surtout la méthode est contestée puisque les économies dans la dépense publique sont inexistantes. La Commission de Bruxelles ne dit pas autre chose. Pour Cahuzac, les avis ne font pas autorité. Bon. Rendez-vous donc en 2013, Jérôme. Et compte sur une France vigilante…

« Un cap, que dis-je… » : Notre président nous a fait un aveu, terrible, dans son interview au Monde de la semaine dernière. La crise n’est qu’une question de cycles et il faut en espérer un meilleur pour que nous nous en sortions ! Sa tactique devient d’un coup parfaitement lisible : un service minimum de réformes pour ne pas effrayer les marchés en attendant que les Allemands et la BCE acceptent la monétisation de notre dette et que l’économie redémarre miraculeusement. Mais où est le plan B si le cycle est plus long que prévu, les difficultés structurelles et les Allemands intransigeants ? Euh…. Hélas, pour avoir d’ores et déjà tardé à adopter une politique de réformes courageuses et se contenter de mesurettes comme dans les suites du rapport Gallois, il s’est rapproché des échéances législatives allemandes qui empêchent la chancelière de céder quoi que ce soit à des pays-cigales. Et, d’ici la fin 2013, il y a de fortes chances pour que la récession et la hausse du chômage soient devenues insupportables aux Français…. On se rapproche du moment de vérité, on dirait.

L’Obs, nouveau résistant ? En conclusion d’un article sur le président que n’aurait pas renié Le Figaro, Joffrin nous régale : « Hollande arbitre tardivement et souvent dans la confusion ce qui avait été caché sous le tapis durant une campagne qui ne visait qu’une seule chose : gagner. La gauche, sa gauche, a boudé depuis trop longtemps tout un travail de clarification intellectuelle qui, s’il avait été fait, aurait au moins évité les malentendus qui crispent l’opinion et lézardent sa majorité. Aujourd’hui, c’est le temps des factures, conclut le mag. Pour Hollande aussi elle est salée ”. Laurent, au fond, t’es plutôt Copé ou Fillon ?

Aurélie, un répit ? Cette semaine, ma divine Aurélie a allumé une lueur d’espoir dans mon œil de réactionnaire indécrottable. Elle a décidé de s’attaquer, suite au rapport Françaix, aux aides publiques à la presse. Alors là, je dis chapeau Aurélie, et courage ! Surtout ne t’arrête pas en route, sois forte et résiste aux scribouillards de tous bords qui ne survivent que grâce aux deniers publics (via les impôts) et qui continuent de produire des papiers dont personne ou presque ne veut ! On apprend dans ce rapport que Le Monde touche la modique somme de 17 millions d’euros par an de la part de l’Etat (donc nos impôts!), Télérama 9 millions, Libération 8 millions, Télé 7 jours 7 millions (!)… Là où ma sublime gâche tout, c’est qu’elle souhaite des aides « ciblées ». Ben voyons ! Il y a donc des rédactions « dignes » de toucher de l’argent public et d’autres qui ne le sont pas. Aussi, le projet qui consistait à penser que le marché (à savoir la rencontre d’une offre rédactionnelle avec une demande de lecture) pouvait enfin s’envisager dans l’univers de la presse écrite française, est complètement irréaliste. Ce que veut en fait Filippetti, c’est une presse d’Etat. Le ministère décidera donc des journaux qui devront être subventionnés… et tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes. Ce qui doit ressembler à des pratiques dignes de la Corée du Nord, non ? Mais, pire, c’est la conception de la société qui inspire une telle réflexion qui fait froid dans le dos. En effet, dans la tête des gouvernants socialistes, l’individu est absolument incapable de décider de lui-même ce qu’il veut lire et quel prix il est prêt à payer pour cela. Il faut donc lui prendre de l’argent par l’impôt et décider pour lui de le donner à certains journaux qui doivent être encouragés. Donc l’Etat doit décider pour moi. Aurélie, j’entends bien que tu me considères comme un demeuré débilopathe profond, mais peux-tu s’il te plait envisager l’idée que si j’estimais que l’information de Libé ou de l’Huma valait les quelques pièces jaunes qu’ils demandent, et bien je les achèterais ? Remarque, au fond, peut être que tu penses que je ne sais pas lire…

La vérité sort de la bouche des enfants : formidables bambins ! C’est l’histoire, véridique, d’un dictionnaire qui a été écrit par des écoliers pour les inciter, justement à lire et à écrire. Ainsi quelques 17000 mots se sont retrouvés compilés et définis par des enfants de grande section jusqu’au CM2. Au-delà de l’exercice, complètement inepte au demeurant, pour faire aimer les mots à des enfants, le résultat est immonde, inacceptable, impubliable. Le ministère a d’ailleurs suspendu la mise en ligne de ce travail. Pourquoi ? Parce que les enfants sont « sexistes » selon les mots du ministère ! Et oui, il ressort que « le père est le chef de famille parce qu’il protège ses enfants et sa femme » … et que « la mère a des seins et qu’elle repasse les affaires de toute la famille ». C’est donc ça : les enfants décrivent une réalité, la leur, et pas (encore) celle édictée par l’Education Nationale… Va falloir que le lavage de cerveau commence plus tôt… Surtout, ils ont osé utiliser les mots « Père » et « Mère » en lieu et place de « Parent 1 » et « Parent 2 »… Les maisons de correction (de la pensée) vont reprendre du service d’ici peu…

Les divers de la semaine : Aubry est mise en examen, bon. En même temps, Ayrault et Montebourg ont été condamnés par la justice, les hiérarques régionaux socialistes en affaires avec la justice donnent encore de la voix à Montpellier, Marseille ou encore Lens… Martine valide donc ce point de vue, la trajectoire de son parti: le PS était historiquement un parti épris de justice, il n’est plus qu’un parti de repris de justesse ! / Dans la série nausées, on subit les affaires sexuello-financières de Rachida Dati. Mais non de dieu, quand tout le monde voulait savoir qui était le père, tu drapais ta fille dans un mystère des plus opaques ! Que n’as-tu besoin aujourd’hui de clamer à la terre entière, par justice interposée, qui est son père ? A commencer par le type concerné, d’ailleurs ? Et puis, le mec en question, c’est le Parent1 ou le Parent 2 ? Nan, parce que quitte à la reconnaitre, autant être Numéro 1, non ? Bref, c’est lamentable. Et je prédis que d’ici peu, on saura tout de ses frottis, à Rachida… / Hollande écrit à Obama pour le féliciter, Obama dont la réélection a l’air de plonger à peu près 150% de la population interplanétaire dans une hystérie absolument incroyable, mais balance une faute d’orthographe dans la signature… Amateur ? / Ca se chicorne grave à Nantes (chez le premier ministre) : en effet pas une semaine sans que les flics (de Valls) cognent allègrement sur la tronche des opposants (amis de Duflot) au futur aéroport de Notre Dame des Landes. Mais pendant ce temps-là, tout va bien dans les réunions ministérielles… Une chose est certaine en tout cas, le cas ne dérange pas nos ministres verts qui peuvent donc laisser leurs militants se faire casser la gueule sans dire un mot… On se rend compte chaque jour davantage que les verts ont des convictions et que ces convictions sont à vendre contre quelques avantages ministériels. Jolie conception de la politique qui semble ne choquer absolument personne, nulle part. Pendant ce temps-là, Jean-Luc et Marine se frottent les mains… Allez, bon week end et bon courage.

On vous recommande

A propos de l'auteur nikkopol

4 réactions à “Une semaine en Hollandie, 11”

  1. un excellent article !!!
    la fascho aubry en examen ça c’est bon alors !!! bon ok une de plus ou de moins ça ne se voit pas… mais quand même !
    ça lui rabat son caquet !!!
    quant à cette aurélie…. et surtout ce que nous donnons aux journaleux pour nous pondre de la désinformation !!! c’est à vomir !!!

  2. C’est vraiment bien de commencer le WE avec des articles comme celui-ci, ça met de bonne humeur dans notre environnement soviétoïde.

  3. Très bon !

    Suite au rapport Gallois, Le Gouvernement a annoncé ses mesures le 6 novembre…..
    Pathétique d’appeler » exonération de charges sociales de 20 milliards € » un simple crédit d’impôt qui n’interviendra qu’en 2014 (alors que le rapport Gallois préconisait un choc de compétitivité immédiat de 30 milliards d’exonération de vraies charges sociales !!)

    Et qui dit « impôts » dit « bénéfices », or 80% actuellement des entreprises en france n’en font plus (notamment à cause du coût du travail du au taux record des charges sociales!)… et cela ne sera pas mieux en 2013.

    Donc pas d’impôts, pas de déduction d’impôts..et donc aucune exonération de charges pour ces entreprises en difficulté !

    Par contre, et malgré les promis-juré du candidat Hollande de ne pas augmenter la TVA , celle-ci augmentera bien…!
    Un mensonge de plus pour se faire élire…

    Et il y a encore des gogos pour croire à la démagogie des socialos ? Les « pigeons » vont se multiplier !!

  4. les allemands commenceraient à s’occuper de notre 1er complexé qui ne s’aime pas lui-même ( car il est riche) , il serait grand temps qu’il dégage car on a récupéré un incompétent notoire qui sa vie durant a usé ses fonds de culotte sue des coussins design de fabrication espagnole. de l’air les amis et vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.