Homoparentalité et inceste : un psychanalyste met en garde

Rédigé par lesoufflet le 13 novembre 2012.

woody_allen_inceste
Photo : rasdourian
woody_allen_inceste

Photo : rasdourian

Le pédopsychiatre et psychanalyste, Christian Flavigny, a publié une tribune dans Le Monde, où il estime que le gouvernement joue aux “apprentis sorciers” avec l’ouverture du mariage et de l’adoption aux homosexuels et où il explique que ces lois risquent de faire sauter le tabou de l’inceste. Quand la vérité sort de la bouche des experts…

« S’il était adopté, ce projet gouvernemental ouvrirait le mariage et l’adoption à tous ; cela validerait qu’un enfant pourrait de droit n’avoir jamais son père et sa mère.

L’enfant délaissé par son père éprouve déjà une déception intense qu’il tend à attribuer à quelque défaut de sa part ; l’épreuve de l’enfant qui n’a jamais eu père et mère est d’une intensité bien plus vive, à la limite de l’inexprimable.

La mésestime de soi liée au fait de n’avoir jamais eu son père et sa mère ne trouve des voies d’apaisement, en cas de vie affective homosexuelle de sa mère, qu’à la condition que cette vie personnelle demeure étanche à l’égard du lien filial avec son enfant et ne cherche pas à convoquer la compagne au titre du second parent (tout ceci étant autant valable s’il s’agit d’un père seul avec son compagnon).

Mais qu’il soit convoqué comme un deuxième parent brouille la réflexion de l’enfant et plaque une figure factice sur celle manquante du père, dans un artifice de solution au défaut de père. Qu’une loi vienne conforter ce placage constituerait alors une falsification de son lien de filiation pour cet enfant. C’est le risque sérieux du projet gouvernemental actuel ».

Voilà comment le spécialiste décrit la situation et les conséquences de la loi sur la légalisation de l’homoparentalité. Ça a le mérite d’être clair et ça fait froid dans le dos ! Mais la suite est encore plus angoissante. En effet, Christian Flavigny considère que le tabou de l’inceste n’aura plus lieu d’être et ne pourra que s’effondrer une fois que les notions de père et de mère auront été anéanties. En même temps, pourquoi interdire à un père et à sa fille, qui s’aimeraient d’un amour sincère, de se marier dans le cadre du mariage pour tous ? Qui êtes vous, sales curés, pour juger de l’amour entre deux êtres humains ?

« Le placage comporterait une confusion nuisible à l’équilibre de toutes les familles. Il amènerait à faire disparaître les père et mère du fondement de la vie familiale, l’état civil les remplaçant par les notions indifférenciées de « parents » déclinées en 1 et 2 ou A et B. Cette indifférenciation dissipe le principe fondateur de la vie familiale : l’interdit de l’inceste. Le père, c’est la figure qui intime au garçon l’interdit de ses vœux incestueux à l’égard de la mère. Il ne peut jouer ce rôle que d’avoir été le fils de son père et d’avoir porté l’enfantement dans son union avec la mère, conditionnée par son lien marital qui a célébré son propre renoncement à ses vœux incestueux de jadis à l’endroit de sa mère.

Les lois ne conforteraient plus l’édification des interdits incestueux, pivots régulateurs de la vie des familles ; plus grave, elles se montreraient complices de leur transgression. Bref, les pouvoirs publics dans le projet de loi jouent aux apprentis sorciers avec l’interdit de l’inceste. »

On sait déjà ce que pensent les membres du PAF : Yann Barthès nous a montré toutes les vedettes qui défendent l’homoparentalité et Audrey Pulvar nous a expliqué dans un édito d’une bêtise et d’une bienpensance affligeantes qu’il n’était même pas question de débattre avec ceux qui oseraient poser la question de l’inceste ou de la polygamie :

On ne reviendra pas sur les excès de certains assimilant homosexualité à pédophilie, homosexualité à zoophilie, ou les nouveaux droits accordés aux homosexuels à une légalisation de l’inceste et de la polygamie : ceux-là se disqualifient d’eux-mêmes.” Fin de la conversation !

Oui, Audrey, pourquoi discuter avec des professionnels, spécialistes de la question, avec des psychologue, des pédopsychiatre, de philosophes, des théologiens, puisqu’ils “se disqualifient d’eux même”, alors que tant de bonnes âmes de gauche (artistes engagés, vedettes du PAF) nous expliquent unanimement à la télévision qu’il faut être un facho homophobe pour oser poser les questions de la polygamie ou de l’inceste, si l’on considère que le mariage est désormais “pour tous” !

Il est grand temps que les citoyens français se lèvent contre la décadence et la mise à mort imminente de la famille. Le mariage et la parenté ne doivent pas devenir de simples biens de consommation comme les progressistes ont déjà fait avec le sexe et l’amour. N’ayons pas peur de nous faire traiter d’homophobes, nous savons qu’il n’en est rien, que nous considérons tous les humains comme égaux en droit et que nous n’avons absolument aucun problème avec les mœurs sexuelles des uns et des autres. N’ayons pas peur de se faire reprocher nos “dérapages” : l’Histoire nous jugera avec un peu plus de hauteur et d’intelligence que Pulvar, Barthès, Aphatie et toutes les starlettes qui pratiquent la chasse aux sorcières homophobes !!

Français, ne désespérons pas, levons nous et empêchons quelques couards manipulés par des minorités communautaristes, de détruire ce qui fait et à toujours fait l’essence des civilisations du monde entier, et donc de l’humanité.

 

 

Déjà 20 remarques sur cet article

  1. Mélusine7 dit :

    En Belgique, la loi sur l’adoption par des familles homoparentales comme vous n’êtes pas sans le savoir a été votée. Si certains y voient une évolution,d’autres cherchent celle-ci. La Belgique ne s’est portée aussi mal et semble souffrir des mêmes problèmes que ceux auxquels seront confrontés tout enfants élevé dans une famille homoparentale (montée des populismes et de l’extrême-droite flamingante). Absence de repère historique et généalogique stable, identité incertaine, avenir flou. Tout enfant a besoin de limites qui l’aideront a construire sa personnalité (se structurer). La différence sexuelle est la première de ces frontières. Je suis une fille ou un garçon. La deuxième est liée à l’origine (je suis la fille ou le fils de telle mère ou père qui m’ont conçu dans un acte de procréation que je peux me représenter et me rassure sur ma fondation).Troisièmement, en tant que fils de mon père ou fille de ma mère, je peux me représenter dans l’avenir, étant directement identifié à mon parent de même sexe, mais également dans sa complexité également au parent de l’autre sexe que j’identifie en contraste (je tiens telle particularité de ma mère, son intérêt pour autrui et de mon père, son insatiable curiosité intellectuelle et ceci en complémentarité). Ces modèles familiaux ont participé à la construction de notre société. Ils sont partout présents, dans la nature et la culture. Que serait la politique sans une gauche et une droite ? En accédant aux délires d’un petit nombre de la société, c’est toute son architecture qui est remise en question. C’est poser un acte qui engage le futur de nos sociétés. En 1974, sortait un film prémonitoire : Cabaret qui illustre à merveille (le film est excellent) la confusion des genres et la sacralisation de toutes les perversions dont l’adoration de l’argent, prémices de la montée du nazisme. Allons-nous consciemment prendre le risque d’accepter sans résister de voir notre société basculer à nouveau dans l’horreur. Pourtant les signes sont là, manifestes. Les fascistes ne sont pas toujours ceux que l’on croit. En Belgique, des psychologues ont manifesté contre la loi. Bien sûr en vain. Il faut impérativement s’organiser. Cette loi comme me l’a dit un avocat est criminelle et perverse.

  2. Paul Emiste dit :

    Comme chantait Guy Beart “Cet homme a dit la vérité il doit être exécuté”.
    l´arme plus puissante n´est pas l´homophobie mais la défense de la famille et de l´enfant.

  3. Zadig dit :

    Beaucoup d’autres pédopsychiatres et psychanalystes s’élèvent contre ce projet de loi au nom du développement psychologique de l’enfant et de ses repères naturels (voir notamment le Point du 18 oct. ).
    Mais comme le dit l’un d’entre eux, Pierre Lévy-Soussan, ceux-ci et les professionnels de l’adoption n’ont nullement été consultés par le gouvernement….dont le souci 1er est seulement de satisfaire un groupuscule d’homos minoritaires mais actifs….

    Les tenants de ce projet ne parlent que de “mariage pour tous”, en occultant le plus souvent le droit à l’adoption , pourtant prévu, et la procréation médicalement assistée pour les lesbiennes (discriminante pour les gays !) qu’il n’a pas osé inclure mais qui le sera par amendements des députés socialo-verts.

    Rappel:
    Pour signer la pétition contre le mariage et l’adoption homo (déjà + de 125 000 signataires !), et saisir son député par mail (très facile):
    http://www.nonaumariagehomo.fr/
    Des manifestations sont aussi prévues samedi !

  4. Degmi dit :

    Pourquoi une photo de Woody Allen? Vous avez encore trop fumé…

  5. katlen dit :

    Je suis contre le mariage Homosexue,et encore plus a l adoption des enfants…Nous irons droit dans des problemes pour des futurs generations.En ce qui concerne le mariage il y a en France d autres possibilites…

  6. Zadig dit :

    Et un mensonge de plus pour les socialos !

    Voilà ce que déclarait à l’Assemblée nationale Élisabeth Guigou, garde des Sceaux, le 3 novembre 1998 lors du débat sur le pacs :

    « Une famille, ce n’est pas simplement deux individus qui contractent pour organiser leur vie commune. C’est l’articulation et l’institutionnalisation de la différence des sexes (…) Au regard de l’enfant, couples homosexuels et hétérosexuels sont dans des situations différentes. La non-discrimination n’est pas l’indifférenciation. Le domaine dans lequel la différence entre hommes et femmes est fondatrice, et d’ailleurs constitutive de l’humanité, c’est bien celui de la filiation. (…) Un enfant a droit à un père et une mère, quel que soit le statut juridique du couple de ses parents. (…) Certains ajoutent une menace : le pacte ne serait qu’une première étape vers le droit à la filiation pour les couples homosexuels ! Ceux qui le prétendent n’engagent qu’eux-mêmes. Le gouvernement a, quant à lui, voulu que le pacte ne concerne pas la famille. Il n’aura donc pas d’effets sur la filiation. Je veux être parfaitement claire : je reconnais totalement le droit de toute personne à avoir une vie sexuelle de son choix. Mais (…) ce droit ne doit pas être confondu avec un hypothétique droit à l’enfant. (…) Pourquoi l’adoption par un couple homosexuel serait-elle une mauvaise solution ? Parce que le droit, lorsqu’il crée des filiations artificielles, ne peut ni ignorer ni abolir la différence des sexes. »

  7. nanard38 dit :

    le déchéance de l’humanité est en marche

    https://24heuresactu.com/2012/11/12/deux-lesbiennes-transforment-leur-fils-adoptif-en-fille-video/

    notre gauche pourra être fière
    elle y aura participé, quelle gloire

    à force de protéger et/ou normaliser les “détraqués”
    on finira pas TOUT détraquer

  8. Mysticcondor dit :

    Woody Allen s’est marié avec sa fille adoptive. L’exemple n’est pas anodin mais c’est un cas minoritaire.

  9. Jean Michel dit :

    Ce type est un crétin consommé…ou un menteur patenté.
    Beaucoup d’opposant mettent en avant l’intérêt des enfant et leur devenir mais bien peu demande vraiment à ces mêmes enfants.Comme si les couple homo élevant des enfants, de l’un ou l’autre partenaire ou adoptés, n’existait pas. c’est de la mauvaise foi criante.
    Je n’ai pas de père (mère célibataire, père partit au fraises) je ne me suis jamais mésestimé, c’est mon père que j’ai désestimé.Des compagnons de ma mère passés dans ma vie ont prit partiellement le rôle du père absent mais jamais, il ne s’est agit d’un père de remplacement.
    Audrey Pulvar a raison car les gens qu’elle mentionne (ceux qui assimile homosexualité et pédophilie, etc …) ne veulent de toute façon pas discuter. Ils ne cherchent qu’a ralentir le débat en sortant des affabulations d’une confondante stupidité.
    Quand à la prétendue “mort imminente de la famille” et donc de l’humanité (c’est pas moi qui le dit) c’est un point de vue occidental et catholique, nos moeurs et notre culture ne sont pas celles du monde entier.
    Je trouve insupportable que ce débat sois confisqué par gens se présentant comme spécialiste et qui ne sont en fait que l’émanation de groupe religieux.
    Oui, le mariage et l’adoption des homosexuel posent des questions mais répondre non systématiquement parce que ce n’est pas conforme à ce que une minorité pense est exactement ce qui est décrié à la fin de l’article.
    Les couards manipulés ne sont peut-être pas ceux qu’il designe et les groupes religieux opposé au mariage homosexuel repondent sans problème à la définition de “minorité communautariste”.

    • Zadig dit :

      @ J-Michel: Ah bon parce que le petit groupe de gays qui défend ce projet de loi n’est pas ultraminoritaire…. et serait plus représentatif de l’humanité que les 3 grandes religions monothéistes réunies, sans évoquer les autres et les athées et homos qui y sont aussi opposés ….?

      La seule solution sur un sujet aussi important: un référendum !!

      • Jean Michel dit :

        Absolument d’accord il faut une consultation populaire sur ce sujet
        Les groupes religieux qui sont opposés au mariage gays sont aussi une minorité. l’écrasante majorité des gens (y compris des catholiques pratiquant) se posent des questions et comme on nous dit tout et son contraire personne n’arrivent à se faire d’idée.
        La vrai question en fait pourrait être : seront-ils de bons parents ? et la réponse : pourquoi en serait-ils de plus mauvais ?

  10. Mélusine7 dit :

    Les bons psy se retrouveront du côté de ceux qui protègent les enfants (contre l’homoparentalité). Les autres s’en mordront les doigts le jour où sortira des cas où l’homoparentalité aura montré ses effets néfastes. En Afrique du Sud, des homosexuelles ont tué leur enfant parce qu’il ne voulait pas dire: papa à leur “maman”(enfant de 4 ans tué parce qu’il refusait d’appeler la compagne de sa mère «Papa»- Nouvelles de France). Je donnerais le conseil de récolter un maximum d’informations sur les déviations que la loi risque de considérablement aggraver et de les envoyer aux élus. Si la loi devait passer, il y a aussi un risque accru d’homophobie. En Afrique du Sud où l’homoparentalité est autorisée, il y a aussi le plus de meurtres homophobes.

    • Jean Michel dit :

      ya pas de bon psy, ya que des psy…
      Le cas sud africain est extrême, mais on peut trouver sans difficultés des cas aussi extrêmes pour des familles dite “normales” (parents prostituants leurs enfants, ou les maltraitants car ils font pas ce que les parents veulent, …)

  11. mélusine7 dit :

    Jean Michel,

    vous avez la chance d’être publié sur ce site.
    Les commentaires des personnes opposées à l’homoparentalité sont systématiquement censurés sur Le Monde, le Nouvel Obs, Libération. Posez-vous la question de la liberté d’expression en France.

    • Jean Michel dit :

      Je sais que j’ai de la chance d’être publié sur cette article vu que c’est un site d’info d’opinion.
      Je ne sais pas pour Le Monde et l’Obs mais cela m’étonnerait fortement de Libé (cela me décevrait aussi, je vais tester)

  12. Joseph dit :

    e mariage homosexuel fût adopté en Belgique en excluent clairement l’adoption)
    Des associations d’enfants adoptés se sont prononcés contre l’adoption par des couples de même sexe, arguant du stress existentiel supplémentaire qu’ils subiraient, par rapport à  un enfant adopté dans un couple homme-femme. L’inexistence d’un droit à  l’adoption fût avancé: toutes considérations balayées quelques mois plus tard.

    Qui dit mariage, dit enfants, ouverture aux enfants qu’ils soient adoptés, conçus naturellement ou artificiellement, par don de sperme ou mëres porteuses.
    Il est donc clair que redéfinir le mariage ouvre la porte à  des discriminations de l’enfant. Pour les atténuer la vision homosexuelle du monde sera imposée de plus en plus, dans l’enseignement, même dans la ‘science’ au nom de la tolérance et même au nom de la protection de l’enfant (dans un couple homosexuel). C’est le cas en Belgique.
    A ce moment-là , ce sont tous les enfants qu’on atteint et que l’on convaincra bien plus facilement du ‘naturel’ de familles à  deux papas et à  deux mamans ( ou à  un couple où le ‘papa’ est une femme ou la ‘maman’ un homme.)
    La psychologie ne commence qu’à se poser des questions à ce sujet.

    L’influence que subissent les enfants ‘crées’ pour un couple de lesbiennes ou d’homosexuels que décrivent les psychologues, (difficultés d’identification, d’apprentissages dans le domaine de la sexualité et des relations) se traduiront en problëmes que dans la puberté et que dans la vie adulte. Les couples unisexe qui actuellement ont pû élever des enfants sont généralement riches et bien éduqués. Les comparer aux enfants d’un échantillon aléatoire de vrais parents ne prouve pas grand chose.
    D’autre part études montrent de faço, univoque (et qui en douterait?)que la protection de l’enfant dépend directement du degré de consanguinité. Elle sera statistiquement toujours inférieure dans un couple ou un seul des partenaires a un lien de sang direct.
    Le donneur de sperme anonyme est le pire des cas possibles autant au point de vue psychologique que lors de problëmes de santé ou accident qui nécessiterait don d’organes, moëlle épinière etc.

    On expérimente en faisant fi du principe de la prévoyence, et du principe de la non-discrimination des enfants,

    On expérimente au bénéfice d’adultes en faisant fi de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant “Article 3
    1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale.”

    Le législateur doit le prouver de façon crédible. Le fait-il?

    En Belgique cette Convention n’était pas encore légale au moment du vôte de marige homosexuel. En France elle l’est.

  13. toto62 dit :

    Pourtant…99% des délinquants, des violeurs, des pédocriminels, des pornographes, des assassins, etc. etc. etc. sont enfants issus de parents et couples hétéros, alors pourquoi tant charger le couple homo de supputations alors qu’il n’a jamais été mis à l’épreuve (Ah oui des spécialistes de tout poil disent que…Si ce sont les mêmes que les économistes qui nous ont prédit la croissance avc l’Euro, j’ai peur !). Cela s’appelle un procès d’intention. Supprimons d’abord le couple hétéro (si parfait et équilibrant) , générateur de criminels de tout bord (non rassurez-vous je caricature là) Lol

  14. […] Le pédopsychiatre et psychanalyste, Christian Flavigny, a publié une tribune dans Le Monde, où il estime que le gouvernement joue aux  […]

Laisser un commentaire sur Degmi