/>

Quand Michael Moore confond Barack Obama avec le Père Noël

Rédigé par Pierre Amstel le 22 novembre 2012.

michael_moore
Photo : david_shankbone
michael_moore

Photo : david_shankbone

Le documentariste « engagé » Michael Moore vient de publier une lettre ouverte à Barack Obama, le Président du changement fraîchement réélu. A 58 ans, le réalisateur anticapitaliste écrit au Président des États-Unis avec la même candeur qu’un enfant au Père Noël. Affligeant et pourtant vrai. Bienvenue dans le débat politique américain.

L’engagement politique se résume donc à une « wishlist », comme on dit outre-Atlantique, pour que le second mandat d’Obama ne ressemble pas au premier. Voici une partie des dix « conseils » de Michael Moore à Barack :

Réduisez les niches fiscales des riches.
    Mettez fin à toutes les guerres dès maintenant.
    Mettez fin à la guerre contre la drogue. [sic]
    Séparez l’argent de la politique.
    Restaurez la loi “Glass-Steagall”. [qui sépare les activités des banques de dépôt et d’affaires]
    Demandez-nous de faire quelque chose [….] Vous avez besoin d’une armée d’Américains qui se battent à vos côtés pour que la nation soit plus juste et pacifique.

Oui, la personne qui écrit cela a 58 ans, a reçu une Palme d’Or au festival de Cannes, écrit des livres à succès et s’impose comme une figure incontournable de la gauche américaine. Pas la gauche de Park Avenue. La gauche plus radicale, altermondialiste, incarnée par Noam Chomsky, Naomi Klein et Rage Against The Machine.

Michael Moore se prend-il au sérieux ? Ô que oui. Il a pourtant voté pour Barack Obama en 2008 et en 2012. Espère-t-il vraiment que ce Président s’opposera à Wall Street et aux banques d’affaires ? Son équipe gouvernementale est en partie composée d’anciens hommes de Goldman Sachs & co. Si Obama avait voulu dompter les banques, il l’aurait fait en 2009, quand elles étaient en position de faiblesse.

Mettre fin à toutes les guerres ? Prix Nobel de la Paix, Barack Obama n’a jamais parler d’un retrait des troupes américaines en Afghanistan. Pourquoi cela changerait-il aujourd’hui ? Comment Michael Moore peut-il encore le croire ? Sa liste est encore plus mièvre que les paroles d’ « Imagine » de John Lennon.

Quelques jours avant les élections, ce même Michael Moore se lamentait dans une lettre ouverte aux abstentionnistes (soit plus de la moitié des électeurs potentiels) :

« Malgré toutes les critiques légitimes contre Obama, il n’a rien de comparable avec le tsunami de haine et de malhonnêteté qui s’installera si Romney est président. Même si la situation est actuellement très mauvaise, cela ne sera que pire ».

Michael Moore ou la politique du « moins pire ». Est-ce là une saine vision de notre chère démocratie ? Le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple… ce n’est plus maintenant !

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Je le verrais bien comme ministre du redressement productif dans un gouvernement socialiste… pardon, qu´est ce que vous dites?!… Nous en avons déjà un?!…Ah bon alors la place est prise!

  2. denis-le-rouge dit :

    la différence entre le Père Noël et Dieu, c’est que le Père Noël, il existe… C’est mon petit neveu de 5 ans qui m’a dit ça l’autre jour.

    Et même si Michael Moore croit encore au Père Noël, en quoi il est choquant d’en appeler à la fin des guerres? Croyez vous qu’au Liban hommes, femmes et enfants ne voudraient pas y croire aussi? Qu’il y ait des gentils utopistes ne changera rien à la destinée des Hommes et du monde, mais au moins ça fait du bien. Alors, bien sûr, quand c’est un Michael Moore qui fait cette wishlist, un type dont le risque de maladie cardio-vasculaire est plus grande que celle de recevoir un skud sur le coin de la gueule ou bien de se faire démembrer par une mine anti-personnelle, autant de bonnes intentions gluantes de démagogies pourrait faire sourire. Surtout quand cette liste est adressée à un Président dont une partie de la campagne a été financée par la NRA et qui a peu ou prou suivi le même programme de guerre que son prédécesseur (mais qui enorgueillie quand même d’avoir eu la peau de Ben Laden). Mais au moins, on se dit qu’il y a encore des gens qui osent encore dire “Stop Wars” quand d’autres s’en réjouissent.

    Les guerres sont faites par des gens qui s’entretuent mais ne se connaissent pas pour le compte de gens qui se connaissent mais ne s’entretuent pas…

  3. deckard dit :

    Depuis quand ce type a une once de crédibilité ???
    Ces films étaient des mensonges éhontés. Même les plus gogos s’en sont aperçus et avaient finis par l’oublier.
    Renvoyez le dans son trou d ‘où il n’aurait jamais du sortir !

Laisser un commentaire