/>

Montebourg, Mittal : le maire de Londres invite les investisseurs

Rédigé par lesoufflet le 28 novembre 2012.

Boris_Johnson
Photo : BackBoris2012
Boris_Johnson

Photo : BackBoris2012

A la suite des propos aussi idiots qu’irresponsables d’Arnaud Montebourg, qui a dit que la France ne voulait pas du groupe Mittal (20.000 emplois en France), le maire de Londres, Boris Johnson, en déplacement en Inde, a déclaré devant une assemblée d’hommes d’affaires que la France était devenue totalitaire, mais que lui, à Londres, se ferait un plaisir d’accueillir les investisseurs et chefs d’entreprise.

Je vois que les Sans-culottes semblent avoir capturé le gouvernement à Paris et un ministre français a été assez excentrique pour demander à un investisseur massif de quitter la France. Je n’ai pas d’hésitation ou d’embarras pour dire à tout le monde ici : Venez à Londres mes amis ! (en français dans le texte ndlr) Venez à Londres, venez dans la capitale mondiale du business“, a-t-il donc déclaré, en homme politique soucieux du développement économique de son pays.

Pour rappel, Mittal embauche actuellement 20.000 ouvriers en France. C’est ça le redressement productif, faire grimper le chômage à 3 millions et demander aux investisseurs de partir ? C’est vrai que la priorité du peuple de France étant actuellement de permettre aux homosexuels de se marier et d’adopter : personne ne s’intéresse (dans le rédactions parisiennes, tout du moins) à la destruction de 20.000 emplois, ni aux départs d’investisseurs et de chefs d’entreprises, de plus en plus heurtés par la politique confiscatoire fiscale de Hollande et par les attaques à répétition du gouvernement contre les entrepreneurs.

Un gouvernement qui n’a de cesse de dresser les Français les uns contre les autres (“Les méchants, ce sont les patrons”), comme ses membres le reprochaient pourtant si souvent à Nicolas Sarkozy. En même temps, on comprend qu’Arnaud Montebourg ait la tête occupée en ce moment et qu’il préfère penser à sa situation intime révélée par son ex via un texto que de réfléchir à ne pas prononcer de phrases stupides et dangereuses.

Comme si la crise ne suffisait pas, le gouvernement Hollande fait tout pour détruire l’industrie française, entre la fermeture arbitraire d’unités de production du secteur nucléaire, pour faire plaisir aux alliés Verts, l’interdiction de l’exploitation du gaz de schiste pour la même raison et les prises de positions anti-patrons à répétition des ministres, le gouvernement ne gouverne pas, il mène une politique électoraliste répugnante. Il faudrait dire aux socialistes qu’ils sont au pouvoir maintenant, il doivent diriger un pays et oublier leurs petits arrangements partisans. Qu’ils cessent de réfléchir en terme de voix que leur action pourrait leur apporter mais qu’ils le fasse plutôt en fonction du bien commun, de la croissance, de l’emploi, de la ré-industrialisation, de l’économie. Les Français veulent du boulot, pas le mariage homo !  Quand la démagogie et les calculs politiciens conduisent l’emploi et l’industrie de notre pays dans le mur.

S’il est clair que les bourgeois des villes, travailleurs de la communication, de la publicité, des médias ou simples fonctionnaires, ne sont pas vraiment préoccupés par le maintien du tissu industriel français, les ouvriers qui ont voté pour le candidat mou vont se mordre les doigts.

La bonne nouvelle avec la présidence de François Hollande est qu’après son quinquennat, la France sera débarrassée des socialistes pour au moins 15 ans (le temps que mettent généralement les Français à oublier).

Pendant que les autres pays européens essayent de faire venir les investisseurs, que le maire de Londres se déplace en Inde afin de convaincre les milieux des affaires d’apporter ses capitaux en Angleterre, le gouvernement français envoie chaque jour des signaux inverses aux investisseurs du monde entier : “En France, on n’aime pas les riches, on les taxe au maximum, leurs charges salariales sont parmi les plus élevées au monde et nos dirigeants politiques leur crachent à la face dès qu’ils en ont l’occasion afin de garder sous le coude l’électorat bobo de Mélenchon.” Ça va pas se bousculer au portillon pour installer des usines en France…

Devrons-nous, comme un certain De Gaulle, fuir le totalitarisme à Londres pour rentrer en résistance contre la modernité d’un régime qui veut imposer ses modifications profondes de la société ?

La Grèce ou Cuba, c’est maintenant !

 

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    NON! Venez ici en Autriche nous aimons les riches, surtout ceux qui investissent.
    Quand aux sans culottes, ils vont bientôt mériter leur nom et se retrouver à poil. Ils pourront alors défiler avec les Femen et les hors norme sexuels.

  2. katlen dit :

    Je n ais que Rire et Moquerie pour ce Gouvernement de pieds Nikeles…ce qui ne nous empeche pas d accuser tout ceux qui savait la mediocrite de ce Hollande.les medias de la gauche et tout les Bobos et plus grave. il fait la Risee a l internationnal

  3. […] de relancer l’emploi, notamment via la ré-industrialisation tant promise. Au lieu de cela, le ministre de l’industrie invite des investisseurs étrangers (qui emploient 20.000 personnes…, toute en les menaçant d’une nationalisation forcée de leurs biens. En ces temps de crise, […]

Laisser un commentaire