/>

Parisiens, droguez-vous, c’est gratuit !

Rédigé par Pierre Amstel le 08 décembre 2012.

seringue_salle_shoot
Photo : douaireg
seringue_salle_shoot

Photo : douaireg

« La vie augmente, la vie est chère », entend-on à longueur de journée. La baisse du pouvoir d’achat est d’ailleurs régulièrement la préoccupation première des ménages français. Dans ce marasme économique et social, le Conseil de Paris va peut-être offrir un cadeau de Noël pour le moins inattendu à ses administrés… une salle d’injection de drogues subventionnée ! Merci Paris.

C’est le 10 décembre que la Ville de Paris va déposer une délibération afin d’accorder une subvention de 38.000 euros à Gaïa Paris, une association qui milite pour l’ouverture de salles d’injections supervisées. Cette délibération a-t-elle des chances d’être votée ? En tout cas, les élus de l’UMP, pas très adeptes des seringues de Pravaz et autres pipes à crack, s’y opposeront. D’après Jean-Pierre Legaret, à la tête des élus UMP de Paris, « dans l’État actuel du droit en France, les salles de shoot sont illégales ».

Jean-Marie Le Guen, adjoint au maire de Paris en charge de la santé publique, tente de rassurer ses messieurs les rabats-joie de l’UMP :

« Nous en sommes seulement au stade de la préfiguration. Il s’agit pour l’heure de finaliser le cahier des charges et de lancer une concertation avec les élus locaux, les riverains et les forces de l’ordre ».

Une nouvelle concertation ? Ça faisait longtemps !

Imaginons un peu le piéton parisien, à cours d’argent ou simplement heureux d’user un service financé par le contribuable, en se droguant dans le luxe et le confort. Le rêve. Shangri-La ! Comme à la pharmacie où tout un chacun peut marchander ses antidépresseurs avant de les mélanger à de la vodka ou du champagne. Le cocktail qui assomme avec élégance.

Ces salles de shoot subventionnées fleuriront-elles dans les beaux quartiers du 8ème arrondissement, près de l’Élysée, des ministères, des boutiques de luxe et des discothèques branchées ? On l’espère. Il s’agira d’une nouvelle attraction pour les touristes. La France pourrait même lancer la mode des « Guides de salles de shoot », une version opiacée du célèbre Routard.

Depuis trop longtemps accaparée par les pauvres et les marginaux, la drogue a enfin l’occasion de redevenir une activité élitiste : le retour à l’héroïne chic des années 1990, à la “coco” de l’entre-deux Guerres, à la morphine fin-de-siècle et au dawamesk des romantiques de 1840. Une filiation tout à fait logique. Dire qu’il y a toujours des mauvaises langues pour affirmer que nos élus bafouent l’histoire de France…

Déjà 9 remarques sur cet article

  1. Alain Le Garrec dit :

    Ce titre est d’une extréme bétise et est une provocation à la limite de la légalité! Pour l’article, je ne vois pas en quoi essayer de trouver des solutions pour éradiquer la toxicomanie soit irresponsable. Ces salles dont le nom n’est pas “salle de shoot” mais salle d’aide vont permettre de faire le point, de comprendre puis de lutter en s’interessant aux toxicomanes. On verra aprés un certain temps ce qu’il faudrait faire. L’Ump ferait mieux d’être intelligent…pour changer.

  2. Paul Emiste dit :

    Une concertation du même acabit que celle concernant le mariage/adoption homo, c´est à dire ou les opposants ne seront même pas inviter à participer?!

    Le socialisme version “démocratie populaire” c´est maintenant.

    • denis-le-rouge dit :

      oui, ou comme les concertations très démocratiques sur l’extraction du gaz de schiste, quand certains élus ont pu découvrir par voie de presse les premières installations des gaziers américains. Ca aussi, c’est de la démocratie populaire…

  3. katlen dit :

    Le parti de gauche Caviar avec ses mauvaises Valeurs , aussi Mauvaises Odeurs…c est encore Maintenant…

  4. Libertad dit :

    “Piqûre de rappel”:
    Pourquoi critiquer un secteur florissant en France (le seul ?), et qui fait vivre nos chères banlieues….

    Selon Valls (FR2/6-12) , la drogue représente 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France….”Ce pactole équivaut à l’ensemble des salaires versés chaque année aux agents en tenue de la police nationale!», rappelait en octobre un officier de police…
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/12/07/01016-20121207ARTFIG00442-drogue-2-milliards-d-euros-de-chiffre-d-affaires-en-france.php

    La gauche a tout compris, c’est aussi sans doute pour ça que Taubira détricote le code pénal pour plus de laxisme…

  5. Kenelito dit :

    Pour avoir personnellement sorti deux amies (que j’adore toujours ^^ et qui sont mes meilleures) tombées très jeunes dans l’héroïne à cause d’influences sentimentales (15-17 ans) – connards plus agés qui les fouttent dedant pour profiter de leur sous et d’elle même, je suis certain que cette mesure peut-être bénéfique pour les toxicomanes de longue durée. Pour arrêter cette drogue, inventée par la firme Bayer en 1898, il faut pouvoir avoir un encrage dans la société et pouvoir se couper des réseaux sociaux autour de la toxicomanie (c’est le plus important).

    Chercher de l’argent, se prostituer, trouver de la drogue et aider les autres en manque à en trouver prennent 100% du temps libre des toxicomanes à l’héroïne.

    Leur en offrir dans un lieu à l’écart permet :

    1. D’éviter la methadone (inventé par Bayer en 1937) en et le subutex qui induise des dépendances encore plus fortes que l’héroîne elle-même (sans la même défonce biensûr) et d’enrichir les labo complices de l’Etat (on ne lutte pas autant quon pourrait contre la vente d’héroïne dans le monde à cause des actionnaires des champs de pavots, qu’il suffirait de détruire et remplacer par autre chose).

    2. Donner un produits plus sain, moins coupé et limiter les injections quotidiennes à une seule (mesure sanitaire).

    3. Casser les réseaux sociaux autour de la prise de drogue et permettre de ne pas en avoir chez soi, et retrouver une tranquillité morale. Avoir du temps pour faire d’autres activités, pour voir sa famille (mesure psychologique et sociale).

    4. Avoir du temps pour chercher un travail, et de l’argent pour un logement sain (mesure financière et statut financier).

    Bref de tels lieux permettent doffrir une nouvelle vie à ces personnes. Je comprends tout à fait qu’une personne étrangère à ces problèmes et fortement religieuse y voit le diable… mais interdisons l’alcool, condamnons le et nous verrons les même cas de figures avec les nombreux alcooliques en France qui eux sont parfaitement intégrés.

    Pour les toxicologues et les biologistes l’alcool est une drogue très adictive du même niveau que l’héroïne où la cocaïne (moins que le crack). Par contre elle est bien plus destructrice, l’alcool fait littéralement fondre les neurones, détruit le foie et les reins, pire les cellule du corps aprennent à se nourrir exclusivement d’alcool (à se stade si on arrête on meurt), l’héroïne n’est pas très neuro-destructrice (bien moins que l’extasy, le mdma ou le glutamate). Et donc on se remet bien mieux de l’héroïne que de l’alcool. Par contre elle est coupée avec n’importe quoi… ce qui bousille la santé des toxicos et l’injection en elle-même peut causer des infections.
    Bref un tel projet apporte bien plus de solution qu’il ne cause de problèmes.

    Pour à 100% !

  6. Robert Marchenoir dit :

    Titre mensonger. Personne, pas même les socialistes, ne propose de fournir la drogue gratuitement. C’est un site de l’UMP, ici ? Ca vous dérangerait d’essayer un peu l’honnêteté, pour une fois ?

    Il ne manque pas de critiques justifiées à faire au gouvernement, mais même pour ça, il faut que vous mentiez.

    Allez, vous avez bien mérité de perdre le pouvoir.

Laisser un commentaire