Une semaine en Hollandie, #18

hollande_montre_a_lenvers
hollande_montre_a_lenvers
Photo : Patrick Peccatte

Pendant que nous fêtions dignement un Noël pourtant de crise, offrant à ma fille le privilège d’avoir autour d’elle un papa et une maman qui s’aiment, nous avons observé les communications présidentielles et ministérielles. Histoire de jauger et juger l’apport de Sérillon… Conclusion : quelle bande de com’!

Sérillon, justement, dont on apprend qu’il rejoint les équipes élyséennes sans vraiment les rejoindre puisqu’il était déjà présent mais à titre officieux. En clair, ça veut dire que maintenant, il va toucher de l’argent pour ce qu’il faisait avant jusque là gracieusement. C’est donc avec l’argent « public », ce qui veut dire de l’argent privé puisque c’est pour parti le mien, ce qui veut dire donc qu’un « ex-journaliste » du service public va mettre en scène la communication de Normalito 1er afin qu’il enraye sa chute, vertigineuse, dans les sondages. Par ailleurs, ça confirme s’il en était besoin que quand un journaliste dit « je suis indépendant », ça veut dire en réalité « je suis encarté au PS ». Il faudra quand même un jour que ça change…

Com(me) toujours : Lui-Président semble marqué par son été en short et en tongs, trempant ses chairs adipeuses et blafardes dans les eaux tièdes de la méditerranée avec la 1° belle doche de France, accrochant un sourire niais sur les Unes des magazines people… le tout sous l’œil consterné des français qui ne lui ont pas pardonné de ne pas bosser… Alors il ne fallait surtout pas la jouer « Toto fait du ski » après « Toto à la mer ». Attention, on allait voir ce qu’on allait voir ! A grand renfort de communication, le dernier Conseil des Ministres de 2012 a donné le ton : « le président a demandé à ce que les ministres restent mobilisés et ne passent pas de vacances à plus de 2 heures de paris, surtout si l’actualité le nécessite, conformément à la charte de déontologie qu’ils ont signé en début de gouvernement. Tous les ministres passent leurs vacances en France nous apprend alors le communiqué de l’Elysée », relayé par Nadjat.

Le problème de la com, c’est que ce n’est que de la com. Ca ne remplace pas les faits. Et si ce qu’on dit est l’exact inverse de ce qu’on fait, ce n’est plus de la com’, ça s’appelle du mensonge, c’est prendre les français pour des abrutis et ça se voit. Aussi, à la rentrée, qu’apprend-on ? BING ! Que ma chère chérie Aurélie (Filippetti) a passé ses vacances dans un palace de l’Ile Maurice. Face au scoop, son cabinet dément d’abord fermement, pressé qu’il est de sauvegarder le peu de crédibilité qu’il reste à sa patronne. Le problème, c’est qu’il y a des photos et qu’elles vont être publiées, malgré un discret coup de fil aux rédactions concernées… Alors la ministre avoue que bon, oui c’est vrai, mais elle a demandé l’autorisation au chef qui l’a accordée. L’Élysée précisant que « son ministère ne gérant aucune situation d’urgence, le président a accepté le principe de ce voyage. Soit. On se demande à quoi sert son cabinet rue de Valois, si ce n’est essayer de maitriser la presse et couvrir la ministre…

Et RE BING ! On apprend peut de temps après, que le ministre des affaires (qui lui sont totalement) étrangères, Lolo Fafa, a lui aussi choisi le soleil et est allé se reposer dans un hôtel de rêve sur l’archipel de Zanzibar. Quelques réflexions me viennent :
1. Si Zanzibar est à 2 heures de Paris, je veux bien prendre le même avion que notre ministre, je pourrais ainsi aller passer le week-end à Tokyo sans poser une seule journée de congés…
2. A quelques heures d’une intervention en Somalie, intervention qui a coûté la vie d’un otage et d’un militaire français, à quelques jours d’une entrée en guerre contre les islamistes du Nord Mali, on peut penser que le quai d’Orsay pouvait être concerné…. Et bien non. En tout cas le ministre s’en fout et n’annule pas ses vacances dans l’Océan Indien.
3. Quand le président dit un truc à ses ministres, ces derniers s’en foutent complètement…
4. Enfin la presse dans son ensemble n’a pas encore dessaoulé de son réveillon… ou bien refuse de voir ce qui saute pourtant aux yeux, ce qui reviendrait à dire qu’elle est aux ordres du pouvoir socialiste. Je préfère la première explication…

Alors après on regarde la com des uns et des autres, et là ça confine au sublime : le président lui même nous fait la même que Sarko et se lève tôt pour aller à Rungis. « Moi président… » L’enfumage continue…

Ensuite c’est le ministre de l’intérieur qui nous fait une exercice rhétorique passionnant, exercice d’ailleurs que la presse déguste en connaisseur : « Moi, ministre, je dirai la main sur le cœur, le nombre de voitures brûlées la nuit du 31 !!! Oui, car ma mission blablabla transparence… blablabla… honnêteté…blablabla » Oui, mais mon garçon, le problème n’est pas de savoir combien de voitures brûlent ou pas, ton job, c’est de faire en sorte qu’il n’y en ait AUCUNE ! Mais ça non plus, personne ne le relève…

Notre breton ministre de la guerre, dont on connaît désormais le nom, en a fait une savoureuse : offrir des crêpes (bretonnes !) à nos militaires en opération en Afghanistan. Et comme tout ça est maitrisé, encadré, pensé, et finalement professionnel, c’est l’entreprise bretonne elle-même qui crame une information secret-défense en annonçant que le ministre emmène ses crêpes dans ses valises pour nos petits bleus… A la cargaison de cette valeureuse entreprise, il s’en est ajouté une belle de crêpe ! Et cette crêpe-là, elle est ministre…

La palme du ridicule est revenue à notre coréenne nationale, Mme Pèlerin, en charge de « l’économie numérique » et qui pour l’instant brasse surtout du vent. Elle s’est rendue le 31 chez Orange, ne rions pas, pour vérifier que tout avait été mis en place pour que les « SMS de bonne année des français arrivent en temps et en heure ». Je vous assure qu’elle est ministre…

Bref, l’année 2013 commence sur des bases extrêmement élevées sur l’échelle du ridicule, et on pourrait rire de bon cœur si ce n’était pas si grave…

Bonne année quand même à tous !

On vous recommande

A propos de l'auteur nikkopol

2 réactions à “Une semaine en Hollandie, #18”

  1. Cette Fleur c´est le bouquet!!! Et bonne année 2013, on va en baver mais avec notre gouvernement on se marre bien, comme au temps de feu Georges Marchais paix à son…mais au fait les cocos ont ils une âme?!

  2. @ Paul Emiste

    Les cocos ont une âme, qu’ils en conviennent eux même ou non.

    En fait, ce qui leur manque, c’est de l’esprit.

    Ils ont une bite à la place. Partager les richesses, c’est autant l’affaire des capitalistes que des communistes, à la différence que chez les communistes, c’est celui qui fait le plus d’enfants qui touche le plus d’allocs. Certains font d’ailleurs tellement d’enfants et touchent tellement d’allocs, comparés aux pauvres homosexuels, qu’ils ont aussi décidé de partager les enfants équitablement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.