Amputation du pénis pour le violeur de bonhomme de neige ?

Rédigé par sachab (24actu) le 26 janvier 2013.

bonhomme_de_neige_viol
Photo : José Pouch

Photo : José Pouch

Un britannique de 68 ans pourrait être obligé de se faire amputer le sexe après avoir attrapé des engelures au pénis lors d’un viol sur un bonhomme de neige. Puni par là où il avait pêché !

Kenneth Gillespie ne pensait pas qu’il pourrait lui arriver des problèmes s’il se permettait de violer un…bonhomme de neige. Pourtant quelle ne fût pas la surprise des passants de la paisible petite ville de Ramsgreave, quand ils ont découvert au petit matin le vieux monsieur allongé par terre et hurlant de douleur à côté d’un innocent bonhomme de neige.

Kenneth, un alcoolique bien connu de son voisinage qui se plaint régulièrement de ses excès lorsqu’il a trop bu, a été conduit à l’hôpital où il a du expliquer ce qui s’était passé : lorsqu’il a tenté de pénétrer le bonhomme avec son pénis, ce dernier a aussitôt été gelé.

Selon les urgentistes qui se sont occupés de lui, Kenneth souffrait de graves engelures au sexe. Selon eux, il pourrait se faire amputer le pénis “car les lésions contractées pourraient provoquer une gangrène.”

Selon le Huffington Post et DSK, le bonhomme de neige aurait allumé le monsieur en lui jetant des regards ostentatoires…

Et que personne ne vienne nous dire que le monsieur est pervers : toutes les pratiques sexuelles se valent (demandez à Jack Lang et à Daniel Cohn Bendit)!

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Paul Emiste dit :

    Jack Lang ne vous répondra pas; heureux de ses nouvelles fonctions il pourra aller plus souvent à Marrakech.

  2. Urbon dit :

    Erreur mon bon monsieur, ça existe encore la perversion !

    Demandez donc à votre femme, elle vous le dira, les hommes (hétéros naturellement) sont tous de gros pervers…

    La perversion aujourd’hui, c’est de faire faire des gosses à sa femme. Les femmes ne sont plus des objets reproducteurs, des ventres. L’amour c’est autre chose, c’est respectueux de la personne, c’est désintéressé… Pour le plaisir uniquement.

    C’est d’ailleurs tellement désintéressé qu’on pourrait croire qu’une poupée gonflable ferait aussi bien l’affaire. Ou un bonhomme de neige, quand on recherche des sensations fortes, why not ?

    Hé bien c’est une erreur : Le plaisir est un devoir conjugal !

    Tout est permis, tant qu’on ne force pas une femme, à faire des enfants. Mais vivre sans donner d’amour à autrui, c’est péché.

    Les enfants, c’est quand elles veulent, où elles veulent, avec qui elles veulent, sans discrimination ! Voilà tout.

    Est ce qu’on peut forcer un homme à faire des enfants ? Non, bien sûr que non. Quand une femme attend quelque chose d’un homme, tout ce qu’elle peut faire, c’est lui envoyer ses avocats.

    A l’homme de s’adapter. Heureusement que les femmes sont là pour mettre un peu de douceur dans ce monde de brutes. La femme, c’est l’avenir des droits de l’homme.

    Ho oui ! Ma chérie, fouette moi encore, je suis méchant garçon !

  3. Urbon dit :

    Depuis que l’homme a domestiqué le feu, le chien et la femme, il n’a pas inventé grand chose qui vaille la peine. Il s’ennuie. Il n’a jamais fin, jamais froid, jamais les couilles pleines. Finalement, il est devenu dépendant de son confort. Et il pullule. Aussi fallait-il bien qu’il mette un peu de piment dans sa vie, pour réguler tout ça.

    Il a donc fini par inventer un petit pas grand chose en apparence inutile, mais bien pratique. Le sextoy !

    Avant, pour avoir du plaisir, on était obligé de faire des enfants, beaucoup trop d’enfants, en conséquence de quoi il fallait de nombreux chien et des cheminées sur-dimensionnées, pour nourrir tout le monde.

    L’homosexualité était une possibilité, mais c’était très mal vu, parce que les femmes devenaient inutiles et encombrantes, très difficiles à recycler et qu’elles réclamaient toujours plus de gosses.

    Enfin bref, la déforestation devenait préoccupante et les autres espèces animales que le chien commençaient à disparaître.

    Le sextoy a permis d’émanciper les hommes et de retrouver un équilibre naturel et durable. Les femmes s’occupent maintenant de la régulation des naissances, sans que les hommes n’aient besoin d’intervenir. On leur donne un budget, elles le gère. De leur côté, les hommes peuvent enfin se concentrer sur ce qui les passionne vraiment : L’entretien des réserves de chasse et la manipulation des armes à feu.

    Quand l’homme s’ennuie, un petit coup de sextoy et ça repart.

Laisser un commentaire